Navigation – Plan du site
Varia

Une technique d’engrangement, un symbole perché

Le grenier fortifié Nord-africain
A technique of garnering, a perched symbol: the North african fortified granary
Marie-Christine Delaigue, Jorge Onrubia Pintado, Youssef Bokbot et Abdessalam Amarir
p. 182-201

Résumés

Cet article propose une nouvelle lecture des techniques mises en oeuvre dans les greniers fortifiés (agadir pl. igudar) d’Afrique du Nord à partir d’une étude de cas menée dans l’oasis d’Amtudi (province de Guelmin, Maroc). Ces greniers sont des forteresses dans lesquelles s’alignent les cases où sont entreposées récoltes et divers biens des familles. Ces bâtiments sont pour la plupart abandonnés, mais le croisement des données archéologiques, ethnographiques ainsi que l’utilisation de textes provenant des archives familiales permettent de restituer la place de cette institution au sein de la société.

Les pratiques de l’agadir opèrent une médiation entre nature et culture et tentent d’assurer, dans un contexte difficile, la survie du groupe. Mais au-delà des gestes techniques de conservation et de gestion des réserves (essentiellement du grain qui a valeur sacrée), l’efficacité sociale de ces institutions tient surtout à la gestion collective du bâtiment et à la résolution des tensions propres aux conditions de son fonctionnement. Cette technique d’engrangement met en œuvre tous les ressorts de cette société qui symbolise dans cette institution sa force et sa cohésion ; elle forge ainsi l’image idéale, unitaire que le groupe, socialement hétérogène, veut se donner de lui-même. Mais cette situation ne peut avoir lieu que dans les premiers temps, lorsque la communauté construit sa cohésion et son identité car les tensions entre le processus d’engrangement et les enjeux de la formation sociale se traduisent d’abord dans l’hypertrophie de la régulation des pratiques puis dans l’acceptation de déviances et enfin dans la division du groupe et l’édification de nouveaux greniers comme l’attestent les ruines de plusieurs structures dans la vallée. Depuis la Pacification l’abandon de ces pratiques consensuelles s’accompagne d’une modification de l’identité du groupe et de sa cohésion.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

La technique comme médiateur entre nature et culture
L’édification du grenier et sa pratique
L’agadir comme représentation sociale et symbolique
Fin d’une pratique

Aperçu du début du texte

Vue sur l’entrée de la vallée d’Amtoudi depuis la partie sud-ouest de l’agadir des Id Ayssa.

Vue sur l’entrée de la vallée d’Amtoudi depuis la partie sud-ouest de l’agadir des Id Ayssa.

La courtine n’est pas encore pourvue de cellules en prévision de futures extensions. à l’arrière des merlons blanchis de la tour, on aperçoit quelques champs verts de la targa et la route asphaltée qui traverse l’oued.

© M.-C. Delaigue

Les greniers fortifiés nord-africains, encore appelés dans la littérature ethnographique d’expression française greniers collectifs voire greniers-citadelles, ont été un sujet de choix pour l’anthropologie maghrébine. Attestés de la Libye au Maroc (Figure 1), ils ont fait l’objet de nombreux travaux qui s’appliquèrent à en préciser la localisation, à dresser les typologies régionales des constructions et à retracer les grandes lignes d’évolution de l’institution ou à décrire, enfin, les particularités liées au mode de constitution et de gestion des réserves alimentaires que ces entrepôts matérialisaient. Celui-ci, quelquefois esqui...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Delaigue, Jorge Onrubia Pintado, Youssef Bokbot et Abdessalam Amarir, « Une technique d’engrangement, un symbole perché », Techniques & Culture, 57 | 2011, 182-201.

Référence électronique

Marie-Christine Delaigue, Jorge Onrubia Pintado, Youssef Bokbot et Abdessalam Amarir, « Une technique d’engrangement, un symbole perché », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 02 août 2014. URL : http://tc.revues.org/5875

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Delaigue

Université de Grenad

Jorge Onrubia Pintado

Université de Castilla la Mancha

Youssef Bokbot

Institut National des Sciences et de l'Archéologie du patrimoine

Abdessalam Amarir

Ministère de la culture (Settat)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page