Navigation – Plan du site
Théma
I - Du Japon avec Leroi-Gourhan

Notes sur le calendrier japonais

André Leroi-Gourhan
p. 46-53

Entrées d’index

Mots-clés :

Japon, Leroi-Gourhan
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Arashiyama, bannière carpes, fête des garçonnets

Arashiyama, bannière carpes, fête des garçonnets

Mai 2009.

© F. Joulian

Cet article, simple mise en ordre de notes prises sur le terrain, ne prétend pas donner un tableau complet du calendrier japonais mais en tracer quelques unes des grandes lignes.

Une première réflexion s’impose devant les faits : qu’il s’agisse du calendrier des fêtes bouddhistes ou shintoïstes, tout se rassemble autour des quatre points culminants de l’année astronomique : équinoxe de printemps, solstice d’été, équinoxe d’automne, solstice d’hiver. Les fêtes des solstices sont, de la manière la plus nette, des fêtes où le feu joue un rôle important.

Cette esquisse ouvre de si larges horizons à la comparaison qu’on peut se demander si elle présente un réel intérêt. En effet il n’est guère de calendrier des rites, y compris le nôtre, qui ne soit rythmé à quatre temps par le mouvement de l’année. Des feux de la St Jean à la Bûche de Noël, presque tous les peuples ont leurs feux d’été et d’h...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Leroi-Gourhan, « Notes sur le calendrier japonais », Techniques & Culture, 57 | 2011, 46-53.

Référence électronique

André Leroi-Gourhan, « Notes sur le calendrier japonais », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://tc.revues.org/5785

Haut de page

Auteur

André Leroi-Gourhan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page