Navigation – Plan du site
Théma
II - Technique et nature

La fête japonaise : appareil hégémonique de la cité marchande

The japanese festival: hegemonic device of the haggle town
Shoichiro Takezawa
p. 98-119

Résumés

La vie religieuse de beaucoup de Japonais est axée sur les fêtes shinto. Ces fêtes se multiplient et se diversifient, mais les plus importantes sont sans aucun doute les fêtes citadines d’été, effectuées par des centaines de participants devant plusieurs milliers de spectateurs. Cet article analyse une de ces fêtes, la fête de gion de Hakata ; nous essayons de comprendre comment ses habitants l’ont progressivement développée et rendue plus attractive.

Hakata est une cité marchande depuis environ quinze siècles. Par sa position géographique privilégiée (face à la Péninsule Coreénne), Hakata réalisait sa prospérité économique grâce au commerce extérieur. Mais la politique d’isolement imposée par le shogunat d’Edo l’obligea à inventer une nouvelle mécanique pour manitenir sa prospérité. Elle décida alors d’amplifier sa fête qui devint plus belle et plus spectaculaire, si bien que de plus en plus de spectateurs venaient y assister et y dépensaient beaucoup en achetant divers produits. La fête devint ainsi le moyen par lequel Hakata imposa sa domination économique et culturelle sur les régions environnantes.

Après la restauration de Meiji, le gouvernement entra dans une ère de modernisation économique et culturelle, et intervint plusieurs fois dans l’exécution de la fête. Mais les habitants de Hakata repoussèrent ces assauts pour continuer à réaliser, jusqu’à aujourd’hui, leur fête favorite.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

L’origine de Hakata et de sa fête
L’organisation sociale de la cité marchande de Hakata au temps pré-moderne
La fête en tant qu’appareil hégémonique
Les conflits d’interprétation sur la fête à l’époque de Meiji

Aperçu du début du texte

La fête de gion à Hakata.

La fête de gion à Hakata.

La fête de gion a commencé à Kyoto en 869. Réalisée par les plébéiens dès le début, puis transmise durant tout le Moyen-Âge, dans beaucoup de cités japonaises où les citadins continuent de la pratiquer de nos jours.

© S. Takezawa

Les étrangers qui visitent le Japon lors de la fête du nouvel an s’étonneront de voir un grand nombre de Japonais aller prier dans les temples shintoïstes pour y faire des vœux de bonheur. Ce phénomène signifie-t-il pour autant que les Japonais soient des shintoïstes assidus ? Certainement pas. En fait, si la plupart des Japonais se considèrent comme bouddhistes, ils ne négligent jamais, chaque année, de s’engager dans divers rites shinto, qu’il s’agisse de rites de passages (intervenant au cours de la vie) ou de rites accompagnant des activités culturelles tels que les rites agricoles, ou la fête annuelle.

Comment pouvons nous expliquer l’écart entre cette conscience d’appartenance à une croyance religieu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shoichiro Takezawa, « La fête japonaise : appareil hégémonique de la cité marchande », Techniques & Culture, 57 | 2011, 98-119.

Référence électronique

Shoichiro Takezawa, « La fête japonaise : appareil hégémonique de la cité marchande », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 avril 2014. URL : http://tc.revues.org/5819

Haut de page

Auteur

Shoichiro Takezawa

Musée national d’ethnologie, Osaka

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page