Navigation – Plan du site
Théma
II - Technique et nature

Séparation et réparation : expression spatial de l’inachevé au Japon

Separation and restoration: spatial expression of uncompleteness in Japan
Hiroshi Kashiwagi
Traduction de Jane Cobbi
p. 84-97

Résumés

Dans l’univers du monde matériel, le respect dû aux objets usuels (céramiques, bois, textiles…) – comme aux œuvres d’art – entraîne généralement la nécessité de les réparer. Réparation, restauration ou raccommodage, tsukuroi, sont le plus souvent mis en évidence, et les traces de cette « amélioration », considérées comme inévitables, sont conservées avec soin.

Ces deux notions japonaises de séparation (shikiri) et réparation (tsukuroi) n’ont pas de relation directe, mais permettent de saisir une conception propre à la culture japonaise, dans laquelle l’inachèvement, l’incomplet ou l’imparfait sont hautement valorisés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Shikiri
Tsukuroi

Aperçu du début du texte

Habitation de fonction (jinya) du début du xixe siècle, réservée aux administrateurs de Takayama, préfecture de Gifu, au centre du Japon. Une pièce recouverte de tatamis donne sur le jardin, par la galerie–engawa.

Habitation de fonction (jinya) du début du xixe siècle, réservée aux administrateurs de Takayama, préfecture de Gifu, au centre du Japon. Une pièce recouverte de tatamis donne sur le jardin, par la galerie–engawa.

© H. Kashiwagi

Deux notions japonaises, shikiri et tsukuroi, que l’on peut traduire respectivement par « séparation » et « réparation », donnent accès à un mode de représentation propre à la culture japonaise.

Chacune de ces deux notions permet de saisir une vision, un sentiment, voire un mode de penser particuliers, qui évoquent l’inachèvement, suggèrent la valeur attribuée à l’incomplétude.

En examinant des exemples pris dans différents domaines de la culture japonaise, j’aborderai indépendamment ces deux notions exprimées par les termes shikiri et tsukuroi, qui n’ont pas entre elles de relation directe, mais renvoient toutes deux à l’idée d’imperfection.

Shikiri

La notion de cloisonnement renvoie au registre du temps comme de l’espace, à la répar...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hiroshi Kashiwagi, « Séparation et réparation : expression spatial de l’inachevé au Japon », Techniques & Culture, 57 | 2011, 84-97.

Référence électronique

Hiroshi Kashiwagi, « Séparation et réparation : expression spatial de l’inachevé au Japon », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://tc.revues.org/5800

Haut de page

Auteur

Hiroshi Kashiwagi

Université d’Art de Musahino, Tokyo

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page