Navigation – Plan du site
Théma
I - Du Japon avec Leroi-Gourhan

Lecture commentée de « Ema » d’André Leroi-Gourhan

Jane Cobbi
p. 42-45

Entrées d’index

Mots-clés :

Ema, Japon, Leroi-Gourhan
Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 décembre 2014.

Ema moderne, lié aux motifs saisonniers.

Ema moderne, lié aux motifs saisonniers.

Pruniers en fleurs, ema du sanctuaire de Tenmangu, à Kyoto.

© J. Cobbi

1À propos des ema, « petits tableaux offerts aux temples à l’occasion d’un vœu », André Leroi-Gourhan a rédigé une longue étude documentée, appuyée notamment sur un ouvrage publié en 1917 à Osaka par K. Taniguchi et S. Kimura (1917), et sur un article de S. Akashi, paru en 1929 (« Réflexions sur les ema du point de vue de l’art populaire »).

2Les nombreux dessins au trait qui illustrent ce chapitre des Pages oubliées sont tirés pour l’essentiel de l’ouvrage de Taniguchi. Mais certaines illustrations ont été introduites délibérément par l’éditeur de ces Pages parues en 2004, ce qui trouble notre compréhension de la vision qu’en avait Leroi-Gourhan.

3Déjà, lors de la parution de Un voyage chez les Aïnous, nous avions été gênés par une série d’illustrations rajoutées au corpus d’origine, et par certaines affirmations qui ne pouvaient pas être du fait de l’anthropologue, plusieurs années après sa disparition. Il est vrai que l’ouvrage était publié sous le nom de deux auteurs, Arlette et André Leroi-Gourhan (Cobbi 1991).

4Les Pages oubliées semblent être assez fidèles au texte laissé par l’auteur, dont il faut reconnaître néanmoins qu’il n’avait nulle intention de les publier, car disait-il dans les années 1980, il ne voudrait plus s’exprimer dans les mêmes termes.

5Il reste que le texte relatif aux ema est une des très rares études dans ce domaine, qui reste valide pour l’essentiel, quoiqu’elle ait été menée avant la seconde guerre mondiale. C’est aussi un modèle d’organisation des informations collectées et des observations faites directement par l’auteur durant son séjour au Japon. Ont pu y être ajoutés aujourd’hui des clichés de quelques-uns des beaux exemplaires ramenés de ce séjour et conservés par sa famille. Une autre série de ses ema est allée au Musée Guimet, où ils devraient être accessibles pour la recherche.

Ema moderne, lié aux motifs saisonniers

Ema moderne, lié aux motifs saisonniers

Carpes et iris, pour la fête des garçons (5e jour du 5e mois).

© J. Cobbi

6Après avoir examiné pourquoi on offre un ema à une divinité, et classé les intentions en : générales, professionnelles, curatives, sociales, religieuses, ou de gratitude, l’auteur analyse ce que ces ema représentent, et classe leurs différentes formes d’expression.

7Catégorie générale d’offrande, sous l’aspect du cheval (de loin le plus ancien et le plus fréquent), du coq, du pigeon, ou du gâteau de riz pilé.

8Représentation de l’invocation-même : par un homme, une femme, un enfant, ou une main qui matérialise la prière.

9Thème des douze animaux qui figurent la division du temps en années, ce qui permet à chacun de se reconnaître dans un signe du zodiaque, et d’offrir l’animal indiqué pour appuyer sa prière à la divinité. Leroi-Gourhan les présente très précisément, et dans l’ordre exact où ils sont généralement énumérés, avec leurs principales caractéristiques : rat, bœuf, tigre, lièvre, dragon, serpent, cheval, bélier, singe, coq, chien, porc sauvage (ou sanglier). De nombreux temples et sanctuaires vendent ces représentations d’animaux, parfois un seul de la série, que l’on vient chercher pour soi ou pour un proche. Aujourd’hui encore, une mère ou une petite amie pourra ainsi faire un vœu de réussite, pour l’étudiant occupé à préparer ses examens.

10Divinités figurant sur les ema (Tengu, Jizô, Tenjin, hommes de pierre).

11Attribut d’une divinité : pigeons de Hachiman, daurade d’Ebisu, navet de Daikoku, épée de Fudô, renards d’Inari, etc.

12Animal ou objet local : les trois singes, les daims, maquereaux, poissons volants, escargots de rizière, le char terrestre, le pin renversé…

13Enfin, sont examinées la figuration de la cause (avec entre autres l’exemple de la barque en détresse, de la foudre, du rêve) et la figuration de l’effet ou de son symbole : bateau par temps calme, main (pour obtenir l’habileté manuelle), navettes (pour les tisserandes), yeux, seins ou femme allaitant, sandales, poisson-chat, anguille, pieuvre, couple de vieillards…

14Et des sujets spéciaux : lutteurs, faucon, chat, ou crabe, mais aussi des sujets « modernes » comme la pivoine ou le portique, auxquels on pourra ajouter aujourd’hui bien d’autres motifs comme les fleurs de cerisiers, la carpe, les iris, etc.

15Comme l’explique notre auteur, il est généralement admis (F. de Garis et Yamaguchi 1934) que l’origine des ema se trouve dans le don de chevaux vivants offerts en cadeau suprême aux divinités (comme aux grands de ce monde), et que leur représentation peinte sur des planchettes a pris, selon les régions et les divinités sollicitées, des formes très variées. Nous devons à A. Leroi-Gourhan d’en avoir fait un relevé vaste et documenté, pour en souligner la richesse et l’importance dans les croyances populaires du Japon moderne.

Haut de page

Bibliographie

Cobbi, J.1991 (Compte rendu) Leroi-Gourhan, Ar. & A.1938 « Un Voyage chez les Aïnous-Hokkaïdo », Paris : Albin-Michel » in Techniques et Cultures 17-18 : 411-414.

de Garis, F.& Yamaguchi, K.M. 1934 (1950), We Japanese, Fujiya Hotel: Hakone

Leroi-Gourhan, A. 2004 Pages oubliées sur le Japon, (dir J.-F. Lesbre). Grenoble : Jérôme Millon.

Taniguchi, K.& Kimura, S.1917 Ema hyaku shû (recueil de 100 ema) Osaka.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ema moderne, lié aux motifs saisonniers.
Légende Pruniers en fleurs, ema du sanctuaire de Tenmangu, à Kyoto.
Crédits © J. Cobbi
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Ema moderne, lié aux motifs saisonniers
Légende Carpes et iris, pour la fête des garçons (5e jour du 5e mois).
Crédits © J. Cobbi
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jane Cobbi, « Lecture commentée de « Ema » d’André Leroi-Gourhan », Techniques & Culture, 57 | 2011, 42-45.

Référence électronique

Jane Cobbi, « Lecture commentée de « Ema » d’André Leroi-Gourhan », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 31 mars 2015. URL : http://tc.revues.org/5720

Haut de page

Auteur

Jane Cobbi

CNRS - FMSH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page