Navigation – Plan du site
III. DÉCRIRE L'OBJET ET L'ACTION

Retour sur « Description du geste technique »

Blandine Bril
p. 242-244

Texte intégral

Un artisan, Raman, taillant dans la rue des perles de qualité supérieure

Un artisan, Raman, taillant dans la rue des perles de qualité supérieure

Photographie de Valentine Roux, extraite de l’ouvrage placé sous sa direction (2000) Cornaline de l’Inde. Des pratiques techniques de Cambay aux techno-systèmes de l’Indus. Paris: Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

©Valentine Roux

1Après 25 ans, que dire de nouveau sur l’analyse du geste technique ? En France la référence à l’article de Marcel Mauss sur les techniques du corps reste, en anthropologie, « la » référence, et j’ai parfois le sentiment que le domaine du geste technique, et plus largement des habiletés quotidiennes a peu retenu l’attention dans la communauté francophone. Ayant poursuivi dans cette voie durant toutes ces années je suis arrivée à la conclusion que la question de la « marque culturelle » des habitudes « gestuelles » ne peut trouver de réponse sans un ancrage théorique explicite et fort, qui ne peut venir que de travaux pluridisciplinaires (psychologie du comportement, physiologie du mouvement, biomécanique). Là se trouve la difficulté. En effet on constate généralement une divergence de vue entre sciences humaines et sciences de la vie dans ces domaines et le dialogue est souvent si ce n’est inexistant, du moins difficile. La question du niveau d’analyse différent selon les disciplines est certainement un des nœuds du problème.

2J’ai cependant eu la chance de travailler avec des collègues appartenant à différents champs de recherche - psychologie, biomécanique, physiologie, neurosciences, archéologie, primatologie -, et de construire ainsi une problématique qui nous a permis de travailler au niveau des processus en jeu dans la notion d’expertise et de ce qu’elle signifie dans le cas du « geste technique ». Pour cela nous avons retenu les méthodes de recueil de données et d’analyse des sciences du mouvement, créant notre « laboratoire portable ». Nous avons en effet utilisé sur le terrain les moyens d’enregistrement du « geste » généralement employés dans les laboratoires de physiologie du mouvement, de biomécanique ou des sciences du sport (voir les photos 1-5). Cependant la diversité des « gestes techniques » est telle que la question du choix d’outil d’enregistrement du mouvement impose nécessairement une définition précise des objectifs de l’observation. C’est ainsi la formulation de l’objectif qui permettra de définir le niveau d’analyse souhaitable ; l’article de 1984 soulevait à l’époque clairement cette question, de même que la question subsidiaire, chère alors à l’anthropologie : peut-on « décrire » le geste dans sa « totalité » ?

3Depuis cet article, mon approche de la diversité culturelle du « geste technique » s’est développée selon l’idée que la variabilité culturelle s’exprime par la diversité des objets étudiés, des comportements, mais aussi de l’organisation des contextes de l’apprentissage. La démarche proposée tente de mettre en évidence des analogies fonctionnelles à partir de la diversité culturelle : les observables, eux-mêmes, peuvent être différents, mais les principes de fonctionnement, analogues. Cette perspective permet de mieux cerner les modes de construction des variations culturelles observables de même que les processus de différentiation au cours de l’ontogenèse, c’est-à-dire au cours du développement et de la socialisation de l’enfant. La question posée est alors : comment les contraintes d’ordre anatomique, physiologique, biomécanique, cognitive sont-elles utilisées par l’homme pour construire une motricité qui, en jouant sur une certaine marge de manœuvre, deviendra spécifiquement culturelle ? ainsi nous considérons que toute activité technique peut être décrite selon les contraintes « fonctionnelles » de la tâche elle-même. Pour que la tâche soit réussie, ces contraintes doivent être satisfaites quel que soit celui qui la réalise. C’est une fois ces contraintes satisfaites que la culture peut imprimer sa marque à l’activité gestuelle impliquée. Depuis 1984 cette idée a été développée dans de nombreux articles dont quelques-uns sont donnés ci-dessous, ainsi qu’un numéro spécial de la revue « Anthropologie des connaissances » consacré au « geste technique ».

Yalé, village dan des Monts Nimba, mission F. Joulian, 1988

Yalé, village dan des Monts Nimba, mission F. Joulian, 1988

Femmes pilant le riz de façon coordonnée mais dans des mortiers distincts.

© F. Joulian

Haut de page

Bibliographie

Biryukova, L., Bril, B. 2008 Organization of goal directed action at a high-level of motor skill: the case of stone knapping in India. Motor Control. 12, 181-209.

Bril, B. 2000 La genèse des premiers pas in J. Rivière (éd.) Le développement psychomoteur du jeune enfant pp. 53-85. Marseille : Solal éditeur (Coll. Psychomotricité).

— 2002 L’apprentissage de gestes techniques : ordre de contraintes et variations culturelles in B. Bril et V. Roux (eds.) Le geste technique. Réflexions méthodologiques et anthropologiques pp. 113-150. Ramonville Saint-Agne : Éditions Erès (Revue d’Anthropologie des connaissances, Technologies /Idéologies / Pratiques).

Bril, B., Ferrufino, L. 2005 Squatting: A universal resting posture that minimises instability? Gait & Posture, 21, Supplement 1, S34.

Bril, B., Goasdoué, R. 2009 Du mouvement sans sens au sens sans mouvement. Rôle des finalités et des contextes dans l’étude des comportements moteurs. Intellectica, 51(1), 27.3-293.

Bril B., Rein R., Nonaka T., Weban-Smith F., Dietrich G. 2010 The role of experience in stone knapping: expert-novice differences in functional tuning of action constraints. Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance, 36(4), 825-839. DOI: 10.1037a0018171.

Bril, B. & Roux, V. (eds.) 2002. Le geste technique. Réflexions méthodologiques et anthropologiques. Ramonville Saint-Agne : Éditions Erès (Revue d’Anthropologie des connaissances, Technologies / Idéologies / Pratiques), vol. 14(2).

Bril, B., Roux, V. & Dietrich, G. 2000 Habiletés impliquées dans la taille des perles en roches dure : caractéristiques motrices et cognitives d’une action située complexe in V. Roux (sous la direction de) Les perles de Cambay - Des pratiques techniques aux technosystèmes de l’Orient ancien pp. 211-329. Paris : Éditions de la MSH (Collection Ethnologie et archéologie expérimentale).

— 2005 Stone knapping: Khambhat (India), a unique opportunity? in Roux, V. & Bril, B. (eds.), Stone knapping: the necessary conditions for a uniquely hominid behavior, Cambridge: McDonald Press.

Bril, B., Dietrich, G., Foucart, J., Hirata, S. 2009 Tool Use as a Way to Assess Cognition: How Do Captive Chimpanzees Handle the Weight of the Hammer When Cracking a Nut? Animal Cognition, 12, 217235. DOI: 10.1007/s10071-008-0184-x

Bril, B., Dietrich, G., Hirata, S. 2011 A Gibsonian Motor Analyis of the NutCracking Technique in T. Matsuzawa & Y. Sugiyama (eds.) The chimpanzees of Bossou and Nimba: A cultural Primatology pp. 191-199. Tokyo: Springer.

Nonaka, T., Rein, R., Bril, B. 2010 How do stone knappers predict and control the outcome of flaking? Implication for understanding early stone tool technology. Journal of Human Evolution 59(6), 155-167. DOI: 10.1016/j. jhevol.2010.04.06.

Roux V., Bril, B. & Dietrich G. 1995 Skills and learning difficulties involved in stone knapping: the case of stone bead knapping in Khambhat, India. World Archeology, 27(1), 63-87.

Roux, V. & Bril, B. (eds.) 2005 Stone Knapping: the Necessary Conditions for a Uniquely Hominin Behavior. Cambridge: McDonald Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Un artisan, Raman, taillant dans la rue des perles de qualité supérieure
Légende Photographie de Valentine Roux, extraite de l’ouvrage placé sous sa direction (2000) Cornaline de l’Inde. Des pratiques techniques de Cambay aux techno-systèmes de l’Indus. Paris: Éditions de la Maison des sciences de l’homme.
Crédits ©Valentine Roux
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Yalé, village dan des Monts Nimba, mission F. Joulian, 1988
Légende Femmes pilant le riz de façon coordonnée mais dans des mortiers distincts.
Crédits © F. Joulian
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Blandine Bril, « Retour sur « Description du geste technique » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 242-244.

Référence électronique

Blandine Bril, « Retour sur « Description du geste technique » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/5167

Haut de page

Auteur

Blandine Bril

EHESS, Paris blandine.bril@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page