Navigation – Plan du site
V. ÉVOLUTION, EXPÉRIMENTATION

Comparaison d’une activité technique chez les hommes et chez les chimpanzés

La collecte des termites
Frédéric Joulian et Paulette Roulon-Doko
p. 387-413

Résumé

Cet article porte sur l’analyse comparée de différentes activités techniques animales et humaines concernant la récolte des termites. Les Gbaya et les chimpanzés de Tanzanie nous en fournissent la base matérielle. Nous attirons l’atten­tion sur l’originalité de ces données, la description des techniques d’acquisition d’insectes dans les populations humaines étant des plus rares. L’objectif de la comparaison est de décrire le plus précisément possible les stratégies, variantes techniques, outils, connaissances..., impliqués dans ces sociétés de primates humains et non humains et d’apprécier leur complexité et leur variabilité. Les instruments d’analyse déjà utilisés (taxonomie de W.Oswalt, notions de chaînes opératoires) seront discutés et confrontés aux concepts de tâches et d’activité employés en ergonomie. Ces descriptions invitent à repenser de façon plus approfondie : 1) l’appréciation de certaines com­plexités techniques dans un cadre comparatif non évolutionniste et 2) d’aborder sur un plan très proche - avec des déterminants mécaniques et environnementaux similaires-les significations de quelques-unes des analogies ou différences interspécifiques rencontrées.

The Gbaya and the chimpanzees of Tanzania are the documentary basis for this comparative analysis. We underscore the originality of the data, the description of a technology for gathering insects by human populations being extremely rare. This comparison aims at describing as exactly as possible strategies, technological variance, tools, knowledge..., practised in these societies of human or non human primates and weighing their complexity and their variability. The analytical tools, which have already being used (those of W. Oswalt, the notion of operational sequences, and the conceptual frames of prehistoric technology) are discussed and compared to the concepts of tasks and activities used in ergonomy. These different approaches and descriptions lead to rethinking thoroughly: 1) the weighing of certain technological complexities in a comparative and non evolutionary framework and 2) to approaching on a proximate level - with similar mechanical and environmental determinants - the meanings of some of the analogies of interspecies or intercultural differences.

Haut de page

Notes de la rédaction

in Techniques & Culture 23-24, 1995 : 29-62

Texte intégral

1 [...] À l’origine de ce texte il y a les très nombreuses observations d’éthologie sur la pêche aux termites pratiquée par les chimpanzés est-africains. Elles fournissent le corpus le plus riche d’utilisation d’outils par un primate vivant en milieu naturel.

2Cette activité de collecte des termites a été décrite dès 1964 par Jane Goodall (1964) sur le site de Gombe en Tanzanie et reste observée continûment depuis lors.

3Divers chercheurs ont décrit cette activité chez différents groupes de chimpanzés, du Sénégal (McBeath et McGrew 1982) à la Côte d’Ivoire (Boesch et Boesch 1990), du Cameroun (Muroyama 1991) à la Tanzanie (Uehara 1982), et ont montré son originalité et son importance en termes alimentaires (McGrew 1983), sociaux (McGrew 1979), tech­niques (Teleki 1974) ou même culturels (McGrew, Tutin et Baldwin 1979 ; McGrew 1992).

4Si l’utilisation de baguettes pour pêcher les termites apparaît à tout un chacun comme quelque chose d’un peu anecdotique, comme une forme primitive d’utilisation d’outil, c’est peut-être, qu’outre le matériel périssable employé (végétal), on en reste encore aux premières images, publiées dans le National Géographie, où l’on voyait les chimpanzés de Gombe utiliser des outils « comme des hommes ou comme des pré-hommes » tels qu’on se plaît à les imaginer.

5Au début des années soixante, ces outils et activités contrastaient singulièrement avec les plus anciens outils de pierre « humains » d’Olduvai, datés de presque 2 millions d’années et présentés de la même façon dans le National Géographie par le préhistorien Louis Leakey, celui-là même qui avait encouragé les travaux de Jane Goodall.

6Trente-cinq ans après, nous savons que les chimpanzés utilisent également des outils de pierre et que ceux-ci sont même identiques à certains outils préhistoriques d’Oldoway



Baguette pour pêcher des termites, Comoé, Gansé, Côte-d’Ivoire, 2001

Baguette pour pêcher des termites, Comoé, Gansé, Côte-d’Ivoire, 2001

© F. Joulian

Ndlr : illustrations ajoutées à l’édition originale

7Ces percuteurs et enclumes se rencontrent dans les niveaux oldowayens correspondant aux hominidés les plus anciens (Australopithèques ou Homo habilis) mais également dans les niveaux acheuléens (Leakey 1994).

8Ces quelques mots pour dire combien les matériaux et le paradigme évolutionniste ont pu marquer et marquent encore notre imaginaire collectif. Car ne nous leurrons pas, si préhis­toriens ou ethnologues ont été réticents à prendre en compte les techniques instrumentales simples, ou ont perçu l’utilisation de végétaux comme une forme première de l’évolution technique - se transformant ensuite dans le travail de matériaux plus tenaces -, ce n’est pas parce qu’ils se fondaient sur des exemples animaux de l’évolution technique, mais parce qu’ils appliquaient un schéma préexistant de complexification et d’évolution des sociétés.

9Pourquoi en ethnologie sommes-nous tellement en peine de trouver des descriptions détaillées de collectes d’insectes ? Pourquoi les techniques simples (sans même parler des techniques du corps), échappent-elles autant aux observations des ethnologues ?

10Les insectes, même s’ils ne sont pas les plus prisés des animaux consommés, consti­tuent une part très importante de la biomasse animale des pays tropicaux (Hladik et al. 1993) et entrent dans les régimes alimentaires de très nombreuses populations humaines (Bodenheimer 1951 ; Ramos Elorduy de Conconi 1987 ; Dufour 1987). Les raisons de ce défaut d’observation sont certes surprenantes, mais probablement identiques à celles que nous fait apparaître le contraste entre sociétés de primates et sociétés préhumaines, autrement dit celles d’un paradigme évolutionniste téléonomique qui réduit l’évolution des sociétés à quelques paramètres bien trop influents pour être aussi déterminants qu’on le dit.

11Les observations faites sur les Gbaya de Centrafrique et exposées ici échappent à un tel environnement, elles représentent même l’un des rares exemples d’une ethnographie qui tient compte tout aussi bien des aspects techniques que sociaux et qui décrit de façon aussi fouillée l’acquisition d’insectes que celle des grands mammifères (Roulon-Doko 1992, 1994).

12L’objet de la rencontre entre les deux auteurs porte sur la comparaison d’une même activité chez les hommes, Gbaya ’bodoé, et chez les chimpanzés (Pan troglodytes), celle de la collecte et de la consommation des termites. L’aspect extrêmement contextuel de notre association, [car pour ces deux sociétés, l’une animale et l’autre humaine, nous disposons de descriptions comparables d’activités], exclut bien entendu toute velléité de placer hommes et singes dans une perspective strictement diachronique. Il s’agit bien plutôt de nous mettre dans le cadre d’une analyse transversale et circonscrite d’une activité. Notre but est de faire apparaître, pour des sociétés de nature aussi différente, des ressemblances et des écarts significatifs dans les techniques.

Outils chimpanzé et préhistorique analogues

Outils chimpanzé et préhistorique analogues

Ndlr : illustrations ajoutées à l’édition originale

13 Les contraintes matérielles (saison, termites, termitières, etc.) de la collecte des termites définissent en revanche un cadre d’opération très particulier, relativement uniforme sui­vant l’espèce recherchée et le contexte de prédation et suivant la (les) tâche(s) globale(s) : extraction et consommation des termites sont a priori identiques et justifient notre choix d’analyse d’un strict point de vue scientifique.

14Mais comparons-nous bien les mêmes activités techniques ? Peut-être pas. Qui peut répondre d’avance à cette question ?

15Des problèmes plus généraux (méthodologiques et théoriques) concernant les choix et variantes techniques ou la mise en parallèle d’espèces différentes, nourrissent égale­ment ce rapprochement.

16Un autre aspect sous-tend également cet article : celui de la sur- ou sous-détermi­nation des techniques et la façon dont elles peuvent leurrer l’observateur. Comment des techniques - des artefacts et des activités, en l’occurrence - peuvent-elles revêtir les mêmes formes tout en répondant à des déterminations très différentes, voire oppo­sées ? Autrement dit, des sondes ou baguettes à pêcher les termites de même forme peuvent-elles, ou non, renvoyer à des déterminations anatomiques, cognitives, sociales ou culturelles, identiques ?

17Une sonde chimpanzé sera utilisée par tous les membres du groupe (adultes et jeunes des deux sexes) alors que seuls les enfants Gbaya s’en serviront. Si le problème est avant tout technique pour les préhistoriens qui ne travaillent que sur des traces ou sur des artefacts et qui cherchent à reconstituer les significations sociales, symboliques... des outils, il revêt une dimension plus directement sémiotique pour l’anthropologue qui a accès à l’ensemble des comportements. Nous avons déjà évoqué l’exemple des matériels de cassage chimpanzé et préhistorique (oldowayen) qui posent le même problème de reconnaissance et de limites de nos interprétations.

Les études antérieures

18La description des techniques et des outils animaux n’est pas chose nouvelle en anthro­pologie ainsi que l’ont fait remarquer Tim Ingold (1986) ou François Sigaut (l991b, 1993). Deux des fondateurs de l’anthropologie du xixe siècle, L. H. Morgan et A. Pitt-Rivers ont décrit des outils et des activités techniques animales. Il s’agit des castors dans le cas de Morgan (1868) et des singes dans celui de Pitt-Rivers (1906). Ces observations sont caractéristiques d’une ethnologie descriptive ou naturaliste qui disparaît durant la majeure partie du xxe siècle au profit d’une psychologie et d’une philosophie davantage intéressées par les capacités mentales ou la recherche de spécificités humaines (langage, outil, conscience, etc.) dont elles trouvent des formes primitives dans le monde animal.

19L’article de l’anthropologue américain Leslie White (1942) illustre bien cette tendance à reconnaître les outils animaux comme pré-formes des outils humains, mais il fait aussi le constat d’une continuité dans la transmission des techniques humaines et d’une rupture du point de vue des capacités symboliques, ces deux caractéristiques inscrivant les hommes dans une sphère historique inaccessible aux animaux. White, mais d’autres anthropologues avant lui (Hart et Pantzer 1925 ; Kroeber 1928), se sont intéressés à cette question des techniques et des capacités culturelles des animaux mais n’ont pu, en leur temps, traiter réellement la question, faute d’observations en milieu naturel, faute des contextes environnementaux ou sociaux dans lesquels elle prend réellement sens. À ce propos, remarquons aujourd’hui encore, que les psychologues n’hésitent pas à trancher ces questions de culture ou de protoculture sous le seul angle de la transmission de l’information et de données expérimentales décontextualisées (Tomasello 1991, 1994 ; Premack et Premack 1994).

20Une technographie comparée des hommes et des singes est le fait, au début des années soixante-dix, des éthologues de terrain (Teleki 1974, 1975 ; McGrew 1974). Leurs perspectives de l’époque rejoignaient cependant celles de la paléo-anthropologie et de la recherche de modèles très généraux d’hominisation (Washburn et More 1974 ; Lancaster 1975 ; Isaac 1976), modèles fondés en partie sur les comportements tech­niques des chimpanzés. L’anthropologie écologique de la fin des années soixante-dix nous fournit quelques exceptions qui intègrent les primates (et leurs techniques) dans l’analyse comparée des sociétés de chasseurs-cueilleurs (Tanaka 1976), et les replacent dans des perspectives évolutionistes cristallisées dix ans plus tôt avec le colloque « Man the Hunter » (Lee, de Vore 1968).

21Ce n’est en fait qu’au milieu des années quatre-vingt que l’éthologue William McGrew (1987) ajouta une société humaine aux comparaisons inter-groupes qu’il opérait entre les chimpanzés d’Afrique de l’Ouest, Centrale ou de l’Est : celle des Tasmaniens, disparue au xixe siècle, et considérée comme représentant la « culture matérielle la plus primitive ».

22Pour ce faire, il utilisa une grille d’analyse des cultures matérielles mise au point par l’anthropologue Wendell Oswalt (1973, 1976) qui permet de comparer différentes sociétés traditionnelles. L’objectif d’Oswalt ou de McGrew était d’apprécier et de mesurer la complexité des techniques dans différentes sociétés.

23La taxinomie de la culture matérielle que propose Oswalt est extrêmement hiérar­chisée (tableau 1) et s’étend des objets non transformés (naturefacts) aux instruments les plus complexes. L’élément de base de la mesure est « l’unité technique » (techno-unit) qui s’apprécie indépendamment de l’artefact lui-même et permet d’établir un rapport entre le nombre d’outils et le nombre d’éléments techniques qui les composent et de donner ainsi une expression quantitative de la complexité générale de l’outillage d’un groupe. Cette approche typologique se fonde essentiellement sur des produits finis, sur des formes, et l’auteur ne cite qu’en conclusion quelques données sur leur production [... réduction, conjonction, reproduction, lien]. Les actions, les activités - mêmes décrites sommairement - n’entrent en aucun cas dans l’appréciation de la complexité, ni chez Oswalt (1976, 1988), ni chez McGrew (1987, 1992). Les principes de production leur servent seulement à sauter le pas et à parler de façon générale d’évolution des techniques sans que les rapprochements soient justifiés par d’autres voies que méthodologiques. La question : « Pour quelles raisons sommes-nous en droit de rapprocher chimpanzés et Tasmaniens pour produire un modèle d’évolution humaine ? » ne trouve pas vraiment de réponse.

24Toujours est-il que la comparaison opérée par McGrew entre les chimpanzés et les Tasmaniens (1992) donne à voir que les uns et les autres n’ont que des outils simples, qu’artefacts et naturefacts sont à peu près également utilisés et qu’ils servent davantage pour acquérir de la nourriture animale que végétale. En termes de complexité, seuls les Tasmaniens présentent plus d’un techno-unit par outil (tableau 1). Les principes de réali­sation d’outils sont également comparables et nous montrent qu’il n’y a pas de différence qualitative entre les deux « cultures matérielles » (McGrew 1992 : 141-142).

25L’intérêt du travail de McGrew nous semble résider dans cette première ethnographie interspécifique qui ose rapprocher les techniques animales des techniques humaines au sein d’un cadre d’analyse identique et qui fait apparaître leur proximité en termes de forme, mais aussi dans le fait que ce chercheur a pour la première fois pris en compte la variabilité culturelle et considéré une seule population (chimpanzés Tanzaniens) et non toutes les techniques et tous les groupes chimpanzés.

26La faiblesse de la comparaison tient de notre point de vue à la prétention naïve de vouloir rendre compte de la complexité de l’ensemble des techniques d’un groupe et qui plus est, à l’aide d’une méthode aveugle aux actions dans lesquelles se situe l’outil, que ce soit pour le fabriquer ou pour l’utiliser.

27L’exemple le plus caricatural à ce sujet vient d’une analyse comparée des singes capucins, des chimpanzés et des Tasmaniens ; elle est due à l’éthologue G. Westergaard (1994) qui utilise mécaniquement la grille de lecture de Oswalt ainsi qu’on a pu le faire pour des tests psychométriques. Que les éthologues, fins descripteurs des comportements se trouvent aussi désarmés face aux objets et aux techniques a de quoi surprendre et mériterait qu’on y regarde de plus près.

Tableau 1 : Analyse comparée des techniques des chimpanzés Tanzaniens et des chasseurs-cueilleurs de Tasmanie, présentation résumée d’après Oswalt 1976, McGrew 1992

Tasmaniens

Chimpanzés de Tanzanie

Complexité technique

nb. de subsistant

18

15

nb. d’unité technique

22

20

nb. moyen d’unité technique par subsistant

1,2

1,3

Modes opératoires

Réduction

spear

fishing probe

Conjonction

plain bide

(nest-building)

Reproduction

tied-up grass

leaf sponge

Lien

baited hide

ant-dipping sapling)

28 Que signifie, en effet, apprécier la complexité ? Complexité de quoi ? On voit dans le tableau 1 que sous prétexte d’en mesurer la complexité de façon objective, la grille d’Oswalt isole arbitrairement les objets de tout leur environnement - des individus avec leurs capacités cognitives d’une part, du groupe social avec son organisation de l’autre.

29À quoi sert d’apprécier ainsi le nombre d’unités techniques (technounits) pour lui-même si nous ne savons à quelles significations sociales, adaptatives il renvoie ?

30 À quoi sert de compter le nombre de formes utilisées si nous ne décrivons pas égale­ment le sexe ou le statut des utilisateurs ? L’instrument de mesure d’Oswalt tel qu’il est désormais employé devient extrêmement statique et inapte à exprimer les processus ou à correctement refléter le degré d’élaboration des techniques.

31Comparer la complexité de techniques, c’est aussi apprécier la variabilité et la com­plexité des relations entre dimensions techniques et dimensions sociales (Cresswell 1985). Rien là que de très banal pour le lecteur de Techniques & Culture mais si peu évident dans le monde de l’éthologie.

32L’absence de théorie de l’action, d’analyse des savoir-faire, d’appréciation des stratégies opératoires mises en œuvre suivant les contextes d’utilisation, etc., peut paraître surprenante dans les années quatre-vingt-dix mais elle reflète simplement, nous semble-t-il, une pensée évolutionniste dont on hérite par l’intermédiaire d’une méthode, pensée qui n’hésite pas à mettre en parallèle Tasmaniens, chimpanzés et singes capucins, sans autre justification que de rendre compte de l’évolution des techniques. Comme si la grille d’analyse, la calculette ou l’ordinateur pouvaient en eux-mêmes justifier des rapprochements ! Pourquoi pas un raton-laveur ou une punaise ? L’un de nous a déjà versé, d’une certaine façon, dans cette chausse-trape (Beyriès et Joulian 1991 et cf. « critiques » in Guille-Escuret 1994).

33Mais en définitive, ce qui est primordial c’est de savoir ce que l’on compare et pour­quoi : dire que l’on met en parallèle techniques animales et humaines afin de voir si elles sont comparables est un premier pas, déjà franchi avec des justifications diverses : origine de la culture matérielle (McGrew 1987 ; Wynn et McGrew 1989), significations des techniques préhistoriques (Joulian 1986, 1993).

Figure 1. Carte de localisation des sites indiqués dans le texte
1. Gombe Sream (Tanzanie) ; 2. Bouar (Centrafrique)

Figure 1. Carte de localisation des sites indiqués dans le texte1. Gombe Sream (Tanzanie) ; 2. Bouar (Centrafrique)

34Un second pas peut être fait dans une approche étho-archéologique où les don­nées archéologiques, anthropologiques et éthologiques sont prises au sein d’une problématique commune (Sept 1992 ; Joulian 1993) ; et enfin un troisième pas correspond à une anthropologie plus générale mettant en perspective faits techniques, sociaux et culturels.

35L’option choisie ici, contrairement aux travaux que nous venons de citer, n’a aucune ambition d’évaluation de la com­plexité d’une culture matérielle dans son ensemble ; elle met en parallèle et examine une activité technique particulière, celle de la récolte des termites, pour laquelle nous disposons de données dans les deux camps : humains et animaux. Les chaînes opératoires que nous rapportons permet­tent de rendre compte de cette activité relativement complexe (avec différentes techniques et variantes techniques) et nous donnent des corpus les plus compa­rables qui soient ainsi que quelques indices de complexité. Rien de plus.

36L’analyse qui suit présente deux ensembles de techniques dans des groupes distincts, celui des chimpanzés de Gombe en Tanzanie et celui de la population humaine des Gbaya ’bodoé de la région de Bouar en Centrafrique.

37Il existe depuis peu des observations sur la pêche aux termites pratiquée par les chimpanzés de Centrafrique (Fay et Carroll 1994) et donc appartenant à des environ­nements géographiques et faunistiques plus proches de celui de Bouar, mais nous avons cependant préféré privilégier une quantité et une qualité d’information que seule une étude à long terme peut fournir (plus de 30 ans d’observations pour Gombe-Stream).

38Les données sont présentées sous forme de tableaux qui synthétisent l’ensemble des instruments et activités impliqués dans la collecte des termites. Les autres espèces animales chassées (vertébrés et invertébrés) y sont également exposées afin de relativiser l’importance des termites au sein des principales activités de subsistance.

39Toute l’information disponible concernant les différentes techniques de collecte des termites est réunie dans le tableau 6. Notre relecture et présentation des données de Gombe se fait sous la forme de tableaux où nous distinguons autant que possible les tâches (correspondant aux objectifs des agents chimpanzés et gbaya) des activités (cor­respondant à l’ensemble des conditions, moyens, conduites) mises en œuvre pour les remplir. Ce type de relecture des observations existantes nous permet de comparer les deux sociétés et de faire apparaître les variations et le degré d’élaboration des techniques aussi finement que possible.

Présentation des sociétés

Les Gbaya ’Bodoé (République Centrafricaine)

40Les Gbaya ’bodoé font partie de l’ethnie gbaya kàrâ. Ils comptent environ 5 000 personnes, réparties en une quarantaine de villages situés au sud-ouest de Bouar, en République Centrafricaine. Ils vivent dans une savane très verte, principalement arbustive, mais aussi dans des savanes arborées caractérisées, pour la plus commune, par la prédominance de Lophira et Burkea, et pour les autres par la prédominance soit de Uapaca, soit d’Iso-berlinia, ainsi que des portions de savane forestière. Les sources et les petites rivières y abondent et sont bordées de forêts-galeries. Il existe enfin, aussi, des portions de forêt dense sèche qui ne sont pas liées à la présence d’un quelconque cours d’eau. La variété des formations végétales composant leur milieu naturel favorise une grande diversité d’espèces animales et végétales. Tout au long de l’année, les Gbaya ’bodoé exploitent ces ressources spontanées par la chasse et la collecte, tout en pratiquant une petite culture (sésame, arachides, diverses plantes vivrières et manioc). Sur le plan artisanal, ils façonnent des poteries, confectionnent des vanneries et pratiquent le travail du fer dont ils étaient producteurs.

41Le climat est dit soudano-oubanguien (Sillans 1958), avec une hauteur moyenne des précipitations de 1500,8 mm en saison des pluies, de 149 mm en saison sèche, et une température moyenne de 24,9 °C et 25,8 °C, respectivement. L’année se compose de deux saisons de durée inégale. La saison sèche s’étend sur quatre mois, de novembre à mars, tandis que la saison des pluies dure les huit mois restants, avec une période de grand ensoleillement courant mai et une pluviosité maximale en août.

42Les collectes pratiquées par les Gbaya ’bodoé, qu’il s’agisse de végétaux (champignons par exemple) ou d’insectes, font appel à des stratégies élaborées qui témoignent de leur excellente connaissance du milieu naturel et dont la variété est aussi grande que celle des techniques mises en œuvre pour la chasse ou le piégeage. Les collectes d’insectes constituent tout au long de l’année une activité majeure effectuée principalement par les femmes (tableaux 2, 3).

Tableau 2. Techniques de chasse chez les Gbaya de Centrafrique et les chimpanzés de Tanzanie
La dénomination de « techniques » peut apparaître impropre car essentiellement illustrée par des instruments (piège, sagaie...) mais ceux-ci correspondent à des modes d’action, des fonctionnements ou même des buts (capture d’animaux très différents) bien distincts les uns des autres.

Techniques de chasse Gbaya

Collective

Individuelle

Mixte

Acteurs

Animaux chassés

feu / sagaie / chien / filet

x

-

H

tous animaux

sagaie / chien / filet

x

-

H

céphalophes, singes, aulacodes,...

arc

x

-

H

animaux arboricoles (écureuil, singe), genette, civette, nandinie

arc + piège à rat

x

-

garçons

rats

coupe-coupe / feu

x

x

H

rongeurs en terrier

sagaie

x

x

H

python

arbalète

x

H

animaux arboricoles (singes, écureuils volants, calaos)

houe-bêche + / - feu

x

x

F

rongeurs en terrier (rats, écureuil terreste)

piège fosse

x

H

gros animaux (buffles, potamochères, phacochères)

piège assommoir (x variantes)

x

H

rat de Gambie, aulacode, écureuil, genette, athérure, panthère, porc-épic

piège ressort

x

H

céphalophes, rongeurs, carnivores, serpents, oiseaux

piège lacet

x

H

oiseaux marcheurs, carnivores, singes terrestres, céphalophes, rongeurs

sans instrument

x

x

H

tortue

- : impossible
Collective : groupe en coordination
Mixte : activités individuelles menées en parallèle

43Les Gbaya recherchent systématiquement certains invertébrés pour les consom­mer. Ce sont en particulier des termites (10 espèces), des chenilles (34), des coléoptères (6), des sauterelles (38), des cicadelles, des cigales, des grillons et des punaises (8). Le nombre d’espèces recherchées est bien inférieur à celui des espèces comestibles, car on ne recherche que ce que l’on peut récolter en assez grande quantité. Le reste est ramassé seulement au hasard d’une trouvaille et consommé sur place. Sur l’ensemble de l’année, les plats d’origine végétale représentent environ 62,5 % des préparations. Les 37,5 % res­tant se répartissent en 28,8 % de viandes (gibier 4,8 % et bœuf domestique 24 %), 5,3 % d’invertébrés et 3,4 % de certains gibiers consommés seulement par les hommes. Au vu de ces mesures il semblerait que la consommation des invertébrés soit donc comparable à celle du gibier.

Les Chimpanzés de Gombe (Tanzanie)

44Le Parc National de Gombe se situe dans les montagnes du Nord-Ouest de la Tanzanie, au bord du lac Tanganyika et s’étage entre une altitude de 775 m (bord du lac) et les crêtes limitant le parc à 1 500 m.

Tableau 3 : Mammifères consommés chez les Gbaya de Centrafrique et les chimpanzés de Tanzanie

Mammifères consommés

Chimpanzé Gombe

Gbaya (Centrafrique)

Nb. de techniques

Nb. de techniques

Colobus badius

2

Colobus guereza

Colobe guereza (kendi)

3

Colobus polykomos

Colobe magistrat (fonga)

3

Papio anubis

Babouin doguera (Gba-dawa)

2

3

Erytrocebus patas

Patas (mboyo)

2

Cercopithecus aethiops

Singe vert (bu-dawa)

4

Cercopithecus nictitans

Cercopithèque hocheur (tuu)

3

Cercopithecus mona

Mone de Campbell (ngoda)

3

Cercopithecus mitis

Cercopithèque ?

1

Cercopithecus ascanius

Cercopithèque (gbe-dom)

1

3

Pan troglodytes

Chimpanzé commun

1

Homo sapiens

Homme

1

Tragelaphus scripta

Guib harnaché (zambere)

2

2

Potamochoerus porcus

Potamochère (ngoya)

1

2

Phacocherus aethiopicus

Phacochère (ngbara)

1

Kobus defassa

Cobe defassa (dop)

1

Kobus adenotakob

Cobe de Buffon (kode)

1

Cephalophus sylvicultor

Céphalophe à dos jaune (mboo)

2

Cephalophus rufilatus

Céphalophe à flancs roux (ban)

2

Cephalophus monticola

Céphalophe (todo)

2

Limnotragus spekei

(mbudu)

1

Ourebia ourebi

Ourébi (calamba)

1

Sylvicapra grimmia

(bio)

2

Syncerus caffer

Buffle (yere)

3

Funisciurus sp.

Funisciure

1

Sp. indet.

1

Lepus sp.

Lièvre (domo)

1

Thryonomys swinderianus

(bia)

3

Procavia rificeps

(mbadaka-ta)

1

Hyxtris cristata

Porc-épic (gnona)

2

Atherura africana

Athérure (gneze)

3

Lutra maculicollis

Loutre (bon)

1

Aonyx capensis

(yondo)

1

Potamogale velox

Potamogale (papasa)

1

Panthera pardus

Panthère (gon)

2

Leptailurus serval

Serval (gbaza)

3

Felis sp.

Chat sauvage (buku-luku)

1

Lycaon pictus

(gbo)

1

Genetta sp.

Genette (bore)

2

Nandinia binotata

(baya)

2

Viverra civetta

Civette (gbatik)

2

Perodyctitus potto

Potto (nin-tin)

2

Mangouste sp.

Mangouste (ngnee)

1

Ichneumia albicauda

Mangouste à queue blanche (buse)

1

Herpestes ichneumon ?

(gbagne)

2

Mungos mungo

Mangue (mutui)

2

Oryctéropus afer

Orychtérope (zai)

1

Sp. indet.

Chauve-souris

1

Totaux sp./tech.

11 (chimp.) / 41 (gbaya)

14

79

45La topographie est assez escarpée, elle correspond aux vallées qui descendent des sommets vers le lac. Les différentes zones sont couvertes de cinq principaux types de végétation (lande subalpine sur les crêtes, forêt ouverte à Brachystegia sur les pentes, forêt semi-décidue sur les pentes ou les crêtes séparant les vallées, forêt sempervirente en bas de pente et enfin, prairies avec arbres isolés aux altitudes les plus basses) ; les zones forestières constituent les sources principales de nourriture des chimpanzés (Clutton-Brock et Gillett 1979 ; Goodall 1986).

46Le climat est caractérisé par une saison sèche de mai à octobre et une saison des pluies le reste de l’année, qui atteint son maximum entre décembre et mars. Les précipitations sont en moyenne de 1 500 mm, les températures annuelles oscillent entre 25 et 30 degrés (Collins et McGrew 1988).

47Les chimpanzés de Gombe représentent une population d’environ 160 individus qui s’est fortement réduite au cours des dernières années sous la pression des cultures en périphérie du parc. Ils se nourrissent de plus de 140 espèces végétales différentes, chassent des petits mammifères (tab. 3) et consomment aussi, tout au long de l’année, un grand nombre d’inver­tébrés (tab. 4 et 5) (Goodall 1986). La consommation d’insectes (fourmis, chenilles, termites, etc.) représente une part importante de l’alimentation et les femelles peuvent passer plus de 15 % de leur temps de veille à cette activité au début de la saison des pluies (McGrew 1983).

48Plusieurs espèces de termites sont consommées par les chimpanzés mais le genre le plus répandu, aussi bien au Sénégal qu’en Afrique centrale ou en Tanzanie est Macrotermes, genre de grande taille (2 à 4 fois plus gros que les autres genres disponibles sur les mêmes sites) qui produit les grandes termitières cathédrales que l’on rencontre au sud du Sahara. L’accessibilité des termites varie fortement suivant les saisons ; en période sèche, l’argile des termitières, cuite au soleil, peut être d’une dureté extrême. Le genre Pseudacanthotermes est aussi consommé par les chimpanzés de Gombe, mais uniquement les formes ailées, en période de pluies (Collins et McGrew 1985).

Premiers éléments d’une comparaison

49Notons d’abord que même si les deux populations, Gbaya et chimpanzé vivent dans des condi­tions similaires (à l’inverse des Tasmaniens), un ensemble de caractéristiques propres à la variété des espèces de termites présentes et exploitées, à leur phénologie, etc., nous échappe encore.

50Afin de resituer la collecte de termites parmi les autres activités techniques, voici donc résumées, pour les chimpanzés de Gombe et les Gbaya de Bouar, les principales techniques de chasse et de collecte de mammifères et d’invertébrés publiées à ce jour.

51La collecte d’insectes (la pêche aux termites en particulier) se situant, d’un point de vue opératoire, entre les techniques de chasse et celles de ramassage des végétaux, une présentation de ces dernières doit aussi être conservée à l’esprit, dès lors que l’on met en parallèle deux modes d’extraction. Nous dirons seulement qu’elles occupent une place importante dans ces deux populations tropicales (cf. supra).

52Face à la quantification trop positive que nous avons vue précédemment, nous présen­tons ci-dessous d’autres indices de complexité, plus simples il est vrai, mais qui n’en sont pas moins les plus « avancés » que l’on puisse formuler dans le cadre d’une comparaison interspécifique (tableaux 2 et 4 pour ce qui concerne les différentes techniques ; tableaux 3 et 5 pour les différentes espèces animales chassées et les différentes techniques utilisée pour chaque espèce). Ce genre de quantification qui se fonde uniquement sur les manières de parvenir à une fin - attraper des mammifères ou des insectes en l’occurrence -, nous semble le seul tenable, tout autre étant trop alambiqué ou trop hétérogène, mais surtout faisant la part trop belle aux artefacts. À ce propos, la classification de C. et H. Boesch (1990, 1994), même si elle est critiquable, semble préférable aux autres car fondée sur des activités réelles (insérer, broyer...) et non sur des formes instrumentales qui n’expriment somme toute qu’un aspect limité de la complexité technique.

Tableau 4 : Techniques de collecte d’insectes

Techniques de collecte d’insectes

Chimpanzé

Gbaya

Collective

Individuelle

Mixte

Collective

Individuelle

Mixte

Animaux chassés

main nue

x

x

x

x

tous insectes

lumière

x

termites ailés

son

x

termites ailés

pêche

x

x

x

x

termites

balayage

x

termites, fourmis

balai-piège

x

termites ailés

maison-piège

x

termites ailés

noyade

x

x

x

termites

destruction

x

x

termites, fourmis, grillon, larves

glu

x

x

coléoptères, cigales

ébranlement

x

x

coléoptères (Hanneton)

sonder (dip, probe)

x

x

fourmis, etc.

extraction

x ?

x

x

abeilles, fourmis

- : Impossible
Collective : groupe en coordination Mixte : activités individuelles parallèles

  • 1 Une technique, un fait technique correspond à un ensemble de procédés permettant d’effectuer une ac (...)

53Une définition simple de la technique comme « action efficace sur la matière caractérisable en premier lieu par son fonctionnement » suffit au travail de comparaison des activités de collecte des chimpanzés et des Gbaya. On y adjoindra également, dès lors que nous parlons d’autres groupes, une précision pour rendre compte des variantes techniques1 (tableau 6).

54Un des traits les plus nets qui apparaît à la lecture de ces tableaux est la grande diversité des espèces capturées par les chimpanzés, et surtout, l’absence d’instruments pour la chasse aux mammifères. La chose est remarquable tant d’un point de vue métho­dologique que scientifique. En termes adaptatifs, évolutifs, l’importance des techniques outillées serait donc à relativiser. Elle se restreint peut-être à un champ particulier, celui des espèces de tailles moyenne et grosse (voir Bunn 1982 pour la préhistoire ancienne) ou celui d’un accès à des sources protéiniques massives ou maîtrisées (pour les insectes). Le chimpanzé chassant et pêchant avec des outils : voilà une des principales raisons qui l’a fait considérer par bon nombre de scientifiques comme prototype d’une humanité primitive.

55[... et nous appelions alors à une distinction entre technique et variante technique... cf. note] En termes d’analyse des techniques, il y a bien sûr une difficulté notable à comparer des prédations avec et sans instrument, et notre tableau 6 ignore cette question pour laquelle il n’existe pas de bases méthodologiques ni théoriques encore développées. Constatons seulement le nombre non négligeable (5) de techniques instrumentées de collecte d’insectes.

Tableau 5 : Insectes consommés par les Gbaya de Centrafrique et les chimpanzés de Tanzanie.

Insectes consommes

Chimpanzé Gombe

Nb. Tech.

Gbaya (Centrafrique)

Nb. Tech.

Isoptères

Termites

9

9 sp. ?

Macrotermes

M. subhyalinus

3

2

gbàzˋE

3

dò&e-b̀ˋEˋE

Pseudacanthotermes

P. militaris

1

Nasutitermes

1

dìkp&4O

Acanthotermes

1

kˋErkˋEsˋE

Hyménoptères

Fourmis

1

WàWSuù

Sp. ? œufs

1

b&erà

Sp. ? œufs

1

mùtˋ4uˋ4i

Oecophylla

Oecophylla

1/2

Dorylus

Dorylus

1

Crematogaster

Crematogaster

1

Guèpes

Blastophaga

Blastophaga

1

Polistes

Polistes

1

Coléoptères

Larves

16

16

Longicornes

Longicornes

1

2

2

Sp. ?

10

10

Hanneton sp. ?

2

1

Schizonycha sp.

1

kumiu

Pachnode marginata aurantia

2

naa-digban

... goliath

1

kale-foro

Lépidoptères

Chenilles

2 Sp. ?

2

59

59

Orthoptères

Criquets/Sauterelles sp. ?

15

11

Morphacris faciata

1

ya-zézé

Acrolytus patrudis

1

ya-zézé

Achantachris ruficornis

1

dara

Afroxyrrhepes procera

2

dara

Ornithachris cyanica

2

bar-ngadi

Ornithachris turbida

2

bar-ngadi

Homorocoryphus fuscopunctatus

2

ngiri

Catantops spissus fraemonstator

2

yaa-kee

Catantops quadratus

2

yaa-kee

Afroxyrrhepes obscuripes

2

yaa-doe-bee

Eyprepocnemis florans

2

naa-saa-ngaa

Tylotropidus speciosus

2

naa-saa-ngaa

Zonocernus variegatus

2

yaa-dui

Rhytidacris tectifera

1

naa-do-ngala

Acantoxia gladiator

1

naa-ndadi-kan

Mesopsis longicornis

1

naa-dura-zuu

Leprocristus sp.

1

naa-doe-déré

Lanista sp.

1

naa-tu-nu-ngiri

Tristria coerulepes

1

naa-furu-paya

Tristria conops

1

naa-furu-paya

Phaneropterinae

1

naa-bolo-bolo

Mantes religieuses

Epitemodera gambianse

1

naa-da-langa

 ...Orthoptères...

Phasmes

Ischionantus sp.

1

tikin-ko-so

Homoptères

Cigales

1

dak-dara

Cicadelles (larve)

1

naa-gon

Grillons ?

1

dingo

Hétéroptères

Punaises sp. ?

4

Lobopeltista

1

ngolo-doma

Homoemocerus pallens

1

ngolo-sore

Nezara viridula

1

ngolo-sunu

Anoplocnemus sp.

1

ngolo-sunu

Magnanba purpurasiens

1

ngolo-zon

Heptoglosus sp.

1

kanga-diro

Ararchnaïdes

Mygales

1

Mygales + œufs

Produits d’insectes consommés

des Hyménoptères

Miel

Apis mellifera

A. mellifera

1

1

Apis mellifera

Trigona

1

foto

des Isoptères

« Terre à termite »

Pseudacanthotermes

P. spiniger

1

des Hémiptères

Galle

Phytolyma

P. lata

1

Paracopium

P. glabicorne

1

14

16

176

157

Activité de collecte des termites

56Chez les Gbaya, l’appartenance ethnique ou clanique, ’bodoè signifie « ceux qui mangent des termites » ou plus simplement « ceux des termites ». Ce seul fait révèle l’importance identitaire et matérielle de ces insectes. Le terme générique dot désigne l’ensemble des espèces de termites dont ils savent repérer les termitières et dont ils identifient les divers individus (ouvriers, soldats et reproducteurs).

57Les Gbaya distinguent dix-sept sortes de termites dot qui ont chacun un nom qui leur est propre (voir les noms gbaya dans les tableaux des chaînes opératoires et Roulon-Doko 1992). Quatre d’entre eux ne sont pas comestibles. Trois des termites comestibles ne sont pas recherchés mais seulement collectés au hasard des trouvailles. Les dix autres sont systématiquement recherchés, trois d’entre eux exclusivement par les enfants.

58Une des questions essentielles dans la mise en parallèle des activités techniques est celle du niveau pertinent de leur définition ou de leur identification.

59Les connaissances et l’investissement exceptionnels, quasi cartésien pourrait-on dire, des Gbaya dans cette activité a facilité notre tâche de définition et de reconnaissance des techniques telle qu’elle se résume dans le tableau 6. « Tirer les soldats », « faire tomber les soldats » par un mouvement circulaire, « noyer les termites » désignent pour les Gbaya autant de techniques précises, avec leurs contextes, outils, gestes par­ticuliers à effectuer, etc.

Tableau 6 : Techniques de collecte des termites chez les Gbaya, les chimpanzés et d’autres populations humaines et animales d’Afrique

Technique

Espèce

Période

Soldat

Ailé

Situation

« Main nue »

Pseudacanthotermes

2 mois

x

Essaimage

Macrotermes subhyalinus

Essaimage

5 sp. dont Macrotermes ivorensis

 ?

 ?

 ?

pas de précisions

Sp. ?

juin /juillet

x

Essaimage

2 sp.

 ?

x

Essaimage

« Boubou »

Sp. ?

mars / début pluies

x

Essaimage

Sp. ?

juin /juillet

x

Essaimage

Bellicositermes sp. (gbazè)

mars-avril / début pluies

x

Essaimage

Bellicositermes sp. (doebèè)

juin / pluies

x

Essaimage

« Lumière »

Macrotermes ?

mars

x

Essaimage

Macrotermes ?

avril

x

Essaimage

Bellicositermes natalensis (zone ouverte)

mars / début pluies

x

Essaimage

Bellicositermes sp. (en forêt)

sept / pluies

x

Essaimage

Protermes ? (zone ouverte)

juillet / pluies

x

Essaimage

« Lumière et son »

Apicotermes (en forêt)

20 août / pluies

x

Essaimage

Sp. ?

juillet

x

Essaimage

« Pêche »

Macro termes subhyalinus

x

T. in termitière

Pseudacanthotermes

8 mois ?

x

T. in termitière

 ?

x

T. in termitière

Termites arboréal ( ?)

 ?

x

T. in arbre

 ?

 ?

T. in termitière

Bellicositermes sp. (gbazè)

juin / pluies

x

T. in termitière

« Pêche noyade »

Sp. ?

juin /juillet

x

T. in termitière

« Balai »

Bellicositermes sp. (doebèè)

sept / pluies

x

Termites sortis

« Balai-piège »

Sp. ?

sept / pluies

x

Essaimage

Sp. ?

sept / pluies

x

Essaimage

Sp. ?

sept-oct / pluies

x

Essaimage

« Maison-piège »

Sp. ?

sept / pluies

x

Essaimage

« Noyade »

Bellicositermes sp. (doebèè)

3 mois / Saison sèche

x**

T. in termitière

Sp. ?

août-sept / Pluies

x**

T. in termitière

8 mois ?

Sp. ?

 ?

x **

T. in termitière

x *

Toute l’année

Bellicositermes sp.

« Destruction »

Nasutitermes

avril / pluies

x**

T. in termitière

Acanthotermes

juin-juil / pluies

x**

T. in termitière

Sp. ?

avril / début Pluies

x**

T. in termitière

Sp. ?

 ?

x***

T. in termitière

Macro termes subhyalinus

Sp. ?

Noct. / Diur.

Descriptif

Outil

acteurs

Populations

D

Termites attrapés à la main

non

F, H & Enf.

Chimpanzés-Combe (Tanzanie)

D

Termites attrapés à la main

non

Babouins-Combe (Tanzanie)

D

Termites attrapés à la main

non

Chimpanzés-Taï’ (Côte d’Ivoire)

N

Termites attrapés à la main

Feux

Ngbaka (Centrafrique)

D

Termites attr. à la main A.O.

Cbaya (Centrafrique)

D

Termites enveloppés, attrapés à l’aide d’un boubou

Boubou + récipient avec eau

F & f

Soussou (Guinée) $

N

Éclairage artificiel attractif

Torches, trou + récipient

Ngbaka (Centrafrique)

N / 23h

Éclairage artificiel attractif

Torches, trou + récipient

F et H

Cbaya (Centrafrique)

N / 23h

Éclairage artificiel attractif

Torches, trou + récipient

F et H

Cbaya (Centrafrique)

N / 5-6h

Éclairage artificiel attractif

Lampe-tempête + récipient

f et F

Dan (Côte d’Ivoire) (F.J.1989)

N / 23h

Éclairage artificiel attractif

Lampe-tempête + récipient

f et F

Sénoufo (Côte d’Ivoire)

N / 24h

Éclairage artificiel attractif

Torches, trou + récipient

 ?

Aka (Centrafrique)

N / 22h

Éclairage artificiel attractif

Torches, trou + récipient

 ?

Aka (Centrafrique)

N / 3h

Éclairage artificiel attractif

Torches, trou + récipient

 ?

Aka (Centrafrique)

N / 24h

Éclairage artificiel attractif +

Torches, trou, récipient +

 ?

Aka (Centrafrique)

Tambourinages sur termitière

Tronc et baguettes

N/20-21h

Tambourinages sur termitière

Torches + trou + récipient + Calebasse et baguettes

F et H

Cbaya (Centrafrique)

D

Désobstruction et pêche

Bâtons, baguettes

F, H & Enf.

Chimpanzés-Combe (Tanzanie)

D

Pêche

Sondes

F, H & Enf.

Chimp-Combe (Tanzanie)

D

Pêche

Sondes

F, H & Enf.

Chimp-Kasoje K. (Tanzanie)

D

Pêche

baguettes

F, H & Enf.

Chimp-Bossou (Guinée)

D

Désobstruction et pêche

Bâton-brosse

F, H & Enf.

Chimp-Campo (Cameroun)

D

Désobstruction et pêche

Bâton + paille

Cbaya (Centrafrique)

D

Pêche et noyade

Baguettes + eau

Enfants

Ngbaka (Centrafrique)

D

Ramassage

Trou + récipient + balai de feuilles

Cbaya (Centrafrique)

D

Capture

Balai d’herbes + eau + récipient

Cbaya (Centrafrique)

D

Capture

Balai d’herbes + magnan + récipient

Cbaya (Centrafrique)

D

Capture

Balai d’herbes + eau + récipient

Cbaya (Centrafrique)

N / 3h

Construction sur la termitière, empêchant l’envol

« Maison » de végétaux, bois et et feuillages

F, H

Cbaya (Centrafrique)

D

Creusement + noyade

Houe-bêche + eau + récipient

Cbaya (Centrafrique)

D

Creusement + noyade

Houe-bêche + eau + récipient

Cbaya (Centrafrique)

« toppling » ter tower

F, H & Enf.

Chimp-Kasoje K (Tanzanie)

D

Destruction de la termitière

Hache et bâton à fouir

Aka (Centrafrique)

D

Destruction de la termitière

D

Creusement

Houe-bêche

fillettes

Cbaya (Centrafrique)

D

Arasage A.O.

Houe-bêche

fillettes

Cbaya (Centrafrique)

D

Arasage A.O.

Houe-bêche

fillettes

Cbaya (Centrafrique)

D

Creusement

Houe-bêche

Cbaya (Centrafrique)

D

Creusement

Chimpanzé-Combe,...

Creusement

Babouins-Combe

Creusement

| Orycteropus afer, Mellivora capensis

A.O. = activité opportuniste, * = soldats, immatures et reine également,
** = ailés au dernier stade larvaire,
*** = reine uniquement,
$ = (comm. pers. Philippe Geslin)

60 Définir et identifier correctement les techniques chimpanzées revient, en l’absence de langage, à identifier des opérations collectives, transmises, durables. McGrew et Tutin ont déjà illustré ce point (1978) avec l’exemple d’une transmission sur trois générations (Flo, Fifi, Freud) de l’activité de pêche à Gombe. Les techniques retenues, ainsi que nous l’avons déjà dit plus haut, se fondent avant tout sur les fonctionnements et non sur les seuls instruments comme cela a été fait jusqu’à présent.

61À partir des sources publiées et accessibles, le tableau 6 résume les techniques tradi­tionnelles de collecte des termites en Afrique. Avec huit techniques, les Gbaya attestent d’un plus grand nombre de façons de récupérer ces insectes que le reste de l’Afrique, tout au moins pour ce que nous avons pu en répertorier. Les chimpanzés de Gombe, sont quant à eux, avec trois techniques, dans la norme habituelle de l’espèce ; d’autres techniques et variantes techniques existent cependant en Afrique centrale et au Sénégal.

62Au-delà des descriptions, tentons à présent de comprendre les logiques techniques sous-tendant le tableau 6 et par là-même, ce qui structure les différences entre techniques chimpanzées et gbaya.

63La pêche se distingue au premier chef par l’exploitation des termites alors qu’elles sont dans la termitière - une autre solution technique correspond à la destruction pure et simple de la termitière.

64À ce premier niveau de distinction : termites dans la termitière/termites hors de la termitière (au moment de l’essaimage), les chimpanzés répondent par deux techniques : pêche ou destruction, la pêche étant sans comparaison la plus répandue. Les Gbaya utili­sent trois techniques : pêche, destruction et « noyade », les deux premières ne rapportant toutefois que des quantités peu importantes d’insectes.

65Nous observons donc des investissements (en termes de temps, d’agents impliqués, de quantités obtenues) différents, plus importants pour les chimpanzés, dans le cas de la pêche, mais pas de « sauts qualitatifs » dans les formes d’exploitation.

66Des différences plus importantes peuvent être conçues avec l’essaimage, à un second niveau de distinction, quand nous prenons en compte l’aspect nocturne/diurne du com­portement des termites. Les chimpanzés ont accès aux termites uniquement durant les essaimages diurnes et attrapent directement à la main une espèce de Pseudacanthotermes. L’exploitation nocturne des termitières au moment de l’essaimage nécessite l’utilisation de sources lumineuses artificielles hors de portée des capacités techniques des chimpanzés.

67Un niveau supplémentaire d’élaboration peut enfin être observé chez les Gbaya dans les piégeages directs, de jour (avec des balais) ou différés, de nuit (avec des constructions, les « Maison-piège »).

68Exception faite des variantes techniques observées dans les autres régions d’Afrique, l’activité de pêche aux termites chez les chimpanzés peut se résumer pour le site de Gombe par la chaîne d’opérations décrite dans le tableau 7 (d’après Goodall 1968, 1986 ; McGrew, Collins 1985 ; Teleki 1974).

69Ainsi que nous l’avons signalé, les contraintes fonctionnelles sont très fortes et les chimpanzés les résolvent de deux façons : par une technique gestuelle appropriée (que les jeunes ne réussissent qu’imparfaitement et qui demande un apprentissage particulier) et par l’intermédiaire d’outils appropriés.

70Cette chaîne opératoire mise en parallèle avec celle de la pêche aux termites chez les Gbaya (tableau 8) n’est nullement ridicule et révèle nombre de tâches, actions, fonctions... des plus proches (repérage, préparation des outils, pêche proprement dite). Mais la principale différence est, il va sans dire, la préparation et la consommation différées des termites dans le cas des hommes. Cette différence n’est cependant pas propre à l’extraction des termites et se retrouve dans la plupart des activités de subsistance. Nous pouvons éga­lement voir un moment différé dans la préparation de la sonde à pêcher Gbaya (mise à sécher avant utilisation) ainsi que dans l’utilisation d’un leurre (feuilles obstruant les orifices de la termitière). La sonde mise en vibration par les chimpanzés afin d’inciter les termites à mordre constitue peut-être aussi un pas dans cette direction. On peut en faire l’hypothèse et nous touchons là aux dimensions cognitives de ces activités, dimen­sions qu’il nous semble, d’un point de vue comparé, avec les données disponibles, bien imprudent d’aborder ici. Nous présentons dans le tableau 8 un exemple de technique de collecte décrite dans le tableau de synthèse (n° 6). Nous essayons de distinguer les tâches des différents éléments de l’activité et cela afin d’éviter autant que possible la confusion entre « tâche, fonction, fonctionnement » qui empêche toute comparaison raisonnée.

Tableau 7 : Chaîne opératoire de la pêche aux termites chez les chimpanzés

A. Les contraintes techniques sur les outils

1 - La termitière (sa dureté) implique un raclage préalable, une désobstruction ou perforation des entrées des tunnels, d’où la nécessité d’employer parfois des bâtons.

2 - La forme des tunnels dans lesquels pêchent les chimpanzés (tortueuse et de faible section) nécessite l’utilisation de sondes fines et flexibles.

3 - La surface et la section des sondes doivent être telles que les termites puissent y mordre et y rester accrochées.

B. Chaîne opératoire

1 - Inspection des termitières avant la saison des pluies proprement dite. Augmentation du nombre des visites au début des pluies, au moment de l’essaimage des termites ( => Anticipation).

2 - Quand la présence des termites est assurée : localisation des entrées des tunnels, (trous) des termitières.

 3 - Choix, acquisition et façonnage des outils.

4 - Transport, choix de l’outil

5 - Raclage de la terre sur les entrées de tunnels.

6 - « Pêche » : introduction d’un outil dans un trou de la termitière en le faisant bouger afin qu’il suive les parois du tunnel.

• arrêt et mise en vibration légère de la sonde.

• extraction de la sonde avec les termites ; la sonde est tenue d’une main, l’autre extrémité posée sur le poignet de l’autre membre antérieur et les termites sont saisis en masse entre les lèvres et les dents du chimpanzé.

7 - Quand l’outil n’est plus efficace, il est :

• ravivé

• retourné

• remplacé par un autre.

8 - Quand les termites s’arrêtent de mordre :

• retour à un trou déjà exploité

• recherche d’un nouveau trou

• essai rapide de nouveaux outils

• abandon des outils, abandon temporaire ou non de la pêche.

C. Stratégie

Optimalisation (transport de différentes matières premières et choix). Au début de la pêche, différents essais rapides puis lorsque le chimpanzé trouve une termitière profitable il s’y fixe et l’exploite. De même les chimpanzés arrivant en second utilisent et réexploitent souvent les outils et termitières de leurs prédécesseurs.

 Tableau 8 : Exemple de chaîne opératoire restituée : technique « Pêche » Gbaya, Centrafrique

Tâches

Eléments de l'activité

Tâche principale

Sous-tâches

Outils

Lieu

Période

Acteurs

Postures principales

Préhension

(activités)

Capture des soldats de termites pour les consommer

Acquisition

déplacement

savane

sept/D

f

repérage de la termitière

savane

sept/D

f

cueillir des feuilles de Kosteletzkya chhevaliera (Malv.)

feuilles sp

savane

sept/D

f

manuelle

cueillir une tige d'Imperata cylindrica (Gram.)

tige sp

savane

sept/D

f

manuelle

la mettre à sécher au soleil pour la durcir

savane

juin/D

f

pii zèmé dòè

percer des trous dans surface de la termitière

bois

savane

juin/D

f

debout

Bellicositermes sp.

introduire la paille dans un des trous

tige sp

savane

juin/D

f

accroupie

gbàzˋE

la retirer

savane

juin/D

f

accroupie

faire glisser entre les doigts la tige

savane

juin/D

f

accroupie

entre pouce et index

pour faire tomber les soldats de T dans un récipient

savane

juin/D

f

fermer les autres trous avec les feuilles de K.c

savane

juin/D

f

pour leurrer les soldats de T et qu'ils viennent nombreux

savane

juin/D

f

+/- scander un chant

savane

juin/D

f

Préparation

laver

récipient

village

au moment de

f

Consommation

« cru » + sel et piment

assiette

village

la consom­mation

f

« cuit »

marmite

village

f

71De façon plus générale à présent, les Gbaya connaissent précisément les périodes convenant à la collecte de tel ou tel termite. Cependant, dans le cas des termites qu’on récolte au moment de l’essaimage (termites attirés à la lumière, au son ou pris dans le balai-piège), il convient de surveiller la termitière préalablement dégagée, et ce n’est que lorsqu’on constate que « les termites ont mordu » que l’on procède à leur récolte. Ainsi, pour les termites gbàzè, il n’est pas rare de faire plusieurs jours de suite un déplacement vers 23 heures jusqu’à la termitière, sans pouvoir procéder à la récolte si l’envol n’a pas commencé. Dans le cas de la « maison-piège », on y passe au matin pendant la période où doit se produire l’essaimage, un peu à la manière dont on va relever les pièges qu’on a posés.

72Le savoir nécessaire à la collecte des différentes espèces de termites est partagé par tous. Il est acquis progressivement depuis l’enfance au contact des adultes. Aucune hiérarchie de compétences n’est vraiment nécessaire ni reconnue, à la différence de la chasse par exemple, où un individu peut être considéré comme particulièrement habile. Ici, les quantités récoltées ne sont pas fonction de l’habileté quelconque d’un individu mais dépendent plutôt de la termitière.

73D’une manière générale, les adultes ne récoltent que ce qu’ils savent pouvoir trouver en quantité appréciable. Toutes les techniques dont le coût en travail est trop élevé pour les quantités collectées sont laissées aux enfants, fillettes et garçons (décapage et ramassage à la main, pêche). Les termites ainsi récoltés sont, soit consommés par les enfants, soit dans le cas des fillettes, offerts au prétendant ou à sa famille (future belle famille).

74Une comparaison avec des populations de régions géographiquement proches (Ngbaka, pygmées...) (Sévy 1972 ; Bahuchet 1985) révèle dans l’ensemble, l’existence de techniques moins élaborées que chez les Gbaya, ces derniers valorisant toutes les collectes d’insectes et en particulier celle des termites. Nous pouvons toutefois mentionner l’existence d’une huile de termites fabriquée au Zaïre (Tihou 1946) ou par les Zandé de l’Est de la République Centrafricaine et qui implique la récolte de grandes quantités de termites.


*

75Dans un article récent, W. Stoczkowski (1995) montre de façon très convaincante le changement structurel que nous pouvons observer dans la façon dichotomique de percevoir l’originalité humaine. Son étude concerne la bipédie mais pourrait, nous semble-t-il, concerner également l’Homo faber que nous avons tenté ici par une voie détournée de « réécrire » dans un paradigme comparatiste s’attachant davantage aux comportements, aux activités (mêmes si réduites à une activité technique) qu’aux histoires, aux phylogénies infondables.

76Les données disponibles ne nous ont sans doute pas permis de proposer une alternative totalement satisfaisante aux comparaisons interspécifiques des tech­niques telles qu’elles ont été effectuées jusqu’à présent, mais le travail d’apposition des techniques de collectes chimpanzée et Gbaya que nous avons présenté aura au moins relativisé certaines des généralités qui parcourent les littératures éthologique et anthropologique.

Ndongué, R.C.A. 1995, Qbaya ‘bodoé, Pêche de soldats de termite

Ndongué, R.C.A. 1995, Qbaya ‘bodoé, Pêche de soldats de termite

© P. Roulon-Doko

© P. Roulon-Doko

 Ndlr : illustrations ajoutées à l’édition originale

© P. Roulon-Doko

Haut de page

Bibliographie

Bahuchet, S. 1985 Les Pygmées Aka et la forêt centrafricaine (ethnologie écologique). Paris: SELAF, (Ethnosciences 1).

Beck, B.B. 1974 Baboons, Chimpanzees and Tools, Journal of Human Evolution 3: 509-516.

Beyries, S., Joulian, F. 1991 L’Utilisation d’outils chez les animaux : chaînes opératoires et complexité techniques, Paleo 2 : 17-26. Bodenheimer, F. S. 1951 Insects as Human Food. La Hague: Dr. W. Junk.

Boesch, C. et H. Boesch 1990 Tool-use and Tool-making in Wild Chimpanzees, Folia Primatologica 54: 86-99.

— 1994 Technique et culture chez les chimpanzés sauvages, Techniques & culture 23-24 : 1-27. Burssens, H. 1958 Les Peuplades en l’entre Congo-Ubangi (Ngbandi, Ngbaka, Mbandja, Ngombe et Gens d’eau), Tervuren : Annales du Musée Royal du Congo Belge, série in-8°, Sciences de l’Homme, Monographie Ethnographie, vol. 4.

Clutton-Brock, T.H., Gillett, J.B. 1979 A Survey of Forest Composition in the Gombe National Park,

Tanzania, African Journal of Ecology 17: 131-158. Collins, D.A., McGrew, W.C. 1985 Chimpanzees (Pan troglodytes) Choice of Prey Among Termites

(Macrotermitinae) in Western Tanzania, Primates 4: 375-389.

— 1988 Habitats of Three Groups of Chimpanzees (Pan troglodytes) in Western Tanzania Compared, Journal of Human Evolution 17: 553-574.

Cresswell, R. 1985 Technologie comparée des Wayana et Aluku de Guyane française, Techniques et culture 6 : 145-175.

Dufour, D.L. 1987 Insects as Food: a Case Study from Northwest Amazon, American Anthropologist 89: 383-397. Fay, J.M., Carroll, R.W 1994 Chimpanzee Tool-use for Honey and Termite Extraction in Central Africa, American Journal of Primatology 34: 309-317. Geslin, Ph. 1994 Ethnologie des techniques. Architecture cérémonielle Papago au Mexique. Paris: L’Harmattan. Goodall, J. 1964 Tool-using and Aimed Throwing in a Community of Free Living Chimpanzees, Nature 201: 1264-1266.

— 1968 The Behaviour of Free Living Chimpanzees in the Gombe Stream Area, Animal Behaviour Monographs 1 (3): 161-311.

— 1986 The Chimpanzees of Gombe. Patterns of behavior Cambridge: The Belknap Press of Harvard University Press.

Guille-Escuret, G. 1994 Le Décalage humain : le fait social dans l’évolution. Paris : Éditions Kimé. Haltenorth, T., Diller, H. 1985 Mammifères d’Afrique. Neuchâtel : Delachaux & Niestlé.

Hart, H., Pantzer, A. 1925 Have Subhuman Animals Culture?, American Journal of Sociology 30: 703-709.

Hladik, A., E. G. Jr. Leigh & F. Bourlière 1993 Food Production and Nutritional value of Wild and Semi-domesticated Species-Background. In C. M. Hladik, et al. (eds) Tropical Forest, People and Food.

Biocultural Interactions and Applications to Development. Paris: UNESCO (Man and the Biosphere Series (vol. 13): 127-138.

Ingold, T. 1986 The Architect and the Bee: Reflexions on the Work of Animals and Men, pp. 16-39. In T.

Ingold (ed.) The Appropriation of Nature: Essays on Human Ecology and Social Relations. Manchester: Manchester University Press.

Isaac, G. Ll. 1976 Stages of Cultural Elaboration in the Pleistocene: Possible Archaeological lndicators of the Development of Language Capabilities. In S.R. Harnad, H.D. Steklis & J. Lancaster (eds), Origins and Evolution of Language and Speech. New-York : New York Academy of Science (vol. 280) : 275-288.

Joulian, F. 1986 Pan faber : bibliographie sélective à propos des évidences d’outils chez les singes supérieurs, problématiques anthropologiques. Mémoire de DEA, 3ème cycle : Université Paris 1.

— 1993 Application de léthologie des chimpanzés Ouest-Africains au comportement des premiers hominidés : le problème de la culture. Thèse de doctorat. Université de Paris 1 Sorbonne (dir. J. Chavaillon).

— 1995 Comparing Chimpanzee and Preacheulian Techniques: some Contributions and Limitations.

In P. Mellars et K. Gibson (eds) Modelling the Early Human Mind. Cambridge: McDonald Institute Research Monographs series. Kortlandt, A. 1986 The Use of Stone Tools by Wild-Living Chimpanzees and Earliest Hominids, Journal of Human Evolution 15: 77-132.

Kroeber, A.L. 1928 Sub-human Cultural Beginnings, Quarterly Review of Biology 3: 325-342. Lancaster, J. B. (dir.) 1975 Primate Behavior and the Emergence of Human Culture. New York: Holt, Reinehart & Winston.

Leakey, M. 1994 Olduvai Gorge. vol. 5. Bed III and IV. Cambridge: Cambridge University Press.

Leroi-Gourhan, A. 1965 Le Geste et la parole. II. La mémoire et les rythmes, Paris : Albin Michel.

McBeath, N.M., McGrew, W.C. 1982 Tools Used by Wild Chimpanzees to Obtain Termites at Mt Assirik,

Senegal, West Africa: the Influence of Habitat, Journal of Human Evolution 11: 65-72. McGrew, W .C. 1979 Evolutionary Implications of Sex Differences in Chimpanzee Predation and Tool-use.

In D. Hamburg et E. McCown (eds) The Great Apes: Perspectives on Human Evolution. Menlo Park. (Ca.):

The Benjamin/Cummings: 440-463.

— 1983 « Animal Foods in the Diet of Wild Chimpanzee (Pan Troglodytes): why Cross-Cultural Variation

1, Journal of Ethology 1: 46-61.

— 1987 Tools to Get Food: the Subsistants of Tasmanian Aborigines and Tanzanian Chimpanzees

Compared, Journal of Anthropological Research 43 (3): 247-258.

— 1992 Chimpanzee Material Culture. Implications for Human Evolution. Cambridge: Cambridge University Press. McGrew, W. C., Collins, D. A. 1985 Tool-Use by Wild Chimpanzees (Pan troglodytes) to Obtain Termites

(Macrotermes herus) in the Mahale Mountains, Tanzania, American Journal of Primatology 9: 47-62. McGrew, W. C., Tutin, C. E. G. 1978 Evidence for Social Custom in Wild Chimpanzee? Man 13: 234-251. McGrew, W.C., Tutin, C.E.G. & P.J. Baldwin 1979 Chimpanzee, Tools, and Termites: Cross-Cultural

Comparisons of Senegal, Tanzania, and Rio-Muni, Man 14-2: 185-214. Morgan, L.H. 1868 The American Beaver and its Works. Philadelphia: Lippincott.

Muroyama, Y. 1991 Chimpanzees’ Choices of Prey Between two Sympatric Species of Macrotermes in the

Campo Animal Reserve, Cameroon, Human Evolution 62: 143-151.
Muyay, T. 1981 Les Insectes comme aliments de l’homme, Ceeba Publications, série W69. Oswalt, W. H. 1973 Habitat and Technology. New York: Holt, Rinehart & Winston.

— 1976 An Anthropological Analysis of Food-Getting Technology. New York: John Wiley & sons.

— 1988 Basic Technological Usages, (dactyl. 29 p.).

Premack, D., Premack, A. 1994 Why Animals have Neither Culture nor History, in T. Ingold dir. Companion

Encyclopedia of anthropology. London : Routledge : 350-365. Pitt-Rivers, A. H. Lane Fox 1906 The Evolution of Culture and others Essays. Oxford : Clarendon Press. Ramos Elorduy de Conconi, J. 1987 Los Insectos como fuente de proteinas en el futuro. Mexico : Limusa. Ransom, T. 1971 Ecology and Social Behavior of Baboons (Papio anubis) at the Gombe National Park. Ph.D.

University of California, Berkeley. Roulon-Doko, P. 1992 Une Société d’autosubsistance et d’abondance alimentaire dans la savane centrafricaine : les Gbaya Bodoe. Thèse d’Etat en 3 volumes : Université Paris V, (dir. D. François-Geiger).

— 1994 La Collecte des termites chez les Gbaya ’bodoé de la savane centrafricaine, Ecologie Humaine X (2) : 41-54.

Sept, J. 1992 Was there no Place Like Home ? A New Perspective on Early Hominid Archaeological Sites from the Mapping of Chimpanzee Nests, Current Anthropology 33 : 187-207.

Sevy, G. 1972 Terre ngbaka, (étude des aspects de la culture matérielle d’une population forestière de République centrafricaine). Paris : SELAF.

Sigaut, F. 1991a Un Couteau ne sert pas à couper, mais en coupant. Structure, fonctionnement et fonction dans l’analyse des objets. In : 25 ans d’études technologiques en préhistoire : bilan et perspectives. Juan-les­Pins : ADPCA : 21-34.

— 1991b L’Animal, machine ou personne ?, Ethnozootechnie 46 : 5-12.

— 1993 How Can we Analyse and Describe Technical Actions ? In A. Berthelet et J. Chavaillon (eds), The

Use of Tools by Human and Non-Human Primates. Oxford : Clarendon Press. (Colloque de la Fondation Fyssen, 1988) : 381-400.

Sillans, R. 1958 Les Savanes de l’Afrique Centrale (essai sur la physionomie, la structure et le dynamisme des formes végétales ligneuses des régions sèches de la République Centrafricaine). Paris : Paul Lechevalier. Stoczkowski, W. 1995 Le Bipède et sa science. Histoire d’une structure de la pensée naturaliste, Gradhiva17 : 16-43.

Tanaka, J. 1976 The San. Hunters-Gatherers of the Kalahari. A Study in Ecological Anthropology. Tokyo : University of Tokyo Press.

Teleki, G. 1974 Chimpanzee Subsistence Technology : Materials and Skills, Journal of Human Evolution 3 : 575-594.

— 1975 Primate Subsistence Patterns : Collector-Predators and Gatherer-Hunters, Journal of Human Evolution 4 : 125-184.

Tihou, L. 1946 À propos des termites du point de vue alimentaire, Bulletin d’Agriculture du Congo Belge n° 36 : 865-890.

Tomasello, M. 1990 Cultural Transmission in the Tool and Communicatory Signaling of Chimpanzees ? In S.T. Parker et K.R. Gibson (eds) Language and Intelligence in Monkeys and Apes. Comparative Developmental Perspectives. New York : Cambridge University Press : 274-311.

— 1994 The Question of Chimpanzee Culture. In R.W. Wrangham & W.C. McGrew, F.B.M. de Waal, P.G.

Heltne (eds) Chimpanzee Cultures. Cambridge : Harvard University Press : 301-317. Uehara, S. 1982 Seasonal Changes in the Techniques Employed by Wild Chimpanzees in the Mahale Mountains,

Tanzania to Feed on Termites (Pseudacanthotermes spiniger), Folia Primatologica 37 1-2 : 44-76. Washburn, S.L., More, R. 1974 Ape into Man : A Study of Human Ecology. Boston : Little Brown & co. Westergaard, G. 1994 The Subsistence Techno1ogy of Capuchins, InternationaL Journal of Primatology 15 (6) : 899-906.

White, L.A. 1942 On the Use of Tools by Primates, Journal of Comparative Psychology 34 : 369-374. Wynn, T. et W.C McGrew 1989 An Ape’s View of the Oldowan, Man 24 : 383-398.

Haut de page

Notes

1 Une technique, un fait technique correspond à un ensemble de procédés permettant d’effectuer une action efficace sur la matière. Elle peut se définir par un ensemble d’éléments arbitrairement séparés pour les besoins de l’analyse :

(1) Tâche - Fonction,

(2) Instruments,

(3) Fonctionnement (Mode d’action sur la matière) = Processus - Activités,

(4) Connaissances (généralement déduites) ;

Si > Fonctionnements différents > Instruments identiques > Processus - Activité identiques > alors Techniques (différentes)

Si > Fonctionnements identiques > Instruments identiques > Processus - Activité identiques > alors Techniques (identiques)

Si > Fonctionnements identiques > Instruments différents > Processus - Activité différents > alors Techniques (identiques)

Si > Fonctionnements différents > Instruments différents > Processus - Activité différents > alors Techniques (différentes)

Si > Fonctionnements identiques > Instruments différents > et/ou Processus - Activité différents > alors Variante Technique

Haut de page

Table des illustrations

Légende © F. Joulian
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Baguette pour pêcher des termites, Comoé, Gansé, Côte-d’Ivoire, 2001
Crédits © F. Joulian
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Outils chimpanzé et préhistorique analogues
Légende Ndlr : illustrations ajoutées à l’édition originale
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5012/img-3.png
Fichier image/png, 267k
Titre Figure 1. Carte de localisation des sites indiqués dans le texte1. Gombe Sream (Tanzanie) ; 2. Bouar (Centrafrique)
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Ndongué, R.C.A. 1995, Qbaya ‘bodoé, Pêche de soldats de termite
Crédits © P. Roulon-Doko
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Crédits © P. Roulon-Doko
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5012/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende  Ndlr : illustrations ajoutées à l’édition originale
Crédits © P. Roulon-Doko
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5012/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Joulian et Paulette Roulon-Doko, « Comparaison d’une activité technique chez les hommes et chez les chimpanzés », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 387-413.

Référence électronique

Frédéric Joulian et Paulette Roulon-Doko, « Comparaison d’une activité technique chez les hommes et chez les chimpanzés », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://tc.revues.org/5012 ; DOI : 10.4000/tc.5012

Haut de page

Auteurs

Frédéric Joulian

Collège de France, CNRS, Frederic.Joulian@ehess.fr

Articles du même auteur

Paulette Roulon-Doko

roulon@vjf.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page