Navigation – Plan du site
V. ÉVOLUTION, EXPÉRIMENTATION

Retour sur « La Collecte des termites »

Frédéric Joulian et Paulette Roulon-Doko
p. 386-388

Texte intégral

Jeune homme présentant le fruit de la collecte collective du petit matin. Yalé, Mt Nimba, janvier 1989, mission F.Joulian Côte d'Ivoire

Jeune homme présentant le fruit de la collecte collective du petit matin. Yalé, Mt Nimba, janvier 1989, mission F.Joulian Côte d'Ivoire

1Ce texte, rédigé au début des années quatre-vingt-dix, se fondait sur une double expérience, celle de Paulette Roulon-Doko qui achevait à cette période une imposante monographie d'ethnolinguistique sur la culture matérielle des Gbaya de Centrafrique (thèse d'état soutenue en 1992) et la mienne, après un long terrain éthologique sur les chimpanzés de la Côte d'Ivoire et la soutenance d'une thèse sur « le problème de la culture » chez les chimpanzés et les premiers hominidés (1993), mais aussi et surtout, sur l'expérience d'un rendez-vous manqué entre éthologie et anthropologie que j'avais vécu lors du colloque « Man the Hunter » à Londres en 1986 (Ingold et al. 1988).

2McGrew (1987) qui avait exposé à Londres et auquel nous répondions dans cet article utilisait le cadre d'analyse de la complexité technique forgé par Oswalt (1976) et comparait les outillages des chimpanzés de Tanzanie à ceux des chasseurs-cueilleurs tasmaniens et concluait dans une même métrique englobante que les chimpanzés étaient presque des hommes du point de vue de leur « technologie ». Une telle proposition suscitait de vives réactions et les débats versèrent rapidement sur un plan idéologique. Ils allaient par la suite se rigidifier et ouvrir à une « primatologie culturelle » militante (McGrew 2003).

3Une nouvelle « minorité » celle des « primates non-humains » (Joulian 2009) était née ! Toutes les forces et faiblesses de ce type d'engagement appuyé d'un arsenal termi­nologique emprunté à une vieille anthropologie (culturaliste diffusionniste), quantitatif et métrique (celui de la biologie comportementale) s'alliaient étrangement aux discours post-modernes alors en expansion.

4Mes perspectives comparatives d'alors étaient plus modestes : comparer des activités analogues chez deux espèces différentes, chimpanzés et hommes modernes dans le cas de l'article suivant, primates et hommes préhistoriques anciens (Australopithèques ou Homo), dans le cas d'autres travaux (1994, 1995), le but étant, par la comparaison étroite

5de leurs techniques, de développer une « étho-archéologie » (sur le modèle de l'ethno-archéologie) en transférant des connaissances d'un corpus plus informé à un autre, plus lacunaire. Nous cherchions simplement à mieux comprendre et interpréter les activités motrices, économiques ou cognitives, voire fonctionnelles, des hommes et des primates ; les dimensions sociales et historiques ne venant que plus tard.

6Le gros des données éthologiques portait alors sur les conduites de subsistance. L'insectivorie des chimpanzés, propice à la fabrication et utilisation d'outils venait contre­dire la paléoanthropologie et la préhistoire qui fondaient encore et toujours l'hominisa-tion intelligente sur l'outil et la carnivorie. L'enjeu évolutif était premier, mais également celui de la comparaison entre espèces qu'il fallait aborder empiriquement pour sortir des impasses de l'anthropomorphisme ou du zoomorphisme. Du côté de l'ethnologie, les travaux sur l'acquisition et la consommation des insectes étaient très rares et en France seule Paulette Roulon-Doko s'y était intéressée et avait décrit par le menu les activités de prédation d'insectes en plus de celles de chasse ou de cueillette (1980 à 2010).

7Sur la base de nos deux corpus d'activités nous pouvions donc, en utilisant les instruments de l'anthropologie des techniques (mais également de l'ethnolinguistique) analyser finement une activité de subsistance avec ses outils, processus, savoir, savoir-faire et non comme cela se faisait du côté anglo-saxon, qualifier la culture matérielle d'un groupe culturel donné ou a fortiori d'une espèce ou d'un genre (Wynn, McGrew 1989). La question évolutive sous-jacente dès lors qu'on implique les animaux dans la comparaison était suffisamment complexe pour ne pas la prendre trivialement. Notons que sur cette interface homme/animal s'engageaient alors toutes sortes d'enjeux liés aux conditions de scientificité des sciences de la nature et des sciences de l'homme (de Cheveigné & Joulian 2008).

8Depuis la parution de cet article, les travaux ethnographiques portant sur l'activité de consommation d'insectes se sont peu développés (hormis ceux de Roulon-Doko) au profit, bien normal, d'études sur de nouvelles pratiques alimentaires (acculturées, enculturées, globalisées et mondialisées). À l'inverse, l'éthologie des chimpanzés, tant en captivité qu'en milieu naturel, s'est amplement étendue dans des cadres comparatifs ambitieux mais discutables tant sur des questions de variations traditionnelles des outils et comportements que des questions de transmission, de variabilité et de flexibilité com­portementale (Nishida 1999 ; Whiten et al. 1999 ; Joulian 2000, 2005).

9D'autres découvertes ont par ailleurs été réalisées par des préhistoriens expérimen-talistes qui analysèrent des outils osseux des sites paléolithiques d'Afrique du Sud et conclurent à « la pêche aux termites » par les hominidés d'il y a 1,5 Ma. (Backwell, d'Errico, 2001 ; Joulian 2001).

10Pour finir, rappelons que cet article sur les termites s'inscrivait dans un numéro double « Des cultures de bêtes aux outils qui pensent... via l'anthropologie » aux côtés d'autres recherches sur l'animal avec la question culturelle (Boesch), les capacités cognitives outillées des primates (Vauclair, Anderson) ou celle de la transmission (Thierry). Il se trouvait également associé à un deuxième volet, cybernétique, dans lequel la question de l'autonomie réelle ou fictive des machines jouait encore fortement. En mettant l'an­thropomorphisme méthodologique au centre de son propos, Jean-Luc Jamard (1994) prenait la mesure de ces deux poussées synchrones, « animale » et « informatique ». Désormais, « bêtes » et « machines » vivent leurs propres vies et la place de l'homme, non pas dans la nature, mais « avec les natures, dans l'espace et le temps », prouve plus que jamais son actualité.

Haut de page

Bibliographie

Backwell, L., d'Errico, F. 2001 Evidence of termite foraging by Swartkrans early hominid bone tools. Proceedings of the National Academy of Sciences 98 (4) : 1358-1363. Cheveigné de, S., Joulian, F. 2008 Internalités et externalités des « natures de l'homme ». Introduction au thema « Les Natures de l'homme ». In Techniques et culture 50 : 10-15. Ingold, T., Riches D. & Woodburn J. (eds) 1987-1988. Hunters and Gatherers, Vol. 1 (History, Evolution and Social Change) & vol. 2 (Property, Power and Ideology). New York : Berg. Joulian, F. 1994 Peut-on parler d'un système technique chimpanzé ? Primatologie et archéologie comparées. In B. Latour, P. Lemonnier (dir.) De la Préhistoire aux missiles balistiques : l'intelligence sociale des techniques. Paris : La Découverte : 45-64.

— 1995 Mise en évidence de différences traditionnelles dans le cassage des noix chez les chimpanzés (Pan troglodytes) de la Côte d'Ivoire. Implications paléoanthropologiques. In : Dossier Archéologies en Afrique. Journal des Africanistes 65 (2) : 57-77.

— 1996 Comparing Chimpanzee and Early Hominid Techniques : some Contributions to Cultural and Cognitive Questions. In P.A. Mellars, K.R. Gibson (eds). Modelling the early human mind. Cambridge : McDonald Institute for Archaeological Research : 173-189.

— 2000 Techniques du corps et traditions chimpanzières. In : Les animaux pensent-ils ? Terrain n° 34 : 37-54. http: //terrain.revues.org/document951.html

— 2001 Origine de l'Homme, Termites et Chimpanzés. In : La Recherche n° 347 : 14-15.

— 2005 The Question of Body Techniques and Elementary Actions on Matter among Apes and Early Hominids. In : Proceedings of International Round Table From tools to Symbols. From Hominids to Modern Humans/Des outils aux symboles. Des hominidés aux Hommes Modernes (eds) Lucinda Backwell and Francesco d'Errico, Johannesburg : Witswatersrand University Press : 52-81.

— 2009 "Non-Human primates". In G. Bartholeyns, P.-O. Dittmar, T. Golsenne, M. Har-Peled, V. Jolivet,

Adam et l'astragale. Essais d'anthropologie et d'histoire sur les limites de l'humain. Paris : Éditions de la MSH : 325-336.

McGrew, W.-C. 2004 The Cultured Chimpanzee. Reflections on Cultural Primatology. Cambridge : CUP, 248 p. Nishida, T. et al. 1999 Ethogram and Ethnography of Mahale Chimpanzees. In Anthropological Science 107 : 141-188.

Oswalt, W.H. 1973 An Anthropological Analysis of Food-Getting Technology. New-York : John Wiley & sons, 310 p. Roulon-Doko, P. 1980 Le Savoir des Gbaya de Centrafrique sur les chenilles comestibles, leur comportement et leur habitat, Bulletin de liaison de la SEZEB (8) : 20-25.

— 1998 Chasse, cueillette et cultures chez les Gbaya de Centrafrique. Paris : L'Harmattan, 540 p.

— 2001 Cuisine et nourriture chez les Gbaya de Centrafrique. Paris : L'Harmattan, 348 p.

— 2001 Approche ethnolinguistique dans le domaine des techniques culinaires : l'exemple du gbaya 'bodoé de Centrafrique. In R. Nicolaï Leçons d'Afrique, Filiations, ruptures et reconstitution des langues, un hommage à Gabriel Manessy. Louvain-Paris : Peeters, Coll. Afrique et langage (2) : 285-303.

— 2003 Les Fourmis dans la conception des Gbaya de Centrafrique. In E.M.-F.e.J.M.C.T. (éds.) Les « insectes » dans la tradition orale. Paris : Peeters, SELAF (407) : 73-86.

— 2006 Women'Hunting in Gbaya Land. In Armin Prinz (eds) Hunting Food and Drinking Wine, Wien : Lit, Wiener Ethnomedizinische Reihe : 155-163.

— 2010, Le Manioc en pays gbaya, Son stéréo, durée 47 mn 33, DVD5, PAL, format 4/3. CNRS 2009 : http://www.vjf.cnrs.fr/clt/html/audio/videotheque.htm

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeune homme présentant le fruit de la collecte collective du petit matin. Yalé, Mt Nimba, janvier 1989, mission F.Joulian Côte d'Ivoire
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5041/img-1.png
Fichier image/png, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Joulian et Paulette Roulon-Doko, « Retour sur « La Collecte des termites » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 386-388.

Référence électronique

Frédéric Joulian et Paulette Roulon-Doko, « Retour sur « La Collecte des termites » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://tc.revues.org/5041

Haut de page

Auteurs

Frédéric Joulian

EHESS, CNRS, Frederic.Joulian@ehess.fr

Articles du même auteur

Paulette Roulon-Doko

EHESS, CNRS, roulon@vjf.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page