Navigation – Plan du site
II. DU GESTE ET DE LA PAROLE

Retour sur « Linguistique et technologie culturelle »

Claude Lefébure
p. 112-114

Notes de la rédaction

Toutes les illustrations de l’article sont la propriété de l’auteur.

Texte intégral

En ouverture, le signe typographique représenté est une esperluette –ligature de la conjonction et ; celle-ci fut conçue dans les années 70 par Claude Lefébure qui offrit ainsi un logotype à l’équipe de la revue Techniques & culture dans sa belle genèse.

1Concentrer ce texte de plus de trente ans d’âge aux fins d’intéresser une nouvelle génération de chercheurs, et tirer quelque leçon de son sillage dans la carrière, c’est pour moi se souvenir d’abord d’une intentionnalité collective. Sous la bienveillante férule de Robert Cresswell - recevant, à l’origine chez lui, une douzaine d’affidés - naquit en 1976 Techniques et Culture, organe d’expression dactylographié de l’équipe CNRS du même nom créée un an auparavant. Sept années plus tard, avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de Clemens Heller, adviendrait sa nouvelle série, celle à l’esperluette dodue et au bandeau maussien « Pour une ethnologie de l’acte traditionnel efficace » que j’avais voulus. Cette esperluette-là, à mes yeux la meilleure entremetteuse du marché typographique, c’était pour insister sur l’entreprise de déchiffrage que nous nous étions donnée. À terme, mettre tout dans le et : ces relations à dévoiler entre l’instance des pratiques techniques et celle du système culturel dans une société donnée. Nos soubassements ? Moitié crypto marxisme, moitié matérialisme enchanté. Une esperluette d’un maintien plus sage persiste au fronton de la nouvelle nouvelle série entamée avec le n° 50.

2Technologie culturelle et dialectologie berbère ou linguistique générale : ma contribution au n° 3 de la première série (1978) témoigne, à son rang, de la volonté de mettre en rapport des paradigmes différenciés. Qu’en a-t-il été de sa réception ? Et d’abord, pour moi, du suivi de ce propos ?

3Quelques mois après la sortie de l’article, parut dans la Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée (27, 1979 : 5-74) « Le travail de la laine à Ghardaïa », transcription bilingue berbère / français de la profuse parole des tisseuses mozabites, un document procuré par Jean Delheure, des Pères Blancs, et Madeleine Allain, sœur blanche. Je me promis d’en intégrer les apports dans une mise à jour de mon essai, mais à cette heure n’en ai toujours rien fait. Avec le même recours aux sources vernaculaires, un égal intérêt pour les symbolismes, une autre technique retenait alors mon attention : « Réserves céréalières et société : l’ensilage chez les Marocains » (Gast, Sigaut, Beutler 1985).

4La thèse publiée de Georges Drettas, Contribution à l’étude sémantique du tissage rural dans la Bulgarie actuelle (Paris, SELAF, 1980) reste pour plusieurs raisons le travail le plus proche de mon essai, cité au demeurant. D’abord, on y retrouve des machines à tisser : 240 pages sur le métier horizontal à poulie, peigne et battant, puis 130 pages sur un métier vertical parfaitement analogue à celui dont j’ai traité. Ensuite parce qu’il y a communauté d’inspiration : dédiées à André-Georges Haudricourt - non sans rappeler que pour lui « la technologie est la science des forces productives » - ces 600 pages, dactylographiées elles aussi, fourmillent de notations lexicales et d’ethnotextes. La pensée en est totalisante et élevée.

5La thèse non publiée (2003) de Véronique Pardo, qui accorde beaucoup aux tissages des berbérophones de Douiret, en Tunisie, et plus encore celle de Sophie Chanut (2010) sur le tapis de Rabat, ont amplement bénéficié de mes pages de 1978 mais en s’arrêtant plutôt à la machinerie. C’est elle aussi qui aura intéressé ces muséographes m’ayant rangé parmi leurs références : Paul Vandenbroeck, Azetta, l’art des femmes berbères, Paris/Amsterdam, Flammarion/Ludion, 2000 ; puis Marie-Rose Rabaté et Frieda Sorber, Costumes berbères du Maroc, Paris, ACR, 2007.

6Des auteurs plus assurés ont retenu, eux, mes analyses des connotations : Pierre Bourdieu, celles relatives à l’homme d’honneur et à la protection (Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980 : 432-433) ; John Scheid et Jesper Svenbro, en passant par Paulette Galand-Pernet qui me cite, celles renvoyant à la créativité poétique (Le métier de Zeus, Paris, La Découverte, 1994 : 119). J’ai augmenté quant à moi les relevés de la métaphore tissage/ poésie chez les bardes berbères du Maroc : jusqu’à la jeune et militante Tabaâmrant, aujourd’hui, pour en faire usage.

7Quelques mots encore, pour évoquer les vicissitudes de la recherche. James Bynon, à qui ce travail doit tant, a vu son enseignement de berbère à la London School of Oriental and African Studies supprimé dès le début des « années Thatcher ». Mais sa thèse manuscrite et dactylographiée de 1963 a enfin connu l’imprimé en 2005, dans la série des « Berber Studies » (Cologne, Rüdiger Köppe) dirigée depuis Leyde par Harry Stroomer.

Berbère à la pelote de laine

Berbère à la pelote de laine

© Cl. Lefébure

Haut de page

Bibliographie

Lefébure, Cl. 1985 Réserves céréalières et société : l’ensilage chez les Marocains. In Gast, Sigaut, Beutler Les techniques de conservation des grains à long terme III. Paris : CNRS : 211-235.

Haut de page

Table des illustrations

Légende En ouverture, le signe typographique représenté est une esperluette –ligature de la conjonction et ; celle-ci fut conçue dans les années 70 par Claude Lefébure qui offrit ainsi un logotype à l’équipe de la revue Techniques & culture dans sa belle genèse.
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Berbère à la pelote de laine
Crédits © Cl. Lefébure
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Lefébure, « Retour sur « Linguistique et technologie culturelle » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 112-114.

Référence électronique

Claude Lefébure, « Retour sur « Linguistique et technologie culturelle » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://tc.revues.org/5067

Haut de page

Auteur

Claude Lefébure

EHESS, claude.lefebure@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page