Navigation – Plan du site
Théma
I - Du Japon avec Leroi-Gourhan

André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées

Collecting objects for museums. André Leroi-Gourhan in Japan (april 1937 – march 1939).
Philippe Soulier
p. 60-83

Résumés

Grâce à une bourse du gouvernement japonais (via la Kokusai Bunka Shinkokai - KBS), André Leroi-Gourhan passe, avec son épouse Arlette, deux ans sur l’archipel (du printemps 1937 au printemps 1939). Il explore le Japon, de Kyu-Shyu à Hokkaïdo, pour une enquête ethnologique sur les mutations du Japon moderne, tout en enseignant le français à Kyoto. Simultanément, il collecte des objets pour enrichir les collections du musée de l’Homme, mais aussi celles du musée Guimet, voire du Louvre. L’été 1938, cette collecte prend une nouvelle dimension avec un projet culturel de rapprochement entre la France et le Japon, monté avec l’appui de la KBS. Ce projet doit se matérialiser par l’envoi d’importantes séries d’objets pour une exposition au musée de l’Homme, mais aussi par la mise en place de structures permettant des échanges scientifiques à plus long terme, entre les deux pays. La guerre va, hélas, suspendre puis annuler cette part essentielle du projet, et, en définitive, seules quelques caisses d’objets et de documents arriveront à destination, fin 1938 et 1939, puis en 1946. Cette expérience japonaise sera cependant déterminante dans la constitution des idées d’André Leroi-Gourhan sur le développement des sociétés humaines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Avant le Japon
André Leroi-Gourhan et le musée de l’Homme
Ethnologie et muséographie
Une approche globale du Japon
Collecter pour les musées
Collecter, oui, mais quel Japon, et où le montrer ?
Dépasser la collecte pour rapprocher les hommes
Le retour
La France en guerre

Aperçu du début du texte

André Leroi-Gourhan, chargé d’objets collectés et photographié par sa femme Arlette au retour de la mission en Hokkaïdo, été 1938.

André Leroi-Gourhan, chargé d’objets collectés et photographié par sa femme Arlette au retour de la mission en Hokkaïdo, été 1938.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

« J’ai pour le Japon une très grande affection. J’ai vécu là-bas très près du peuple, des paysans, et j’ai beaucoup d’admiration pour les japonais. Il y a chez eux des hommes qui savent unir de façon étroite l’esthétique et la vie quotidienne. »

Cet extrait des quelques souvenirs que livre Leroi Gourhan de son séjour au Japon dans les entretiens avec Claude-Henri Rocquet (Leroi-Gourhan 1982  : 41-56) donne envie d’en savoir plus sur la manière dont il percevait les relations entre ces deux aspects du Japon. Malheureusement, Leroi-Gourhan ne publiera pas l’ouvrage d’ethnologie générale, ni celui sur l’art populaire qu’il envisageait de rédiger à son retour de sa mission de deux ans, en avril 1939. Nous étions en effet à la veille de la seconde guerre mondiale.

Ensuite, s’il s’est emparé de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Soulier, « André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées », Techniques & Culture, 57 | 2011, 60-83.

Référence électronique

Philippe Soulier, « André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://tc.revues.org/5787

Haut de page

Auteur

Philippe Soulier

CNRS - ARSCAN - Ethnologie préhistorique

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page