Navigation – Plan du site
VII. TECHNIQUES DU CORPS ET ESTHÉTIQUE

Retour sur « Les premiers traités de danse au XVe siècle en Italie »

Sylvie Garnero
p. 564-566

Texte intégral

Il s’agit d’un collage d’images simples mises en scène et photographiées par G. Sommer lui-même (numéro de catalogue : 11640).

©Giorgio Sommer

1Cet article porte sur l’analyse d’un domaine précis de la vie sociale dans un contexte donné, la danse au Quattrocento italien, à partir des textes que constituent les premiers traités de danse savante retrouvés à ce jour. L’élaboration des principes de la danse occidentale qu’ils contiennent vient définir l’art chorégraphique dans son autonomie symbolique par rapport aux autres formes artistiques et nous interroge sur ce que notre propre culture a transmis à travers la danse. Quels systèmes symboliques ont ainsi pu perdurer jusqu’à nous ?

  • 1  Les écrits spécifiques sur la danse qui comprennent les traités de danse et deux textes légèrement (...)

2Cette recherche s’inscrit dans une réflexion sur les représentations de la corporéité et ses enjeux en Occident à travers l’art de la danse et sur ce qu’il révèle de choix spécifiques en rapport intime à notre culture. Elle relève de l’anthropologie de l’art et constitue un champ ouvert qui permet d’aborder nos présupposés culturels à l’une des sources que représente, pour la culture occidentale, le Quattrocento italien. En ce qui concerne le travail d’anthropologie historique, les sources utilisées sont des écrits spécifiques sur la danse1

3Mais quelles clefs de lecture proposer pour des textes dont la formulation possède bien des zones d’ombre ? La danse est avant tout une forme esthétique fondée d’un point de vue technique sur un dynamisme codifié du corps humain à travers lequel s’éprouve la relation sociale. En ce sens, elle renvoie au lien social et aux représentations concep­tuelles d’une culture définie dans le temps et dans l’espace. Aussi, les travaux d’histoire de la danse et de sociologie de l’art ont été d’un apport précieux pour situer l’évolution de la danse dans le contexte de l’époque. Par ailleurs, l’anthropologie du théâtre et des émotions nous a permis d’envisager la question de l’expressivité en danse du point de vue de la structuration de la gestuelle et de la « technique du corps extra-quotidienne » que nécessite la danse. La pertinence toujours actuelle des travaux de Marcel Mauss sur les « techniques du corps » a constitué un fil conducteur pour comprendre la grille culturelle que constituent les normes esthétiques de la danse du Quattrocento.

4Dans un premier temps, l’analyse du discours chorégraphique élaboré dans les traités a permis d’en dégager la logique interne et les principes récurrents spécifiques, et de faire apparaître en quoi l’analyse formelle constitue une réelle voie heuristique en anthropologie de l’art. Nous nous sommes attachée à analyser les textes dans leur contenu idéologique en mettant en questionnement réciproque l’attention à la forme et les relations qui s’y nouent, et en multipliant les niveaux de lecture, pour nous laisser porter par les brèches et les questions qui traversent les textes.

5Nous posons par ailleurs l’hypothèse qu’un « style » posturo-gestuel véhicule un sens et témoigne de l’enculturation dont le corps fait l’objet. C’est pourquoi, les récurrences révélées par l’analyse formelle de la danse savante ont été mises, dans un second temps, en perspective avec les représentations sous-jacentes à la pratique sociale.

6L’analyse formelle d’un objet de recherche « restreint » s’est révélée tout à fait intéressante pour éclairer des phénomènes complexes et constituer ainsi un outil d’appréhension d’une société. Il a été alors possible de préciser en quoi cette forme d’expression d’une culture donnée, à une période donnée, définit une science du savoir-faire de l’homme du Quattrocento où viennent se réfracter les enjeux sociaux. Au Quattrocento, la danse aurait cristallisé un nouvel ordre symbolique en lien avec la valeur métaphorique du mouvement. Ainsi, à redécouvrir l’infléchissement provoqué par l’apparition de la danse savante, est-il possible d’appréhender un moment éphémère et singulier de la culture occidentale.

Haut de page

Notes

1  Les écrits spécifiques sur la danse qui comprennent les traités de danse et deux textes légèrement postérieurs : La pazzia del Ballo de S. Zuccolo da Cologna et le Dialogo del Ballo de Rinaldo Corso ; les références musi­cales dont le répertoire le plus important est contenu dans les traités de danse, hormis le Codex conservé au British Museum (B. M, Ms. Add. 29987) ; les docu­ments historico-littéraires qui rendent possible une évocation plus fine du « décor ethnologique » dans ses détails quotidiens et une approche de la perception qu'avait l'homme du Quattrocento de la danse, dans la limite que constituait à l'époque l'accès à la langue écrite ; et l'iconographie qui témoigne de l'essor et de l'évolution d'une pratique très répandue dans l'Italie du xve siècle. En effet, si les traités constituent la réfé­rence première, l'art iguratif reste une trace d'un art évanoui dans le temps, dont l'interprétation suppose néanmoins une compréhension du système de repré­sentation dans lequel il prend sens. La revue Arte et mesura del danzare publiée lors de la commémoration des 500 ans de la mort de Guglielmo Ebreo par la ville de Pesaro rassemble une très riche documentation iconographique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Il s’agit d’un collage d’images simples mises en scène et photographiées par G. Sommer lui-même (numéro de catalogue : 11640).
Crédits ©Giorgio Sommer
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Garnero, « Retour sur « Les premiers traités de danse au XVe siècle en Italie » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 564-566.

Référence électronique

Sylvie Garnero, « Retour sur « Les premiers traités de danse au XVe siècle en Italie » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://tc.revues.org/5094

Haut de page

Auteur

Sylvie Garnero

Schola Cantorum, Université Paris V, si.danza.garnero@gmail.com

Articles du même auteur

  • Principes d’une danse savante et technique du corps dans une société du mouvement
    Paru dans Techniques & Culture, 54-55 | 2010
  • Analyse du mouvement, technique du corps et petite enfance
    Paru dans Techniques & Culture, 22 | 1995
  • Les premiers traités de danse au XVe siècle en Italie : principes d'une danse savante et technique du corps dans une société du mouvement
    Paru dans Techniques & Culture, 22 | 1995
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page