Navigation – Plan du site
Varia

Dire le droit local de l’eau

Narrating water rules and rights
Jeanne Riaux
p. 166-181

Résumés

Le droit local de l’eau a fait l’objet de nombreuses recherches. Au Maghreb, une place centrale est accordée aux questions relatives à la pluralité des sources du droit, ainsi qu’aux écarts entre règles énoncées et pratiques effectives. Aujourd’hui, les recherches s’orientent de plus en plus sur les problématiques liées à l’intervention publique en matière de changements institutionnels et de révision des droits locaux. Cet article s’inscrit à la croisée de ces deux orientations de recherche. L’analyse des modalités d’énonciation des règles de partage de l’eau, dans une société de tradition orale, a pour objectif de souligner la complexité des systèmes de droits locaux et leur imbrication dans l’histoire politique locale.

Dans le Haut Atlas central, les Aït Bou Guemez organisent de longue date la gestion et le partage de l’eau en fonction de règles produites localement. L’origine de ces règles, le tour d’eau notamment, est racontée à travers deux principaux récits. En premier lieu, les mythes de fondation des villages, associés à la découverte d’une source racontent l’origine du groupe d’ayants droit et l’histoire du partage des eaux de cette source. Ensuite, le récit de la période de pacification de la vallée par les forces armées du Protectorat relate l’origine du contrat qui donna lieu au tour d’eau en vigueur jusqu’à aujourd’hui. Temps mythique et temps historique sont ainsi sollicités pour expliquer et légitimer les règles contemporaines de partage de l’eau.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Des groupes sociohydrauliques
Aux origines du groupe sociohydraulique
Ayants droit et droits d’eau
De la guerre au contrat
Un partage contractuel, égalitaire et légitime

Aperçu du début du texte

La source de Rbat.

La source de Rbat.

Il y a en réalité deux sources à Rbat : l’une pérenne, l’autre saisonnière. Si elle coule assez tôt au printemps, cette dernière assure une année d’abondance.

© J. Riaux

La gestion de l’eau dans les sociétés paysannes suscite de nombreuses interrogations dont un bon nombre porte sur l’appropriation et le partage des eaux. La variété des droits, règles et normes relatifs à l’eau et celle de leurs agencements a été amplement décrite et analysée.

Les recherches sont d’abord centrées sur des communautés relativement autonomes par rapport aux pouvoirs centraux. Il s’agit de valoriser le droit des communautés dont l’importance est souvent occultée par les juristes et par les États (Tozy & Mahdi 1990). Le droit mis en œuvre localement ne peut être réduit au droit coutumier tel qu’il est formalisé en marge de certains corpus de lois. Assier-Andrieu (1980) souligne ce constat en introduisant la notion de droit local, comme pratique sociale des com...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne Riaux, « Dire le droit local de l’eau », Techniques & Culture, 57 | 2011, 166-181.

Référence électronique

Jeanne Riaux, « Dire le droit local de l’eau », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://tc.revues.org/5659

Haut de page

Auteur

Jeanne Riaux

IRD - UMR G-EAU

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page