Navigation – Plan du site
Théma
I - Du Japon avec Leroi-Gourhan

Notes sur le calendrier japonais

André Leroi-Gourhan
p. 46-53

Entrées d’index

Mots-clés :

Japon, Leroi-Gourhan
Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 décembre 2014.

Arashiyama, bannière carpes, fête des garçonnets

Arashiyama, bannière carpes, fête des garçonnets

Mai 2009.

© F. Joulian

1Cet article, simple mise en ordre de notes prises sur le terrain, ne prétend pas donner un tableau complet du calendrier japonais mais en tracer quelques unes des grandes lignes.

2Une première réflexion s’impose devant les faits : qu’il s’agisse du calendrier des fêtes bouddhistes ou shintoïstes, tout se rassemble autour des quatre points culminants de l’année astronomique : équinoxe de printemps, solstice d’été, équinoxe d’automne, solstice d’hiver. Les fêtes des solstices sont, de la manière la plus nette, des fêtes où le feu joue un rôle important.

3Cette esquisse ouvre de si larges horizons à la comparaison qu’on peut se demander si elle présente un réel intérêt. En effet il n’est guère de calendrier des rites, y compris le nôtre, qui ne soit rythmé à quatre temps par le mouvement de l’année. Des feux de la St Jean à la Bûche de Noël, presque tous les peuples ont leurs feux d’été et d’hiver. Nous considérons donc comme une banalité indispensable de dire que le Japon ne fait pas exception à la règle, il suit le rythme des saisons, lie la fécondité du sol à celle de la famille et le retour des âmes ancestrales aux rites des accordailles ; ses pratiques sont chargées de symboles naïfs et lorsque l’année se termine il liquide, avec les balayures et les vieilles amulettes, ses maux abandonnés au feu ou au courant de la rivière.

4Mais quand on entre dans la réalité des faits, deux impressions presque contradictoires se dégagent : la première est qu’il existe plusieurs calendriers, plusieurs traditions qui se superposent avec de nombreux porte-à-faux ; la seconde est que la masse populaire s’accommode de ces systèmes variés et en dégage un cycle d’apparence homogène.

5Nous évoquerons ici, tout d’abord, le calendrier dit « impérial », pratiqué au Palais et dans différents grands temples. Imposé progressivement à la masse depuis trois quarts de siècle il apparaît, malgré tout, comme un ajustage assez factice :

62 janvier : fête du sacrifice aux origines de l’empire,

711 février : fête de la fondation,

817 février : fête des moissons à venir,

9Equinoxe de printemps : sacrifice aux ancêtres impériaux,

10solstice d’été : fêtes pour les ancêtres impériaux récents,

11Equinoxe d’automne : sacrifice aux ancêtres impériaux,

121er octobre : fête des prémices,

1323 novembre : fête du premier riz,

14Solstice d’hiver : danses sacrées du sanctuaire impérial.

15Cet extrait permet de dégager l’hétérogénéité du calendrier impérial. La fête du 2 janvier, correspondant au Nouvel-An chrétien, est un ajustage récent, imposé par le changement de calendrier. La fête du 11 février correspond à l’ancien nouvel an et coïncide avec les rites populaires d’expulsion de l’année écoulée ; un ajustage ancien en fait l’anniversaire de la fondation de chaque règne.

16La suite recouvre deux cycles distincts : tout d’abord, les fêtes agricoles du 17 février, 1er octobre et 23 novembre où l’Empereur délie, suivant les traditions chinoises, les opérations de la Terre : ouverture de l’année agricole, prémices ; d’autre part le cycle à quatre temps du culte aux ancêtres impériaux qui est simplement lié à la famille impériale et correspond aux fêtes que chaque famille consacre à ses propres ancêtres. Il se termine au solstice d’hiver par les danses de fin d’année et les feux qu’on retrouve dans tout l’Extrême-Orient.

17Ce premier calendrier, par l’effet de la restauration du pouvoir impérial en 1868, s’est trouvé progressivement imposé à la pratique populaire. Celle-ci, plutôt shintoïste ou plutôt bouddhiste, n’est jamais exclusive et montre un réel éclectisme. Les cloisons confessionnelles sont très lâches et l’on peut parler, pour la majorité des sujets pratiquants, d’un syncrétisme véritable. Le mélange a été rendu inévitable par la pratique obligatoire du shintoïsme impérial, fortement contaminé au viie-viiie siècle par le bouddhisme continental et par l’existence d’une foule de pratiques esthétiques, d’inspiration plutôt shintoïste, mais suivies depuis longtemps par tout le monde. Une certaine concurrence a joué aussi et shintoïsme comme bouddhisme ont fini par acquérir des fêtes-répliques, à des dates communes ou très voisines.

18Dans l’ensemble l’année religieuse tient encore au vieux calendrier et débute en Février.

19FÉVRIER : Setsu-bun saï : Fête d’expulsion des vertus périmées.

20A) Shintô (observée au temple de Yoshida, à Kyôto, 2 février). Deux démons, rouge et vert, tournent trois fois autour du pavillon de danse, poursuivis à grands cris par l’exorciste, le visage couvert d’un masque rouge à quatre yeux et armé d’un trident. Après le départ des démons les archers tirent des flèches de roseau avec des arcs de pêcher. La foule se dispute les flèches.

21On dépose les enveloppes-amulettes de l’année écoulée dans un cercle de pierres où elles sont incinérées et on achète de nouvelles enveloppes et des sachets de haricots.

22B) Bouddhisme (observée au Rozan-ji, à Kyôto, 3 février).

23Trois démons, rouge, vert et noir, tournent trois fois dans le sens solaire autour d’une montagne de branches vertes. Ils pénètrent dans le temple à grands cris. Deux bonzes armés d’arcs et deux autres portant chacun un plat de haricots torréfiés se postent sur la galerie. Les démons sortent en hurlant sous les flèches et les jets de haricots que le public se partage avec passion. Les bonzes laissent choir les plats vides dont les enfants se partagent les miettes.

24De fin Février en Avril, suivant les lieux : fêtes pour délier la terre (Dogesai) et reprise des travaux agricoles.

25MARS : Ohina matsuri : Fête des poupées (fête des fillettes).

26Suivie sans distinction de confession, d’inspiration plutôt shintoïste. Des poupées, figurant un empereur et une impératrice, entourées de dames de la cour et de musiciens sont groupées sur les gradins d’une petite estrade. Divers objets comprenant des poupées de caractère franchement religieux et les poupées-jouets sont disposés sur les bas gradins. Les fillettes de la maison reçoivent leurs amies devant l’estrade disposée dans la pièce de réception.

Fête des poupées

Fête des poupées

Autel.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Fête des poupées

Fête des poupées

Fillettes devant l’autel des poupées.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

27MAI : Shobu-saï : Fête des iris (fête des garçonnets).

28Dans la maison une armure (ou un modèle réduit d’armure) est placée dans l’alcôve d’honneur. Bouquets d’iris dont les feuilles symbolisent la lame du sabre et la droiture du guerrier, carpe peinte symbolisant l’énergie et la ténacité. Les garçonnets prennent un bain de feuilles d’iris.

29Dans quelques grands temples, défilés d’enfants armés et courses de chevaux. Le cheval gagnant communique sa force aux ex-voto peints sur des planchettes et vendus aux fidèles.

30Ces deux fêtes de printemps assurent le développement des qualités morales des enfants.

31À la même saison, dans les temples shintoïstes et bouddhistes, pantomimes et représentations théâtrales. Les pièces sont jouées par des fidèles ; chez les shintoïstes elles figurent fréquemment la légende du dieu local ; chez les bouddhistes des épisodes à tendance moralisatrice empruntés au même fonds que le théâtre de Nô.

32JUIN : On ta ue : repiquage de la rizière sacrée.

33Le repiquage du riz débute par des danses et des chants alternés des garçons et des filles qui procèdent en musique au repiquage de la rizière du temple. Cette fête est dédiée à Inari, divinité du riz, et à ses renards blancs.

Mukômachi. Fête du repiquage du riz, le 19 juin 1938

Mukômachi. Fête du repiquage du riz, le 19 juin 1938

Danseurs et danseuses.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

34Agata matsuri : Fête d’Agata.

35Proscrite, mais encore pratiquée dans quelques temples. Procession dans l’obscurité au cours de laquelle la licence totale est permise aux participants et aux spectateurs. Liée à la fertilité et à la moisson à venir.

36Take kiri : Fête des bambous (observée au temple bouddhiste de Kurama, au nord de Kyôto).

37Les paysans de Tango et Tanba se livrent à une joute en tronçonnant deux gros bambous à coups de sabre. Les bambous figurent deux dragons. Le parti vainqueur est assuré de la meilleure récolte.

38JUILLET : Mitarashi : Fête de purification.

39Pratiquée par les shintoïstes et les bouddhistes. À Kyôto, au temple de Gion, purification des épidémies avec défilé dans la ville de chars géants, d’inspiration indienne, traînés par des centaines de fidèles. Comme aux Indes, acrobaties au sommet des mâts de chars avec des accidents fréquents.

Gïon Matsuri : fête de Gion

Gïon Matsuri : fête de Gion

Char.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

40AOÛT : Bon-odori : Danses du bon.

41Ensemble complexe de cérémonies liées à l’arrivée, au séjour et au départ des âmes des ancêtres de la famille. Shintoïste et bouddhiste. L’épisode central consiste en danses et chants alternés des garçons et des filles fréquemment suivis de licence. Dans les districts du sud, parallélisme frappant avec les fêtes d’été de la Chine ancienne et des Barbares actuels de l’Indochine du Nord.

42L’épisode du départ des âmes est marqué par l’abandon de lanternes flottantes, de bateaux miniatures et de poupées au courant des rivières (fête des lanternes).

43SEPTEMBRE : Shishi no maï : danse des lions.

44Dans les rues et les temples ; à dates variables, ont lieu des danses masquées : tantôt celle de deux lions qui jouent, tantôt celle du lion ou du dragon combattu par un guerrier. Elles semblent correspondre à des pratiques chinoises aux équinoxes.

45OCTOBRE-NOVEMBRE : Suivant les lieux,

46Shuki daï-saï : grande fête de l’automne, liée à la moisson du riz et aux prémices de la récolte.

47DÉCEMBRE : Une suite importante de fêtes d’hiver occupe la fin de décembre et le début de janvier. Le feu y intervient, avec l’eau, de façon constante.

48O Kagura : danses sacrées.

49Exécutées dans les temples shintoïstes, nous en citons deux exemples caractéristiques

50On matsuri : La grande fête (au temple de Kasuga, à Nara).

5116 et 17 décembre : dans la nuit, à la lueur de brasiers. Sur le tertre devant le reposoir du dieu du temple, danses masquées représentant les vestiges de la danse chinoise antique des douze animaux de l’année. Danse du dragon (Ran-ryû ô), du cheval (batô), du phénix (shin tori-no), du porc (Nasori).

5218 - 19 décembre : représentations de théâtre classique (Nô), illustrant des légendes relatives aux divinités ; courses de chevaux et luttes.

53Hana-matsuri : fête des fleurs (dans la préfecture d’Aichi).

54Les dieux sont invités à prendre place sur une montagne (cadre suspendu au plafond) et sur quatre arbustes plantés aux points cardinaux. Un chaudron d’eau bouillante est placé au centre.

55Deux démons agitant des torches sont expulsés après une danse très brève accompagnée de luttes et d’aspersion des spectateurs à l’aide de balais trempés dans l’eau chaude.

56O mizu tori : prendre l’eau sacrée. Observée à Nara, au [Niga]tsu dô (bouddhiste) [du 1er au 14 mars].

57Les bonzes tournent pendant des heures autour du sanctuaire. Ils jonglent avec une torche géante puis vont chercher l’eau nouvelle, à l’aube, dans le puits du sanctuaire.

58Kemari : football rituel.

59Joué au palais impérial par des nobles de la cour. Sur un terrain carré aux angles duquel sont plantés le cerisier du printemps (Est), le saule de l’été (Sud), l’érable de l’automne (Ouest) et le pin de l’hiver (Nord). Un ballon de cuir de cheval figurant le soleil est lancé au pied par les joueurs et décrit des cercles dans le sens des aiguilles de la montre. Survivance d’un rituel chinois attesté sous les Han (iie siècle avant notre ère).

60Ces quelques indications calendériques prêteraient à de longs développements sur l’origine des rituels japonais et sur le symbolisme des fêtes. Nous avons, au début de cet article, posé que le Japon s’intègre dans l’ensemble, pratiquement mondial, des fêtes saisonnières. Si les rapprochements lointains, nous semblent assez précaires, il est par contre assez facile de démêler les principales sources de ces fêtes. Comme dans tous les domaines, le Japon apparaît extraordinairement conservateur, on pourrait presque dire « collectionneur ». Il superpose, sans élaboration profonde, toutes les pratiques que deux mille ans de vie religieuse lui ont apportées de l’extérieur.

61La vague la plus ancienne paraît être chinoise et le Shintô antique a emprunté, probablement par la Corée, les premiers cadres de son culte officiel.

62La seconde vague apporte à la fois au shintoïsme les cérémonies ou les costumes de la cour chinoise des T’ang, au viie-viiie siècle, et les pratiques du bouddhisme indien, tamisé par la Chine. Il en est resté, du côté shintoïste, tout le cadre des rituels de cour, sacrifices aux ancêtres, jeux de ballon, danses d’hiver. Du côté bouddhiste il est resté les cérémonies liturgiques, peu contaminées et en quelque sorte en marge de la pratique populaire. Du mélange Chine-Inde, Shintô-Bouddhisme, sont nées des cérémonies complexes : le très vieux fonds des danses alternées de paysans et paysannes s’accommode des cérémonies au temple bouddhiste du lieu, les bonzes chassent les démons avec l’arc de bois de pêcher de la Chine, les chars de l’Hindouisme s’associent au dieu cheval du Shintô et les danses de lions sont exécutées dans tous les temples.

63Sous toutes ces pratiques existent certainement des éléments propres au Japon ancien, mais celui-ci nous est pratiquement inconnu. Les textes du viie siècle sont muets sur le calendrier rituel et nous laissent seulement des noms de dieux qui sont morts ou qu’on a ressuscités de date encore fraîche. Au moment où il assimile l’écriture il reçoit du même coup le calendrier chinois et les textes sanscrits. Tout cela, par la suite, est devenu millénaire et japonais, mais les seuls témoins très anciens auxquels on puisse se référer sont tous des témoins continentaux.

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

Bambous en position avanrt le concours.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

Mise en place d’un bambou.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

La coupe.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous

La coupe.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Arashiyama, football traditionnel

Arashiyama, football traditionnel

Mocassins des joueurs.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Arashiyama, football traditionnel

Arashiyama, football traditionnel

Partie, vue du sud.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Arashiyama, football traditionnel

Arashiyama, football traditionnel

Ballon, et Rose Houyoux.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Arashiyama, football traditionnel

Arashiyama, football traditionnel

Sous le kiosque, ballon dans sa boîte, support des ballons de jeu.

© archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arashiyama, bannière carpes, fête des garçonnets
Légende Mai 2009.
Crédits © F. Joulian
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fête des poupées
Légende Autel.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fête des poupées
Légende Fillettes devant l’autel des poupées.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Mukômachi. Fête du repiquage du riz, le 19 juin 1938
Légende Danseurs et danseuses.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Gïon Matsuri : fête de Gion
Légende Char.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous
Légende Bambous en position avanrt le concours.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous
Légende Mise en place d’un bambou.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous
Légende La coupe.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Temple de Kurama : fête de la coupe des bambous
Légende La coupe.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Arashiyama, football traditionnel
Légende Mocassins des joueurs.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Arashiyama, football traditionnel
Légende Partie, vue du sud.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Arashiyama, football traditionnel
Légende Ballon, et Rose Houyoux.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Arashiyama, football traditionnel
Légende Sous le kiosque, ballon dans sa boîte, support des ballons de jeu.
Crédits © archives CNRS-MAE/fonds Leroi-Gourhan
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5785/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Leroi-Gourhan, « Notes sur le calendrier japonais », Techniques & Culture, 57 | 2011, 46-53.

Référence électronique

André Leroi-Gourhan, « Notes sur le calendrier japonais », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 25 avril 2015. URL : http://tc.revues.org/5785

Haut de page

Auteur

André Leroi-Gourhan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page