Navigation – Plan du site
Théma
II - Technique et nature

Anthropologies japonaises en Afrique

Japanese anthropologies in Africa
Mitsuo Ichikawa
p. 120-141

Résumés

Cet article décrit et analyse les traditions de recherches africanistes japonaises. Nous tentons plus précisément de délimiter les deux traditions bien marquées de « l’ouest » et de « l’est » et discutons les caractéristiques de chacune d’entre elles.

Alors que les écrits japonais sur l’Afrique apparaissent juste après la restauration de Meiji en 1868, les recherches scientifiques ne débutent qu’après la seconde guerre mondiale. L’initiative de cette recherche anthropologique a été prise par Kenji Imanishi et l’école de Kyoto. Elle a d’abord démarré avec des études sur les grands singes, extension des études évolutionnistes sur les singes japonais. La recherche s’est progressivement étendue à d’autres domaines scientifiques, tels que l’écologie, la paléoanthropologie et l’anthropologie culturelle. Ces études peuvent être caractérisées par leurs méthodologies écologiques (au sens large), une attention particulière aux terrains et un intérêt pour les savoirs et les techniques indigènes.

À côté de cette tradition de l’ouest du Japon (Kyoto), il existe une autre tradition, de l’est (Tokyo), qui accorde plus d’attention aux publications et aux théories remarquables empruntées aux pays occidentaux. Ces deux traditions ont cependant été mélangées depuis le développement de la principale base de recherche au musée national d’ethnologie d’Osaka.

Nous discuterons plus particulièrement des caractéristiques de l’expérience de la tradition de Kyoto, qui semble unique en terme de méthodologie, de centre d’intérêt et d’organisation de la recherche.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Témoignages des premiers voyages en Afrique
Les premières recherches africaines de terrain : l’est et l’ouest, deux méthodes différentes
Les recherches africanistes de l’école de Kyoto
Les recherches africaines du groupe de Tokyo
Création de bases pour la recherche et la promotion de l’échange entre chercheurs
Caractéristiques des études africaines au Japon, et partenariat avec les pays africain

Aperçu du début du texte

Enfants Efe

Enfants Efe

Sous des feuilles de parasoliers.

© M. Ichikawa

Témoignages des premiers voyages en Afrique

Les premiers écrits japonais sur l’Afrique commencèrent à apparaître peu après la restauration de Meiji, en pleine période de modernisation du pays ; néanmoins ces textes étaient issus de sources occidentales. Prenons le texte de Henry Morton Stanley « In Darkest Africa » (1980), compte-rendu de son voyage de la rivière Congo jusqu’au Sud Soudan. La traduction japonaise fut publiée en 1893, trois ans seulement après l’édition originale. Il faudra toutefois attendre le début du xxe siècle pour que les Japonais commencent à écrire sur l’Afrique à partir de leurs propres expériences sur ce continent. De plus, et cela à l’inverse des témoignages des explorateurs, des missionnaires chrétiens et administrations coloniales occidentales, peu de Japonais ayant séjournés en Afrique sur de longues périodes témoignèrent de leurs expériences africaines. Les seuls Japo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mitsuo Ichikawa, « Anthropologies japonaises en Afrique », Techniques & Culture, 57 | 2011, 120-141.

Référence électronique

Mitsuo Ichikawa, « Anthropologies japonaises en Afrique », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 avril 2014. URL : http://tc.revues.org/5833

Haut de page

Auteur

Mitsuo Ichikawa

Japan Monkey Center - ASAFASUniversité de Kyoto

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page