Navigation – Plan du site
Théma
I - Du Japon avec Leroi-Gourhan

Lecture commentée de « Notes sur le calendrier japonais » d’André Leroi-Gourhan

Jane Cobbi
p. 54-59

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Légende du calendrier

Calendrier de 1989 reprenant, dans le système calendaire moderne, les noms de mois anciens, rendus en sinogrammes : mutsuki pour janvier, kisaragi -février, yayoi -mars, uzuki -avril, satsuki -mai, minazuki -juin, fumizuki -juillet, hazuki -août, nagatsuki -septembre, kanazuki -octobre, shimotsuki -novembre, shiwasu -décembre.

Composé par l’artiste laqueuse Nakamura Hiroko (12ème génération en descendance du grand maître laqueur Nakamura Sôtetsu, , à Kyoto), ce calendrier illustre, sous le nom de « Formes pour Ise » (Ise no katachi ), une oeuvre littéraire très connue datée du xe siècle, Les Contes d’Ise, qui a inspiré une grande partie de la production littéraire et artistique du Japon jusqu’à aujourd’hui.

L’artiste a produit une série de plats à gâteaux en bois laqué, en forme d’éventail ouvert (forme qui est de bon augure).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Une page du nouveau calendrier de 1872. Ce dernier, qui est le premier du genre, indique aussi, en bas, la correspondance avec l’ancien calendrier.

Une page du nouveau calendrier de 1872. Ce dernier, qui est le premier du genre, indique aussi, en bas, la correspondance avec l’ancien calendrier.

© Jane Cobbi

Dans ce court texte, publié en 1947 sous le titre Calendrier des Fêtes populaires, André Leroi-Gourhan aborde les grandes lignes du calendrier japonais en mettant l’accent sur la succession des fêtes organisées dans les temples bouddhiques et les sanctuaires shinto.

D’entrée, le lecteur est prévenu : il s’agit d’une « simple mise en ordre de notes de terrain ». L’énumération donnée correspond en effet aux cérémonies auxquelles il était (et est encore pour l’essentiel), le plus aisé d’assister, pour un étranger vivant à Kyoto. En annonçant d’emblée la couleur, l’auteur nous permet d’imaginer un pan non traité dans ce texte et qui sera partiellement couvert par d’autres analyses, comme l’étude impressionnante du vêtement japonais (Leroi-Gourhan 1946), ou les développements très amples qui jalonnent s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jane Cobbi, « Lecture commentée de « Notes sur le calendrier japonais » d’André Leroi-Gourhan », Techniques & Culture, 57 | 2011, 54-59.

Référence électronique

Jane Cobbi, « Lecture commentée de « Notes sur le calendrier japonais » d’André Leroi-Gourhan », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 avril 2014. URL : http://tc.revues.org/5786

Haut de page

Auteur

Jane Cobbi

CNRS - FMSH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page