Navigation – Plan du site
L'araire en Himalaya

L’araire de Jumla. Un araire archaïque en Himalaya

The plough (ard) of Jumla. An archaic plough (ard) in Himalaya
El arado de Jumla. Un arado arcaico en Himalaya
Karen Lundström-Baudais, Dominique Baudais et Nawaraj Upadhaya
p. 77-108

Résumés

De tous les araires actuellement en usage dans la chaîne himalayenne, celui du bassin supérieur de la Karnali est parmi les plus archaïques. Traditionnellement en bois, sans aucune partie métallique, cet instrument s’avère efficace pour ameublir les sols, enfouir le compost et recouvrir les semences. Sa chaîne opératoire de fabrication et son utilisation dans le système de production agraire sont examinées en détail, ainsi que le contexte social dans lequel il est employé.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 4 La zone Kamali est constituée des districts de Jumla au centre, de Humla et Mugu au nord, de Dolpo (...)

1Jumla est l’un des cinq districts qui constituent la zone Karnali4 située dans l’ouest du Népal (fig. 1). La région, entourée de grands massifs au nord, au sud et à l’est, est formée d’un réseau complexe de bassins de montagne qui s’étagent entre 1 800 m et 3 500 m d’altitude. La mousson est fortement atténuée par la barrière que constitue la chaîne du Chakhure-Mabu au sud. L’effet asséchant du vent violent qui remonte d’ouest en est les vallées principales contribue également à faire de cette région l’une des zones les plus arides du Népal. Deux rivières principales (la Tila Nadi et la Sinja) drainent l’ensemble des eaux en direction de la rivière Karnali, dont le bassin hydrologique compte parmi les plus vastes du flanc sud de l’Himalaya.

Figure 1. Carte du district de Jumla (lat. N : 28°58’-29°30’, Long. E : 81°28’- 82° 18’) avec l’extension des zones prospectées et la position des villages avec interview approfondi

2Les villages sont établis sur les terrasses alluviales des vallées les plus larges ou à flanc de montagne, sur des versants relativement raides, jusqu’à 3 000 m d’altitude. L’habitat est groupé. Les bâtiments à toit plat sont le plus souvent serrés en rangs compacts.

  • 5 District Forest Office de Jumla (cité par Kampen-van Dijken et Thapa 1998 ; Bishop 1978b et 1990 ; (...)

3Les forêts à proximité des villages sont largement dominées par les résineux5. Le pin Pinus wallichiana est l’essence la plus répandue ; sa forte capacité de régénération sur les surfaces laissées à l’abandon lui permet de se ré-installer rapidement et de former des forêts secondaires, souvent monospécifiques. Sut les pentes exposées au nord, Pinus wallichiana s’associe à Picea smithiana. Des reliquats de forêts de Cedrus deodara persistent localement sur des versants nord. Sur les versants sud, vers 2 900 m, Quercus semecarpifolia peut prendre le relais des forêts de résineux, si toutefois l’intervention de l’homme n’a pas été trop intense. Sur les autres versants, ce chêne apparaît localement dans les forêts de Abies spectabilis et Betula utilis. La pelouse alpine s’installe vers 3 600 m.

  • 6 Estimation faite par Kampen-van Dijken et Thapa (1998) se fondant sur le recensement de 1991, Centr (...)
  • 7 Il y a 30 ans, trois semaines de marche séparaient Jumla de la route la plus proche (Campbell 1978) (...)
  • 8 District Irrigation Office 1996.

4L’agriculture reste aujourd’hui encore le principal moyen de subsistance des 115 000 habitants6 du district de Jumla, situé en marge des voies de communication7. Les terres agricoles, relativement pauvres et peu productives, représenrent seulement 8 % de la superficie du district. Près de 86 % des champs sont en culture sèche ; ce sont pourtant ceux en culture irriguée, là où une double récolte annuelle est possible, qui sont les plus productifs (Kampen-van Dijken et Thapa 1998)8.

5L’araire intervient pour la mise en valeur de l’ensemble de ce terroir agraire, y compris les surfaces jardinées à l’intérieur des villages. Pourtant, cet instrument n’est ni fabriqué, ni utilisé par l’ensemble des castes qui constituent la population du district. Un bref aperçu de l’organisation sociale de cette population s’impose.

  • 9 Terme couramment employé à Jumla pour désigner les Brahmanes.
  • 10 Central Bureau of Statistics, 1991 : Population Census.
  • 11 Tout récemment, on observe l’installation de castes artisanales dans certains villages Matwali Chet (...)

6Selon les statistiques officielles, Jumla est habité principalement par les castes Chetri (60 % de la population), Dum (16 %), Bahun (14 %)9 et Thakuri (7 %)10. Mais ces chiffres masquent une réalité sociale plus complexe, car dans les recensements administratifs, les Matwali Chetri (les Chetri buveurs d’alcool) ne sont jamais distingués des Chetri « deux-fois-nés », porteurs du cordon sacré. Ces dénombrements ne permettent pas de saisir une telle différenciation, qui joue un rôle déterminant dans les interactions sociales à Jumla. Ici, les trois groupes portant le cordon sacré —Bahun, Chetri et Thakuri— continuent à vivre, pour la majorité d’entre eux, en interdépendance avec les castes artisanales dum. Ils résident à proximité les uns des autres, mais séparément des derniers, qui occupent des quartiers distincts d’un village ou encore des hameaux séparés. Les Bahun, Thakuri et Chetri iniriés, qui peuplent surtout le fond des vallées principales et les grands cônes alluviaux, possèdent la majorité des terres irriguées. En revanche, les Marwali Chetri, qui par leurs traits culturels constituent une entité bien distincte, vivent le plus souvent retirés dans des villages qui leur sont propres11. Installés dans les vallées latérales et sur les versants des vallées principales, leurs villages s’étagent au-dessus de ceux des populations multicastes. Leur agriculture repose pour l’essentiel sur les cultures sèches et le peu de riziculture irriguée qu’ils pratiquent ne remonte pas à plus de 50 ans (Gurung 1980). Il est de notoriété que les champs, à Jumla, sont extrêmement morcelés et les parcelles de chaque maisonnée, extrêmement dispersées (Whiteman 1985 ; Bishop 1978a). Cette tendance est encore plus prononcée dans les villages Matwali Chetri dont les lopins de terre s’étagent souvent sur près de 1 000 m de dénivelé.

7L’interdépendance socio-économique entre Bahun, Chetri initiés, Thakuri et Dum repose sur les préceptes hindouistes de pureté et de pollution, qui interdisent certains travaux aux hautes castes et qui sont clairement explicités dans les anciens codes de droit (Gaborieau 1978). Le fait est à souligner, car ces restrictions concernent directement l’araire et son usage.

8L’institution contractuelle du lagi-lagitya charpente les relations de travail entre les castes (Campbell 1978 ; Shrestha 1993 et nos propres enquêtes). Elle lie à long terme une famille de haute caste à des familles de castes artisanales : Kami (forgeron, maçon/charpentier), Sarki (tanneur) et Damai (tailleur), qui fournissent, outre les produits spécifiques à leurs sous-castes, des journées de travail dans les champs. En échange, une part de la récolte leur est due.

9Il existe également un arrangement à court terme, badhikya, qui permet aux familles de hautes castes d’accroître leur main-d’œuvre féminine pour les tâches de sarclage, de repiquage et de moisson. Lorsque son propre stock de grain est épuisé (chez les pauvres, cette situation se reproduit presque chaque année entre la mi-février et avril), une femme dum peut négocier un emprunt de grain auprès d’une famille de haute caste. En contrepartie, elle s’engage à travailler dans leurs champs.

10Le labour fait l’objet d’une entente particulière. Une famille bahun, comme certains Thakuti et Chetri qui suivent aussi la ligne orthodoxe, passe un accord oral, haligado, avec un membre d’une caste artisanale pour qu’il exécute le travail (Shrestha 1993, Bishop 1990 et nos propres observations). À la différence du lagi-lagitya, cet accord est renouvelable annuellement et le travail du laboureur est nettement mieux rémunéré.

11Les Matwali Chetri ne s’intègrent que marginalement à ce système dans la mesure où ils exécutent eux-mêmes toutes les tâches agraires sans faire appel aux castes inférieures, la participation de ces dernières se limitant au dressage des jeunes bœufs.

12La documentation recueillie en vue de cet article relève d’observations directes effectuées au cours de quatre séjours, entre 1995 et 2000. Ce travail a porté sut un recensement des formes d’araire en usage dans le district de Jumla. Une enquête détaillée menée dans 12 villages a porté, entre autres, sur l’attitude des différentes castes vis-à-vis de la fabrication et de l’utilisation de l’araire (fig. 1).

Caractérisation de l’araire et du joug

  • 12 Classification établie par Haudricourt et Brunhes-Delamarre (1986).

13L’araire du district de Jumla appartient au type dental à reille12 avec un timon courbé court. Il est employé avec un joug de garrot. Cet araire se compose de quatre éléments assemblés par des mortaises et des tenons ; le dental est la pièce maîtresse sur laquelle tous les autres éléments viennent s’assembler (fig. 2). Il est traversé horizontalement par une longue galerie où se loge la reille de bois, et verticalement par une mortaise où s’emboîtent le timon courbé et le manche de gouverne. Trois coins de bois complètent l’assemblage en donnant sa rigidité à l’araire. Le timon courbé dépasse rarement 210 cm de long ; le manche et sa poignée sont d’un seul tenant. La reille est traditionnellement en bois, mais l’emploi d’une lame de métal a récemment fait son apparition dans quelques villages peu éloignés du chef-lieu de Jumla comme chez certaines familles qui participent à des migrations saisonnières en direction des plaines du sud.

14L’araire, tracté par deux bœufs, est bien adapté à la petite taille au garrot des bêtes de trait. Le joug relativement étroit (136 cm) est traversé verticalement par deux paires de longues barres munies de cordelettes en guise de collier, qui permettent d’enjuguer les bœufs une fois celui-ci positionné à l’avant du garrot (fig. 3). Un lien semi-rigide en fibre de bambou ou en cuir de buffle assure la liaison entre le timon et le joug. Passé dans l’encoche médiane du joug, il est ensuite torsadé et enfilé le long du timon pour venir se bloquer contre la longue cheville qui le traverse. C’est en ajustant la longueur du lien que l’on adapte l’attelage aux différentes conditions de travail et de terrain.

15Face à l’extrême étagement altitudinal des champs et aux fortes pentes qui caractérisent certains versants, l’araire et le joug de Jumla sont des instruments bien adaptés, légers, maniables et faciles à transporter à l’épaule sur de longues distances. De surcroît, cet équipement s’accorde parfaitement avec la faible puissance de traction des bœufs locaux (Whiteman 1978 : 57).

16Tous les hommes, quelle que soit leur caste, peuvent nommer avec précision les différents éléments qui composent un araire. Les termes par lesquels la population désigne les pièces sont regroupés dans les tableaux des figures 2 et 3.

Figure 2. Morphologie de l’araire de jumla : A : type Chaudhabisa Khola, B : type général, C : variante Sinja Khola. Tableau des termes jumli pour les différentes pièces d’un araire. Les lettres renvoient aux villages étudiés et mentionnés sur la carte de la figure 1

Figure 3. Le joug. Tableau des termes Jumli pour les différentes pièces du joug

17La dénomination des pièces majeures est homogène sur l’ensemble du district, à l’exception notoire de la vallée de Sinja où le timon est appelé kud. En revanche, pour les petites pièces complémentaires (coin, cale, cheville), l’éventail des termes est beaucoup plus large. Ce phénomène atteste de la vitalité des idiomes locaux.

18Bien que la forme générale de l’araire jumli soit relativement homogène, l’enquête à grande échelle a permis de mettre en évidence des variantes dans la forme du dental. Dans la vallée de la Chaudhabisa, à l’est de Jumla-bazar, le dental est massif et presque aussi épais que large (L ± 53 cm, 1 et H : 13 à 16 cm), avec une section en forme de D. À l’avant, l’extrémité biseautée est toujours tronquée en ligne droite. Sur la face inférieure, le canal de la reille se prolonge en une profonde gorge jusqu’à l’extrémiré arrière du dental (fig. 2A).

19Ailleurs dans le district, le dental a un aspect plus profilé qui tient au fait qu’il est à la fois légèrement plus long et plus large, et nettement moins haut (L > 58 cm, l ± 18 cm, H ± 10 cm). Sa section est en forme de demi-lune. Son extrémité est très souvent taillée en pointe et le canal de la reille s’interrompt à la hauteur de la mortaise du timon (fig. 2B). Il existe une variante de la forme B qui se distingue par une hauteur encore plus faible du dental (H : 6 à 9 cm), avec une arête médiane sur le dos qui lui confère une section triangulaire (fig. 2C). L’aire de répartition de cette variante C se cantonne à la vallée de la Sinja jusqu’à la hauteur du village de Bõtâ au nord. Cet araire très plat s’utilise principalement sur les champs irrigués.

  • 13 Aujourd’hui, sur les khet et les pâkho, l’araire employé est sensiblement le même, sauf dans la Sin (...)

20L’existence de deux araires dans la zone Karnali a été signalée par Bishop (1990) à la fin des années soixante. Selon lui, le premier, grand et lourd, servait sur les champs irrigués, khet ; le second, court et plus léger, était employé sur les champs en culture sèche, pâkho. Bishop ne livre pas de description des deux instruments, mais une de ses photographies (1990 : 230) montre un dental démesurément grand, dont la longueur peut être estimée à 75/80 cm. Trente ans plus tard, la prospection que nous avons menée n’a pas permis de retrouver la trace de ce très grand araire13. Il persiste seulement dans la mémoire de quelques anciens. Nous avons relevé deux interprétations différentes à propos de la disparition de ce grand araire :

21- le morcellement extrême des champs ne permettrait plus le maniement d’un araire de cette taille ;

22- la pénurie actuelle de foin aurait eu pour conséquence la réduction de taille des bœufs qui ne sont plus en mesure de tracter un tel araire !

23Il y a contradiction entre le rôle que Bishop attribue au grand araire et nos propres observations effectuées trente ans après les siennes. Alors que Bishop parle d’un araire plus grand et plus lourd pour les khet, nous avons au contraire trouvé un araire plus gracile, mais pas plus court, là où les khet occupent d’importantes superficies. Dans certains villages, quelques paysans possèdent un second araire moins lourd pour labourer les champs d’altitude, mais cette différence de poids réside surtout dans le choix d’essences plus légères et dans l’utilisation d’un timon plus court. Il est rare que le dental soit plus court.

24À la différence de l’araire, le joug a partout la même forme à Jumla. On observe seulement des variations de longueur en relation avec les conditions topographiques de certains terroirs. Sur certains versants très abrupts de la haute Sinja, le joug peut mesurer jusqu’à 170 cm de long. Sa grande taille facilite le labour, notamment s’il y a des blocs au milieu des parcelles, comme c’est souvent le cas dans cette zone. Avec un joug de taille normale, les bœufs sont trop proches l’un de l’autre, ils se gênent à la manœuvre et il n’est pas possible de les faire passer de part et d’autre des blocs.

Fabrication de l’araire et du joug

25Dans les villages monocastes de Marwali Chetri, tous les hommes sont théoriquement en mesure de fabriquer leur araire et leur joug, mais ce travail peut être confié à un spécialiste, souvent un homme inapte aux travaux agricoles en raison d’un handicap physique.

26Là où cohabitent plusieurs castes interdépendantes, ces travaux relèvent traditionnellement des Dum : les Od Kami, sous-groupe des Kami spécialisé dans les travaux de charpente et de maçonnerie. Dans les villages où les Od Kami sont absents, les Sarki —tanneurs par tradition— accomplissent aujourd’hui cette tâche.

  • 14 Une RpN = 0,10 FF.

27Tous les agriculteurs du district ne détiennent pas nécessairement un araire ; certaines familles, de hautes castes notamment, n’en possèdent pas. Leurs champs sont travaillés par des laboureurs dum qui interviennent avec leur propre équipement. Mais aujourd’hui, les hautes castes ont de plus en plus tendance à posséder un araire, même si elles ne le fabriquent pas ni ne l’utilisent. Pour le travail de façonnage, le Dum reçoit 400 RpN14 pour un araire et 120 RpN pour un joug. Ces dernières années, de nombreux Chetri initiés se sont mis à fabriquer leurs propres instruments, suivis récemment par quelques Bahun vivant à proximité du chef-lieu de Jumla.

  • 15 La description des différentes opérations de fabrication des pièces de l’araire repose sur des obse (...)

28La fabrication des nombreux socs en bois nécessaires aux labours est de nos jours assurée par tous les agriculteurs du district. Pourtant, cela n’a pas toujours été le cas. Dans quelques villages (Talitsaur et Gidikhola), on se souvient que, dans un passé récent, les Sarki ou les Kami fournissaient leurs socs aux castes supérieures (Bahun et Chetri initiés). Il est fort probable que la fabrication des socs figurait autrefois aussi parmi les tâches assignées aux basses castes. Ces récents changements relatifs à la fabrication de l’araire et des socs ne sont qu’un des aspects de l’effritement du système traditionnel de services en vigueur à Jumla15.

29La confection d’un araire nécessite très peu d’outils. La matière première est prélevée à la hache, puis le façonnage des pièces s’effectue à l’herminette, baso, et au ciseau à bois, likkhan ; dans certains cas, la serpe, lauro ashi, peut servir à des décorticages grossiers.

30Le bois nécessaire à la réalisation des différents éléments est sélectionné dans la forêt d’altitude, plus rarement dans la forêt riveraine, mais jamais à plus d’une journée de marche du village. L’araire est généralement produit dans le village où il sera ensuite utilisé. Néanmoins, le défrichement intensif du versant de la rive droite de la Tila Nadi, en aval de Jumla bazar (Talium VDC), contraint de nombreux paysans à se procurer leur araire dans les villages des vallées latérales, mieux dotées en forêts. La collecte du bois a lieu toute l’année avec deux pics saisonniers : le premier en été, au moment de l’estivage des bovins ; le second en hiver, lorsque les hommes vont couper le bois de chauffe dans la forêt d’altitude. En règle générale, le façonnage des pièces se fait avec du bois vert ; si du bois a été prélevé à l’avance, il est placé sous un tas de fumier ou dans une mare pour le garder humide et facile à travailler ultérieurement. Nombreuses sont les essences qui entrent dans la fabrication des araires ; cependant, pour chaque pièce, des contraintes mécaniques spécifiques réduisent sensiblement la gamme des bois pouvant être employés (tab. 1). La reille est le seul élément de l’araire qui est toujours fabriqué à partir de la même essence : le chêne.

Le soc de bois ou reille

31Les reilles de bois, phalo, sont fabriquées au moins deux mois avant leur utilisation. Le bois de chêne est coupé dans la forêt d’altitude et débité en éclisses à l’aide d’une hache, puis les socs sont façonnés à l’herminette ou à la serpe par lot de 20 pièces. Ce lot est appelé koro et représente le travail qu’un homme peut accomplir en une journée. Selon la superficie et la qualité des terres de chacun, il faut de 10 à plus de 100 reilles par cycle agraire. Redescendues au village, elles sont mises à sécher au grand air, empilées horizontalement au carré par paires alternées et couvertes d’une lourde dalle pour qu’elles ne cintrent pas (fig. 4). Si nécessaire, le séchage peut être accéléré ou complété en les plaçant plusieurs jours de suite sur le séchoir au-dessus du foyer. La pointe peut encore être durcie au feu, mais cette pratique est peu courante.

Figure 4. Lot annuel de reilles en chêne en cours de séchage. Ensemble des pièces nécessaires à une maisonnée pour un cycle agricole

32La longueur du soc est très variable, elle oscille entre 40 et 60 cm alors que sa largeur et son épaisseur sont plus strictes, car déterminées par le gabarit du canal de la reille (l : 5-6 cm, ép : 2-3 cm). Ce sont principalement les conditions locales du sol qui déterminent la longueur de la reille. Là où les sols sont caillouteux, la reille longue domine car elle est facile à appointer au fur et à mesure qu’elle s’émousse ou se brise. Sa forme est légèrement trapézoïdale, plus large à la pointe qu’au tenon, avec des bords rectilignes. Dans la vallée de la Chaudhabisa, les reilles sont toutes de ce type. Dans les autres vallées, cette forme coexiste avec une autre, plus courte, dont la pointe prend la forme d’une spatule presque deux fois plus large que le tenon. Ce type sparuliforme se rencontre plus fréquemment dans les fonds de vallées bien pourvus de champs irrigués (fig. 5g).

33La durée de vie d’une reille en bois dépend de la nature des sols. Les champs en culture sèche, généralement plus caillouteux, usent rapidement les socs et deux à trois reilles par jour de labour est une quantité couramment avancée. Sur des champs nouvellement gagnés sur la forêt, il n’est pas rare qu’il en faille quatre ou cinq pour une journée. Les champs irrigués, khet, aux sédiments fins et mieux triés, sont nettement moins gourmands, et une reille peut facilement y durer toute une semaine de labour, même sans être spécialement longue.

34Le soc en métal est utilisé occasionnellement dans la région depuis au moins 30 ans (Bishop 1990). C’est une étroite barre de fer aplatie (L : 30 cm, l : 3 cm, ép. : 0,5 cm) dont l’extrémité est forgée en pointe (fig. 5). Le lingot nécessaire à sa fabrication est généralement rapporté, au retour des migrations hivernales, des grandes villes du sud (Surkhet, Nepalganj...) où il coûte environ 60 RpN. À Jumla, un forgeron de la caste des Kami se charge de le mettre en forme pour la somme de 40 RpN. Pour des raisons financières, ce soc se rencontre surtout dans les zones où dominent les terres irriguées, plus particulièrement autour de Jumla-bazar et de Hat Sinja (Sinja Khola). Malgré une « espérance de vie » d’environ trois ans, on constate une forte réticence à son adoption, qui n’est pas seulement liée à son coût. En effet, quand les terrains sont très cailloureux, le soc métallique provoque, plus fréquemment que son homologue en bois, l’éclatement du dental. En cas de choc violent, lorsqu’on utilise une reille en bois, c’est généralement cette dernière qui casse et non pas le dental. Le soc en bois réagit comme un fusible, ce que ne peut pas faire le soc en métal qui répercute immédiatement le choc sur le dental. Dès lors, on comprend mieux les raisons qui freinent son adoption dans une région où les terrains caillouteux sont légion, et où la fabrication d’un dental nécessite près d’une journée de travail.

35La mise en forme de toutes les autres pièces de l’araire se fait sur la terrasse d’habitation ou à proximité immédiate de la maison. Façonner un timon, un manche et un sep prend un peu plus d’une journée de travail, mais il est extrêmement rare que toutes ces pièces soient réalisées au cours d’une même journée.

36Le système de mesure à la base de la fabrication des pièces de l’araire repose sur une approximation des différentes proportions de la main et de l’avant-bras. Les quatre unités principales sont :

37- la largeur de la main ou la distance entre le pouce et le majeur lorsque la main est ouverte, bhitta ;

38- la largeur du pouce, budhi aunla ;

39- la largeur des 4 doigts, aunla ;

40- la coudée, hat, soit la distance entre la pointe du coude et l’extrémité de la main.

Figure 5. Schéma de fabrication du dental : variante de la Chaudhabisa Khola (G) et type général (H)

Le timon

41Le timon, dando, est toujours constitué d’une pièce de bois courbe ou coudée. Le timon courbé est la forme la plus courante. Il provient d’une grosse branche inférieure d’un arbre dont le tronc principal a été coupé bien des années auparavant. Une telle coupe favorise les branches basses qui ont été épargnées et qui tendent progressivement à se redresser —d’autant que l’arbre pousse généralement sur une pente. C’est cette courbure naturelle qui est recherchée pour l’obtention d’un bon timon. Lorsque cette matière première n’est pas disponible, le bois est prélevé à la ramification du tronc et d’une grosse branche. Dans ce cas, le timon a une forme nettement anguleuse et coudée, puisqu’il est formé d’un segment du tronc et d’une branche. À notre connaissance, le cintrage artificiel à chaud du timon n’est jamais pratiqué. En revanche, une imperfection dans l’alignement de l’ébauche peut se corriger artificiellement en immergeant le timon dans un ruisseau, posé en équilibre sur deux pierres pour qu’il puisse se déformer sous le poids de blocs que l’on place à l’endroit où l’alignement doit être corrigé.

42Par précaution, l’ébauche qui est ramenée au village est toujours plus longue que nécessaire (1 main, bhitta, ± 20 cm). La mise en forme du timon prend environ 30 minutes. Le travail débute toujours par l’équarrissage du tenon proximal ; puis viennent l’écorçage de la branche et enfin la coupe de la branche à la longueur souhaitée du timon. Au cours des enquêtes, une longueur de 11 mains a généralement été avancée, mais nos contrôles ont montré que celle-ci varie entre 9 et 12 mains (± 175 à 210 cm, avec une longueur moyenne d’environ 190 cm).

43Le travail s’achève avec l’ouverture de la mortaise qui reçoit la cheville d’attelage, narâju. Celle-ci traverse indifféremment le timon pat la verticale ou l’horizontale. Cette mortaise se trouve à une distance de 6 doigts à 1 main de l’extrémité distale du timon (10 à 20 cm). Le réglage de l’angle d’inclinaison du timon par rapport au dental n’intervient qu’au moment de l’assemblage final de l’araire. Le positionnement est jugé satisfaisant lorsque l’extrémité du timon arrive à la hauteur du nombril du laboureur. Un timon nouvellement façonné exige un temps de séchage de un à deux mois. Sa durée de vie est difficile à estimer avec précision : les enquêtes donnent une fourchette située entre quatre et dix ans. Mais pour ne pas être pris au dépourvu en cas de problème, de nombreux foyers en possèdent un second. Il est gardé en réserve à l’extérieur ou parfois dans un endroit abrité, mais toujours isolé du sol.

Le manche

44La réalisation d’un manche de gouverne, wogo, demande à peine 20 minutes de travail. Cette pièce est façonnée à partir d’un segment de branche et d’une ramification secondaire en guise de poignée (fig. 2). Sa longueur varie entre 3 et 4 mains (± 60 à 80 cm). Le bois est refendu aux deux tiers de son diamètre et équarri sur deux côtés. Le décrochement situé sous la poignée n’est pas un élément décoratif, c’est un plan de frappe qui sert à démancher aisément la pièce pour des opérations de réglage ou d’assemblage de l’araire. La poignée, longue d’environ 10 cm, est parallèle à l’axe du timon et se trouve à 2 ou 3 doigts sous le sommet du manche. Comme pour le timon, le manche est une pièce qui se fabrique souvent à l’avance et son temps de séchage est donc extrêmement variable. Il est exceptionnel qu’un manche résiste à plus de cinq ou six ans d’utilisation continue. Il se casse généralement dans la mortaise du dental.

Le dental

45L’élément de l’araire le plus sollicité après la reille est le dental, bhuno, ou kud. L’éclatement de la joue inférieure du canal de la reille est la principale cause de fracture du dental. Celui-ci est remplacé en moyenne tous les deux ans, mais il n’est pas rare qu’il en faille deux pour une saison. Le bois est généralement pris dans le tronc d’un jeune chêne (0 18 à 22 cm) et fendu aux deux tiers du diamètre avant d’être rapporté au village (fig. 5a). Si la pièce de bois est sélectionnée par celui qui la façonne, elle est coupée à sa longueur définitive ; sinon, une marge de sécurité de 4 doigts est ajoutée. C’est seulement après avoir positionné les différenres mortaises sur l’ébauche que l’on coupe celle-ci à sa taille définitive.

46La fabrication d’un dental est une opération longue et délicate, qui demande environ six heures de travail et beaucoup de savoir-faire. Le travail débute par le positionnement des principaux repères qui permettront de creuser les mortaises. Toutes les mesures se prennent depuis l’avant du dental (extrémité distale). Pour percer sur la face supérieure la bouche du canal de la reille, un premier repère est posé à 4 doigts de l’extrémité. Sur la face inférieure, la limite antérieure de la galerie de la reille est fixée à une main de l’extrémité distale. Cette marque est ensuite reportée sur la face supérieure ; elle permet de placer à 5 doigts en retrait la position extrême de la mortaise, du timon et du manche. Ceux-ci sont ensuite posés en situation sur la bille pour évaluer la taille de la mortaise. Tous les repères essentiels sont maintenant en place pour permettre la mise en forme du dental. La figure 5 résume la succession des principales étapes de cette fabrication.

47Le travail commence toujours par l’ouverture de la bouche de la galerie de la reille. Depuis le bord supérieur de la bille, une première mortaise de la largeur de l’herminette est ouverte dans l’axe central, sur quatre doigts de long et trois doigts de profondeur (fig. 5b). Ensuite, la pièce est retournée pour le creusement de la gorge de la reille. L’attaque se fait en biais sur 7 doigts de long jusqu’à la limite fixée précédemment. L’homme alterne le travail sur les deux faces jusqu’à ce qu’il ait atteint la profondeur de quatre doigts sur la face supérieure et de trois doigts sur la face inférieure (fig. 5c). Il entame le creusement de la galerie de la reille par ses deux extrémités en ajustant constamment l’angle de son inclinaison à mesure que la galerie progresse (fig. 5d). Le travail se fait à l’herminette, mais bientôt elle perd de son efficacité et se coince. Le recours au ciseau à bois devient nécessaire pour opérer la jonction et régulariser le profil de la galerie. Le terme évocateur de goth, littéralement « l’étable », est employé pat les Jumli pour désigner la galerie qui accueille la reille.

48Ensuite, et toujours avec l’herminette, la mortaise destinée à recevoir le timon et le manche est ouverte pat le haut et le bas. Là encore, le ciseau à bois prend le relais pour la finition des patois. Généralement, la mortaise recoupe toujours un peu l’extrémité du canal de la reille (fig. 5e). Dans la Chaudhabisa, le prolongement du canal de la teille jusqu’à l’extrémité postérieure du dental intervient après le percement de la mortaise (fig. 5g). La dernière étape de la mise en forme du dental consiste à biseauter le front du sep sur sa face supérieure (fig. 5f). Ce biseau d’environ 45° débute en retrait de la bouche de la galerie et s’arrête à la hauteur de son fond. Le front du dental est indifféremment droit ou pointu, sauf dans la vallée de la Chaudhabisa où il est toujours droit (fig. 5h).

49Une fois le dental terminé, le travail se reporte sur le tenon du timon et du manche. Par de fins enlèvements à l’herminette, ceux-ci sont ajustés aux dimensions de la mortaise, puis les trois éléments sont assemblés les uns aux autres (fig. 6).

50Pour assembler un araire, il faut au minimum trois coins, tsâmne, deux servent à caler la reille, le troisième le timon et le manche. La reille est bloquée à l’avant par un large coin plat enfoncé au-dessus d’elle, et à l’arrière par un second coin nettement plus long et plus étroit. Au cours du labourage, cette longue cale arrière facilite le fréquent réglage de la longueur de dépassement de la teille par rapport au dental. Il est fréquent que ces coins se perdent au cours des labours et le premier bois venu, parfois même une pierre, pourra alors faire l’affaire pour terminer le champ.

Figure 6. Assemblage et réglage des pièces en cours de fabrication

51La troisième cale sert à coincer fermement le timon et le manche dans le dental. II n’est pas rare qu’il faille en introduire plusieurs pour obtenir un calage parfait sans le moindre jeu. À la différence des deux précédentes cales, celles-ci ne sont pas conçues pour être amovibles.

52Une fois que toutes les pièces sont prêtes et qu’elles ont été préalablement ajustées les unes par rapport aux autres, l’assemblage final de l’araire est une opération rapide. Le montage commence par l’emboîtement du timon et du manche dans le dental et se termine par le calage de la reille. Un enduit à base de bouse et d’argile est appliqué sur le dental et à la base du timon et du manche. Ce badigeon protège le bois d’une dessiccation trop rapide. L’araire assemblé poursuivra son séchage à l’abri du soleil, et le dental sera enfoui sous un tas de fumier ou immergé dans un ruisseau où l’eau courante lavera le bois des derniers résidus de sève. L’araire sera ensuite rangé dans l’étable, le dental toujours recouvert d’un peu de fumier jusqu’à son premier emploi. Lorsqu’il faut utiliser un araire qui n’a pas encore suffisamment séché, on place encore le dental sous la terre à la fin de chaque journée de travail.

L’attelage

53Le bœuf est le seul animal de trait utilisé dans une région où le buffle est pourtant présent dans de nombreux villages des fonds de vallées principales. La majorité des familles de la région possède la paire de bœufs nécessaire aux labours.

54Dans les villages multicastes, surtout parmi les hautes castes, s’il est besoin de compléter un attelage ou si une famille n’en possède pas, l’emprunt se fait dans le voisinage. Si la famille ne peut retourner le service, elle s’acquitte en offrant des brassées de foin tressé, Lara, ou encore du temps de travail. À proximité du chef-lieu, la rémunération pour une journée d’utilisation du bœuf est de 10 Lara, alors que dans les vallées latérales, elle n’est que de 3 à 5 lara. Lorsqu’il s’agit de rendre le service par du temps de travail, le taux d’échange autour du chef-lieu est d’une journée de travail dans les champs du propriétaire pour chaque jour d’emprunt du bœuf ; ailleurs, il n’est que d’une demi-journée. Autrefois, le taux de l’échange de service était le même partout, mais la réduction des prairies autour du bazar de Jumla a conduit à valoriser le travail de la bête au détriment de celui de l’homme. Par tradition, un laboureur de basse caste a le droit d’utiliser les bœufs de son patron sur les terres que celui-ci lui concède ainsi que sur ses propres terres —s’il en possède.

55Chez les Matwali Chetri, il est courant que deux familles parentes ou du même clan, sakh, s’allient et se partagent le travail des labours lorsqu’il s’agir de disposer d’une paire de bœufs. Si un couple de bœufs doit être emprunté, l’emprunteur laboure alors les terres de leur propriétaire, quelle qu’en soit l’importance, mais une compensation en grains est versée au cas où le déséquilibre est patent.

Le dressage du jeune bœuf

56Traditionnellement, dans les villages multicastes, les castes inférieures forment elles-mêmes leurs bœufs alors que les hautes castes les envoient dans des villages qui se sont spécialisés dans cette activité. Dans les villages monocastes Matwali Chetri, le jeune bœuf est toujours formé par son propriétaire.

  • 16 Nous avons relevé une liste non exhaustive de villages formateurs de jeunes bœufs : Padmara et Moha (...)
  • 17 Ce rapport dit d’amitié permet à une famille, souvent sur des générations, de tisser un vaste résea (...)

57Le dressage est l’apanage de plusieurs villages Matwali Chetri, situés au fond de vallées secondaires et fortement défavorisés sur le plan agricole16. Cette activité s’inscrit dans un système complexe de relations entre des villages dépourvus de terres irriguées et des villages producteurs de riz. Les échanges qui s’ensuivent transcendent l’institution contractuelle du lagi-lagitya. Par tradition, ils sont établis à titre individuel entre des membres de villages multicastes et des membres de villages Matwali Chetti et sont le plus souvent inclus dans la relation ista17. Les paysans des vallées rizicoles affirment cependant tenir compte aussi du degré de compétence technique des formateurs avant de leur confier les jeunes bœufs. On constate là encore que les hautes castes se passent aujourd’hui de plus en plus fréquemment de cet échange en formant eux-mêmes leurs bêtes. Cette situation a des conséquences déstabilisatrices sur la structure agro-économique des villages reculés avec lesquels les hautes castes étaient traditionnellement en relation. En effet, dans ces communautés, les labours de certains agriculteurs dépendaient du travail fourni par les bœufs en formation ; or, aujourd’hui, ils peuvent être réduits à ouvrir leurs champs à la houe.

58Les gens des villages formateurs viennent chercher les taurillons au cours des mois qui précèdent les labours de printemps ou d’automne. Pour la période de printemps, les animaux sont pris en phagun-chaitra (mi-février à mi-mars) et rendus en asar (mi-juin à mi-juillet) ; pour la période d’automne, ils sont emmenés en asar-saun (mi-juin à mi-août) et rendus en kartik (mi-octobre à mi-novembre).

59L’entraînement du jeune bœuf commence vers l’âge de quatre ans, lorsqu’il est jugé assez fort. Le dressage a lieu sur les champs secs au sol léger, car de l’avis des paysans, le travail sur les terres irriguées et lourdes risque de briser la nuque des animaux encore inexpérimentés. La première phase du dressage consiste à habituer le bœuf au port du joug. Un lourd arceau de bois en forme de U retourné, singlo, est taillé dans un gros bloc de chêne. Ce jouguet est positionné sur le garrot et maintenu par un collier de corde (fig. 7a). La jeune bête le porte en permanence plusieurs semaines d’affilée. Dans les environs de Jumla et dans la Chaudhabisa, un système plus complexe est employé qui consiste en un joug monté sur une sorte de tourniquet. Sur une surface plane, un poteau d’environ deux mètres de haut est dressé en guise d’axe de rotation. Il se termine par un tenon long et étroit sur lequel vient s’emboîter une poutre d’une longueur de près de trois mètres, terminée par un joug simple de garrot (fig. 7b). Un jeune garçon fait tourner l’animal enjugué environ une heure chaque jour pendant quelques semaines.

Figure 7. Jougs et instruments d’entraînement : a) jouguet, b) tourniquet, c) casse motte (mudo), d) herse (mai)

60Lors de l’étape suivante du dressage, la jeune bête est placée sous un joug conventionnel à côté d’un bœuf aguerri. Pour l’habituer à la présence d’un animal à ses côtés et lui apprendre à réagir aux ordres lancés, l’entraîneur conduit l’attelage à vide sur un champ pendant quelques jours.

61L’apprentissage se poursuit avec la traction d’une planche à niveler, mudo (fig. 7c), instrument composé d’une épaisse planche fixée transversalement à un timon qui sert à casser les mottes et à aplanir les champs. Moins fragile que l’araire, c’est le dispositif idéal pour les premiers essais de traction du bœuf. L’homme appuie d’un pied sur le mudo et force les bêtes à tirer ; un enfant peut également monter sur le mudo et se faire tirer par l’attelage.

62Une fois les exercices d’accoutumance terminés, l’entraînement se poursuit avec un araire dont on fiche peu profondément le soc en terre pour ne pas épuiser le bœuf. L’enfoncement ne dépasse pas 6 à 10 cm alors qu’il est environ de 18 cm dans des conditions normales. Cet exercice est répété une heure par jour pendant près de trois semaines.

63L’animal en formation se rebiffe souvent. Il essaie de se soustraire au joug en se couchant sur le sol et en refusant de se relever. Pour l’y contraindre, l’homme lui obstrue les naseaux avec de la terre ou des feuilles de kadrato. Au bord de la suffocation, l’animal se remet immédiatement sur pieds. Dès que la bête est suffisamment docile, elle est amenée sur un pakho pour de véritables labours. D’abord hésitant et irrégulier, le sillon devient de plus en plus droit après deux ou trois semaines de ce régime. Au cours des trois mois que dure cette phase de formation, la jeune bête travaille un peu tous les jours, alors que le bœuf aguerri n’est mis à contribution qu’un jour sur deux.

64Pour rendre la bête plus docile, elle est castrée au cours de la phase initiale du dressage. Cette tâche, à caractère polluant, est interdite aux hautes castes et évitée le plus souvent par les Chetri. Elle est confiée aux Matwali Chetri et à deux castes des Dum : les Lwar et les Sarki. Il faut au moins huit hommes pour coucher le taureau sur le flanc et lui lier les pattes. Après avoir glissé une pierre plate sous les bourses, on les pince entre deux baguettes que l’on frappe avec une grosse pierre ou une barre à mine. Chez les Matwali Chetri, les hommes ayant participé à la castration prennent un bain de purification. Ils s’enduisent ensuite les mains d’un mélange de beurre clarifié et de curcuma et massent les parties tuméfiées de l’animal afin de hâter sa guérison, puis tous sont conviés à un repas de fête. Deux jours après la castration, le dressage du bœuf reprend.

65La période d’entraînement d’un bœuf s’achève quand il a labouré l’intégralité des parcelles de son formateur. Sa marche est progressivement devenue rectiligne, toute velléité de se soustraire au joug a disparu et hormis sa taille, rien ne le différencie de son comparse. À quatre ans, la bête est employée uniquement sur les champs en culture sèche ; ce n’est que l’année suivante qu’elle sera jugée assez puissante pour labourer les champs irrigués.

  • 18 Un pathi est une mesure volumétrique ; selon la nature du grain, son poids varie. Un palbi est égal (...)

66Selon l’accord initial, le formateur bénéficie du jeune bœuf pour son propre compte pendant toute la période de formation, appelée bhauni. Souvent, il peut encore demander à utiliser le même bœuf l’année suivante ; ce second emprunt est appelé dauni. Lorsqu’il n’y a pas d’accord pour la deuxième année, le dressage est payé en nature, tantôt par une quantité de grain de 5 à 20 pathi18 de riz, tantôt par une somme d’argent qui, en 1998, variait entre 200 et 300 RpN.

  • 19 À titre de comparaison, le coût d’un cheval est de 20 000 à 40 000 RpN selon ses qualités.

67Une fois dressé, un bœuf bien traité et bien nourri peut travailler environ 14 ans ; mal soigné, il ne vit guère plus de 10 ans. Le prix moyen d’un bœuf entraîné se situe autour de 4 000 RpN ; pour une bête exceptionnelle, le prix peut monter jusqu’à 5 500 RpN19.

Les labours

68Dans les villages habités par plusieurs castes, pour les plus « pures » d’entre elles, le travail de labourage est, comme la fabrication de l’araire, traditionnellement confié aux basses castes —tandis que dans les villages monocastes Matwali Chetri, tous les hommes labourent. Mais chez ces derniers, un grand nombre de familles ne possèdent pas une paire complète de bœufs, de sorte que deux chefs de famille doivent s’allier pour compléter l’attelage. C’est d’ordinaire entre frères que l’on s’organise, dans la mesure où après le partage des terres du père, leurs champs sont, pour la plupart, adjacents. Dans la Chaudhabisa, ces deux alliés célèbrent ensemble le début des labours par le sacrifice d’un coq sur l’araire.

  • 20 À ce propos, les Upadhaya Baahun, vivant aux environs du chef-lieu, invoquent la 22ème leçon de Jaj (...)

69Dans les villages multicastes, les laboureurs des hautes castes étaient traditionnellement recrutés chez les Dum, parmi les castes Sarki et Kami20. Actuellement, on assiste à des tentatives pour recruter des laboureurs parmi les Damai. Pour l’heure, ceux-ci résistent malgré le fait que les laboureurs se trouvent plus haut que les tailleurs dans la hiérarchie des corps de métiers des Dum (Shrestha 1993).

70L’alliance haligado qui lie le laboureur, hali, à une famille de haute caste, se perpétue souvent de génération en génération mais elle doit être reconduite formellement chaque année, lors de Shri Pantsami, le premier jour du printemps.

  • 21 Le laboureur reçoit le grain soit sous forme d’épis ou de particules, soit déjà battu et débarrassé (...)

71Selon cette alliance, le laboureur doit fournir 16 jours de travail à une famille de haute caste : 7 ou 8 jours en mai, 3 à 4 jours en août, 1 jour en novembre et 6 ou 7 jours en décembre (Kampen-van Dijken et Thapa 1998). En échange, il obtient pour son usage personnel une petite parcelle de terre irrigable (généralement entre 1 et 2 muri, soit 0,01 à 0,02 ha). En sus, le hali est nourri par la famille de haute caste les jours où il laboure les champs de celle-ci et au cours de l’année, sa famille reçoit quelques vieux habits. À plusieurs reprises dans le cycle agraire, le commanditaire remet du grain au laboureur. Les circonstances de ces dons varient d’un village à l’autre, de même que les quantités offertes, mais elles ont principalement lieu à l’occasion des moissons, des battages et des semailles21.

72Il arrive que la famille de haute caste refuse de céder une parcelle de terre au laboureur, préférant le rémunérer en grain et/ou en monnaie. Si le paiement se fait en grain, selon la prospérité du village, la quantité varie de 2 à 4 pâthi de riz ou de 2 à 5 pâthi d’un autre grain ; s’il s’agit d’un salaire, il ne dépasse pas en général 50 à 60 RpN par jour mais au voisinage du chef-lieu de district, il atteint facilement 100 RpN.

  • 22 Jâti dharma correspond au modèle de comportement spécifique aux castes. Il comprend les règles de c (...)

73Des tensions sociales se font sentir autour de Jumla-bazar, car bien des familles de hautes castes, même des Bahun, ont pris la décision de se passer des services des laboureurs pour assumer eux-mêmes ce travail. Les Bahun se justifient de cette activité —en contradiction flagrante avec les règles de leur caste, jâti-dharma22— en invoquant la difficulté de nourrir leurs familles sur des terres qui se réduisent de génération en génération. Pour les Kami et les Sarki, cela signifie la perte d’exploitation d’un champ irrigué. Certes, la position économique des familles dum s’est progressivement améliorée grâce à leur engagement occasionnel sur les chantiers de construction autour du bazar ; nombre d’entre elles ont acheté de la terre, mais il s’agit essentiellement de champs secs. Ces laboureurs accordent beaucoup de valeur aux lopins de terre irrigables qui leur sont traditionnellement concédés sous l’égide du haligado.

  • 23 Statistiques de District Irrigation, 1996.

74À Jumla, l’araire intervient aussi bien dans l’agriculture irriguée que dans l’agriculture sèche. Les champs sont majoritairement en culture sèche car l’irrigation par submersion complète représente à peine 14 % des terres cultivables23. Dans les vallées principales, il existe également de faibles surfaces situées au pied de certaines pentes qui sont arrosées par intermittence, particulièrement avant le premier labour (Whiteman 1978).

75Contrairement aux rizières, les champs en culture sèche sont rarement aplanis et leur pente dépasse fréquemment 30°. Ces champs sont formés de parcelles souvent très petites, et en altitude, ils sont parfois constellés de blocs trop gros pour être déplacés.

  • 24 La riziculture pratiquée dans la zone Karnali est l’une des plus haute du monde : 2 700 m à Humla ( (...)

76Deux périodes d’intense activité de labours rythment le cycle agraire. La première commence à la mi-février avec les travaux liés aux semailles de printemps. Elle débute par les labours précédant l’ensemencement de l’éleusine, du maïs, de la pomme de terre, des millets et du sarrasin, et se termine fin mai avec ceux qui préparent le repiquage du riz24 La seconde période de labours a lieu en automne, de septembre à mi-novembre, pour les semailles des céréales d’hiver, l’orge et le blé.

Le labour des terres non irriguées

77Pas moins de quatre types de labours sont associés aux champs secs : le labour de défrichement, le labour d’ameublissement et d’enfouissement de la fumure, le labour de semis et le labour de récolte.

78Lorsque le premier labour intervient après une jachère d’une année ou plus, un défonçage de la couverture herbeuse est nécessaire. En espaçant les raies d’environ 20 cm, le laboureur déchausse les mottes d’herbe qu’il retourne d’un coup de pied. Pour cette opération, il est assisté d’un jeune qui complète le travail en s’aidant d’une binette, bauso. Ce labour de défrichement est appelé bugar bhaune, « pousser l’herbe en bas ».

79Le labour d’ameublissement intervient après l’hiver ou juste après les moissons ; il sert à remettre le champ en état, à aérer le sol et à émietter la terre. Si de la fumure a été épandue, il sert aussi à son enfouissement. Fréquemment, ces deux tâches s’accomplissent lots d’un même passage de l’araire, mais parfois, un premier labour d’ameublissement précède l’épandage de la fumure et son enfouissement. Le mot le plus couramment employé pour le labour d’ameublissement est ultane, mais dans certains villages, il est remplacé par bhaune.

80Le troisième labour, celui des semailles, se nomme buhune, plus rarement dunnyaune. Un champ sec peut être ensemencé à la volée ou en lignes mais les semailles à la volée sont les plus courantes. Le semeur disperse une poignée de grains par un lancé vif et frontal de l’avant-bras, puis la surface est immédiatement labourée. Le semis en ligne nécessite le concours d’une seconde personne. Le semeur suit pas à pas l’araire, égraine la semence dans la raie et tasse la terre sur le grain en marchant sur le sillon. Tour au long du labour-semis, le laboureur incline son araire pour qu’à chaque passage, le sillon précédent soit recouvert. Le labour-semis est surtout employé pour le maïs, mais si la saison est trop sèche, on le pratique également pour les autres céréales. Cette technique permet aux grains de profiter de façon optimale de l’humidité du sol (Whiteman 1978). Le passage de la planche à niveler tractée par les bœufs régularise la surface et complète le bon enfouissement du grain.

81Le dernier type de labour ne sert ni à préparer la terre, ni à recouvrir les semis, mais à récolter les pommes de terre, aluwa bhaune. Plus lâche et moins régulier qu’un labour normal, il donne l’occasion aux jeunes de se faire au maniement de l’araire. Dans le sillage de l’araire, toute la famille fouille la terre avec des pioches, bauso, et des piochons, jaraya kuto, à la recherche des tubercules.

Le labour des terres irriguées

82Le labourage des champs inondables diffère de celui des champs secs dans la mesure où les passages de l’araire sont étroitement conditionnés par l’irrigation des parcelles. Ces champs sont avant tout des rizières. Jusqu’à environ 2 300 m d’altitude, le riz est cultivé en alternance avec l’éleusine —deux à trois années de riz puis une année d’éleusine (Whiteman 1978, 1985 ; Bishop 1990). Afin de maximiser la production des champs irrigués les mieux exposés, l’orge est intercalée dans le cycle annuel. Mais au-dessus de 2 400 m, il n’est plus guère possible d’obtenir deux récoltes sur les khet ; les labours s’en trouvent alors simplifiés. Dans les basses vallées, les différents labours des parcelles irriguées sont en revanche soumis à d’importantes contraintes, que nous allons présenter.

  • 25 Les grains sont trempés pendant quatre jours, puis tenus au chaud à l’intérieur des habitats pour d (...)

83À la mi-mai, la plupart des rizières de basse altitude sont encore couvertes par l’orge d’hiver, quand les plantules de riz, dont la germination a été forcée25 et qui ont été semées dans des pépinières inondées, sont prêtes à être repiquées dans les rizières. Il y a chevauchement entre le moment où les épis d’orge parviennent à maturité et la période optimale pour le repiquage du riz. Souvent, les champs sont inondés avant la moisson de l’orge, cela afin de préparer la terre pour le labour et le repiquage qui vont suivre. Dès la fin mai, il devient impératif de moissonner l’orge, même si les épis ne sont pas tout à fait mûrs, car il faut libérer le champ pour le repiquage du riz. Une fois la coupe de l’orge achevée, le fumier qui a été apporté à proximité est répandu sur le champ. Celui-ci est immédiatement inondé et il le testera pendant toute la durée des opérations à venir. Le matin suivant, le labouteur conduit les bœufs et procède à un labour d’ameublissement dans la parcelle boueuse. Les coins du champ difficilement accessibles à l’araire sont retournés à la houe, bauyo. Le passage répété de la herse, mai (fig. 7d), malaxe la terre et l’eau jusqu’à obtention d’une boue épaisse. La préparation du sol s’achève par le lissage de la surface à l’aide d’un grand racloir emmanché, bigaro, poussé par un homme. Si le champ est grand, le laboureur travaille d’abord sur une moitié de la parcelle afin de livrer rapidement une surface à la cohorte des repiqueuses qui travaillent en ligne. Plusieurs familles s’associent pour cette tâche qui nécessite une main-d’œuvre importante.

84Sur les terres irriguées qui se trouvent au-dessus de 2 400 m, la double récolte annuelle est impossible. Ici, le premier passage de l’araire peut s’effectuer dès la mi-février ; il a pour fonction d’ameublir le sol avant l’épandage du fumier. Le khet est ensuite inondé vers la mi-mars, puis de nouveau labouré en vue d’enfouir et de mélanger le fumier à la terre. En altitude, les travaux de repiquage sont avancés afin de permettre au riz de mûrir. Le travail se poursuit de la même façon que sur les rizières de basse altitude, avec un labour de malaxage dans un champ entièrement submergé, puis avec le passage répété de la herse et enfin avec celui du grand racloir.

Le maniement de l’araire

85Tous les paysans souhaitent que le sol soit humide pour le premier labour de printemps, car la terre s’est fortement compactée durant l’hiver. Si la neige a été rare, le sol est sec ; la tendance est alors à retarder le début des labours dans l’espoir de bénéficier de la pluie ou de la neige.

86L’araire est exclusivement manié par les hommes. Au sortit de l’hiver, la journée de labour ne commence pas avant 9 ou 10 heures, mais au fur et à mesure que la chaleur revient, le laboureur se fait de plus en plus matinal pour profiter au mieux de l’humidité du sol. Il se rend au champ en poussant devant lui les bœufs et en ponctuant sa marche d’un sifflement bref. D’une main, il maintient l’araire et le joug sut son épaule ; de l’autre, il transporte un ou deux socs de rechange, le lien d’attelage, haludo, ainsi qu’une trique. La serpe, nécessaire à l’appointage du soc et à son réglage, pend à sa taille. Le labouteur est fréquemment accompagné d’un adolescent qui s’initie progressivement au maniement de l’araire.

87Une fois les bœufs attelés, la première raie est tracée au bord de la parcelle. Le laboureur lance les bœufs et redresse légèrement l’araire. En exerçant une pression à deux mains sur la poignée et sur le sommet du manche, il plante le soc en terre d’un coup sec. Il reste courbé au-dessus de l’araire jusqu’à ce que la raie soit bien entamée (fig. 8). Puis il se redresse et guide d’une main l’instrument, en marchant parallèlement au sep sur la terre déjà labourée (fig. 9).

Figure 8. Position du laboureur au début d’une nouvelle raie

Figure 9. Passage de l’araire sur un champ en culture sèche et position du laboureur

88Comme la bordure du champ est souvent plus compacte, l’homme doit accentuer la pression sur l’instrument pour y planter et maintenir le soc en terre. Il appuie d’un pied sur la partie arrière du dental et bascule son corps sut le timon qu’il presse de la main restée libre ; son autre pied ne touche plus terre. Tout le poids du corps porte sur l’araire ; dès que la raie s’ouvre, il relâche la pression et guide l’attelage en reprenant sa marche parallèlement à l’araire. En bout de sillon, il lance l’ordre de tourner en dégageant en même temps l’araire du sol. D’un geste rapide, il le tire vers lui pour faire virer l’attelage sur place, sollicitant le bœuf extérieur, celui qui doit faire le virage le plus large.

89La profondeur de la raie varie sensiblement selon que la terre est irriguée ou non. Sur les khet aux sols plus lourds et humides, l’araire pénètre sur seulement 10 à 14 cm de profondeur, alors que sur les pakho aux sols légers, le soc s’enfonce jusqu’à 18 ou 20 cm.

90Le parcours de l’araire sur le champ est conditionné par la topographie du lieu et par la forme de la parcelle. Les champs peu ou pas du tout enterrassés se travaillent perpendiculairement à la pente, en progressant de bas en haut pour limiter l’impact de l’érosion superficielle par gravité. En dehors de ces zones fortement conditionnées pat le milieu, il semble que la géométrie des labours ne réponde à aucun principe strict. Néanmoins, le laboureur limite les demi-tours en privilégiant les sillons courbés, sauf sur les parcelles étroites et longues où ils sont rectilignes ou en L (fig. 10a-b). Parfois, quelques raies sont tracées sur tout le pourtour des champs aux contours irréguliers, puis la zone centrale est retournée par une suite de sillons courbés. Si la surface est importante, la parcelle est partagée par la diagonale. Le laboureur travaille en une suite de sillons plus courts et arqués et il aboutit à ce que la géométrie du labour soit symétrique mais opposée par la diagonale (fig. 10d). Une fois l’araire passé, il reste toujours des surfaces sur les bords et dans les angles qu’il faut défoncer à la houe ou au piochon parce que d’accès impossible pour l’attelage ou parce que la terre est trop dure.

91En règle générale, le labour-semis croise les sillons du précédent labour d’ameublissement, mais si la pente est très forte, les deux passages se font perpendiculairement à celle-ci. Dans les zones très arides, on prend le risque de faire des labours croisés malgré les fortes pentes, car l’érosion par ruissellement est presque nulle. Par précaution, le deuxième labour est tout de même effectué perpendiculairement à la pente (fig. 10c).

92L’étroitesse du dental de l’araire jumli limite la surface qu’il est possible de labourer en une journée. Le labour d’un hectare de terre, avec un seul passage, représente un parcours d’environ 50 km. Il faut cinq jours pour labourer l’équivalent d’un hectare de khet et 8 jours pour un pakho de même surface (Whiteman 1978 ; Bishop 1990). Les trois-quarts des familles possèdent moins d’un demi-hectare de terre (Kampen-van Dijken et Thapa 1998), le plus souvent sous forme de petits lopins. Une famille détient souvent 40 à 50 champs, extrêmement dispersés à travers le terroir (Bishop 1978b). Quand vient le temps des labours, les hommes et les attelages sont en continuel déplacement pour rejoindre leurs différentes parcelles.

Figure 10. Géométrie des labours

L’accompagnement sonore des labours

93Sur le champ, le travail des bœufs s’accompagne de sifflements d’encouragement courts et stridents. Les bêtes réagissent aux ordres principaux du laboureur : avancer-tirer, tourner et arrêter. Le rythme des intonations reste sensiblement le même partout, mais leur énoncé varie selon les vallées et les villages. Dans la Chaudhabisa, l’ordre d’avancer et de poursuivre l’effort est lancé d’un ton sec et vif au son de hed-hed ou tchou-tchou. Un claquement aspiré et sonore au son de brrre-brrre ou houda-houda ordonne aux bœufs de tourner. Pour arrêter l’attelage, le laboureur laisse tomber la voix en prononçant habha-habha.

94Il est assez rare que les bêtes soient gratifiées de mots d’encouragement, comme : « Conduisez-vous bien et je vous donnerai de la pido (mélange de farine d’orge et d’eau) et je vous aimerai ». Au contraire, c’est le plus souvent sous un torrent d’insultes qu’elles besognent. On les intimide par des apostrophes du genre : « Que le tigre vous mange » ou « Je vais vous donner en cadeau à un Bahun ! » Lorsque les bœufs sont dociles, le laboureur fredonne des chants qui valorisent leurs efforts :

« Oh ! mon bœuf tacheté, nous avons tracé bien des sillons

Mais il reste encore de la terre à labourer

Le bœuf est plus rapide que le laboureur

Le laboureur prétend qu’il a fait le travail mais le bœuf dit que c’est lui

C’est bien que le laboureur soit venu semer le grain. »

95ou encore :

« Il ne nous reste que quelques minutes à travailler

S’il te plaît fais le bien.

De retour à la maison, je te donnerai de la farine et du foin. »

96L’araire de Jumla apparaît à première vue comme un instrument simple et rudimentaire, mais lorsque l’on se penche en détail sur sa fabrication, l’architecture interne de son dental se révèle d’une subtile complexité. La conception de cet araire est fondée sur l’utilisation d’un soc amovible en bois qui requiert un sep nettement plus élaboré que dans le cas d’un assemblage à base de tenon ou de douille. Les procédés d’assemblage d’un soc en bois sont multiples ; cependant, pour conserver à l’araire sa bonne adaptabilité aux champs caillouteux de Jumla, il faut que le montage du soc et du dental garde une grande souplesse pour encaisser au mieux les chocs. Dès lors, le choix de la mortaise ajourée (canal de la reille-soc) s’avère le procédé le plus efficace pour accueillir le soc amovible.

97Les paysans de Jumla demeurent récalcitrants à substituer une pièce métallique à leur traditionnel soc en bois, bien que l’introduction du soc en métal depuis la plaine remonte déjà à plus de trente ans dans ce district. Cette résistance ne semble pas répondre à un interdit religieux mais plutôt à des questions d’ordre technique et fonctionnel. Sur des terrains caillouteux des champs non irrigués, le soc en métal n’encaisse pas les chocs de la même manière que le soc en bois et conduit plus rapidement à la destruction du dental.

  • 26 D’après la distribution géographique de l’araire dental (Dollfus, Lecomte et Aubriot, ce volume).

98La morphologie de cet araire est homogène sur l’ensemble du district de Jumla ainsi que dans les districts de Mugu et de Humla, plus au nord, à l’exception des zones peuplées de groupes d’origine tibétaine. Sa conception particulière en fait un instrument bien adapté au labour des champs non irrigués. À notre avis, il s’agit d’un instrument dont la conception précède l’introduction de la riziculture dans cette région. C’est en cela que cet araire est un instrument archaïque, probablement d’origine khas26. Qu’il soit produit aussi bien par les Dum que par les Marwali Chetri nous conduit à envisager qu’une partie au moins des castes artisanales ait été recrutée parmi la population indigène khas.

99Cet araire est bien adapté à l’espace montagnard et à la nature des sols. La disponibilité de la matière première facilite la fabrication des différentes pièces dans les essences appropriées. Léger, il se transporte aisément sur de longues distances et d’importants dénivelés. Facile à manier, il s’utilise également sur les micro-parcelles en jardin à l’intérieur des villages. Enfin, il est parfaitement proportionné à la puissance limitée des bœufs locaux. Selon l’agronome P. Whiteman (1978), la pénurie de fourrage à Jumla laisse les bœufs très affaiblis au sortir de l’hiver, ce qui interdit actuellement toute amélioration de l’araire : un changement technique aurait immanquablement pour conséquence d’alourdir l’instrument. Le rôle de l’araire dans la préparation intensive des sols est essentiel au regard du nombre important de passages sur chaque parcelle ; mais sa vocation ne s’arrête pas là : il est aussi l’instrument qui enfouit les semailles.

100Dans les villages multicastes de Jumla, les rapports socio-économiques traditionnels entre les groupes sont en voie de dissolution. Les hommes de hautes castes se mettent aujourd’hui à labourer, alors qu’ils n’ont pas encore acquis le savoir-faire technique nécessaire à la fabrication de leur araire. Sur ce plan, ils restent encore dépendants des castes artisanales dans la mesure où la fabrication du dental relève d’une chaîne technique complexe.

Haut de page

Bibliographie

Bishop, Barry
1978a, « The changing geoecology of Karnali zone, western Nepal Himalaya : a case of stress »,
Artic and Alpine Research 10 (2) : 531-543.
1978b, « A cultural-ecological analysis of Karnali Zone in the Western Nepal Himalaya »,
National Geographic Society - Research Report, 19-48.
1990,
Karnali under Stress. Livelihood Strategies and Seasonal Rhythms in a Changing Nepal Himalaya. Chicago : University of Chicago.

Campbell, J. Gabriel
1978, Consultations with Himalayan Gods : Oracular Religion and Alternative Values in Jumla. Ph.D. diss., Columbia University (non publié).

Central Bureau of Statistics
1997,
Statistical Yearbook of Nepal. Kathmandu : His Majesty’s Government of Nepal.

Dobremez, Jean-François et Tirtha Bahadur Shrestha
1980, Carte écologie du Népal. Jumla-Saipal 1/250000. Paris : Éditions C.R.N.S., doc. 9 : 55 p.

Gaborieau, Marc
1978, Le Nepal et ses populations. Bruxelles : Éditions Complexe.

Gurung, Harka
1980, Vignettes of Nepal. Kathmandu : Sajha Prakashan.

Haudricourt André-G., Mariel J. Brunhes Delamarre
1986, L’Homme et la charrue. Lyon : La Manufacture (« L’Homme et la Nature ») (1ère édition 1955).

Kampen van Dijken, Louise et Nirmala Thapa
1998, Jumla District : Description and Baseline Data. Nepalgunj : Karnali Local Development Programme SNV-Nepal.

Pandey, Ram Niwas
1997,
Making of Modem Nepal. New Delhi : Nirala Publications.

Shrestha, Bihari K.
1993
A Himalayan Enclave in Transition : A Study of Change in the Western Mountains of Nepal. Kathmandu : ICIMOD.

Shrestha, Tirtha Bahadur
1982,
Ecology and Vegetation of North-West Nepal (Karnali region). Kathmandu : Royal Academy (Silver Jubilee Publication Series, 32).

Whiteman, Paul
1978, Jumla agricultural station review of investigations, 1977-1978 (rapport polycopié, non publié).
1985, « The mountain environment : an agronomist’s perspective with a case study from Jumla, Nepal »
Mountain Research and Development 5 (2) : 151-162.

Haut de page

Notes

4 La zone Kamali est constituée des districts de Jumla au centre, de Humla et Mugu au nord, de Dolpo à l’est et de Kalikot à l’ouest.

5 District Forest Office de Jumla (cité par Kampen-van Dijken et Thapa 1998 ; Bishop 1978b et 1990 ; Shrestha 1982 ; Dobremez et P. Shrestha 1980).

6 Estimation faite par Kampen-van Dijken et Thapa (1998) se fondant sur le recensement de 1991, Centre Bureau of Statistics.

7 Il y a 30 ans, trois semaines de marche séparaient Jumla de la route la plus proche (Campbell 1978) ; aujourd’hui il ne faut pas plus de cinq jours de marche.

8 District Irrigation Office 1996.

9 Terme couramment employé à Jumla pour désigner les Brahmanes.

10 Central Bureau of Statistics, 1991 : Population Census.

11 Tout récemment, on observe l’installation de castes artisanales dans certains villages Matwali Chetri, parmi les plus prospères.

12 Classification établie par Haudricourt et Brunhes-Delamarre (1986).

13 Aujourd’hui, sur les khet et les pâkho, l’araire employé est sensiblement le même, sauf dans la Sinja, où la différence de longueur entre les deux instruments ne dépasse pourtant jamais 10 cm.

14 Une RpN = 0,10 FF.

15 La description des différentes opérations de fabrication des pièces de l’araire repose sur des observations directes et répétées ; par contre, cela n’a pas été le cas avec le joug, dont la fabrication n’a jamais pu être observée au cours de nos différents séjours.

16 Nous avons relevé une liste non exhaustive de villages formateurs de jeunes bœufs : Padmara et Moharigaun dans la Chaudhabisa ; Riva et Letegaadaa dans la haute Sinja, Jumlakot dans la Goru Khola.

17 Ce rapport dit d’amitié permet à une famille, souvent sur des générations, de tisser un vaste réseau d’échanges de produits et de services. L’aire géographique concernée s’étend vers le nord jusqu’aux communautés Bhotiya et vers le sud jusqu’à Dailekh, Jajarkot et même le Terai. Cette relation peut —ou non— prendre un caractère cérémoniel ; il existe au moins six degrés différents de rapports ista (Shrestha 1993, Campbell 1978).

18 Un pathi est une mesure volumétrique ; selon la nature du grain, son poids varie. Un palbi est égal à 2,44 kg de riz non décortiqué, 3,44 kg de blé, 2,60 kg d’orge, 3,41 kg de maïs ou 2,93 kg de haricots (Bishop 1990).

19 À titre de comparaison, le coût d’un cheval est de 20 000 à 40 000 RpN selon ses qualités.

20 À ce propos, les Upadhaya Baahun, vivant aux environs du chef-lieu, invoquent la 22ème leçon de Jajurbet (Yajurveda) dans laquelle, selon eux, il est écrit qu’atteler la progéniture de la vache est un péché. De sorte que le Bâhun laisse aussi au laboureur la tâche d’enjuguer ses bœufs.

21 Le laboureur reçoit le grain soit sous forme d’épis ou de particules, soit déjà battu et débarrassé de sa balle.

22 Jâti dharma correspond au modèle de comportement spécifique aux castes. Il comprend les règles de conduite, les ordonnances religieuses et les devoirs envers les autres castes.

23 Statistiques de District Irrigation, 1996.

24 La riziculture pratiquée dans la zone Karnali est l’une des plus haute du monde : 2 700 m à Humla (Bishop 1978a). Cependant, elle est le plus souvent confinée dans les vallées principales et sur les cônes alluviaux des vallées secondaires. La date de son introduction dans cette zone n’est pas établie avec certitude. Bishop (1978a et 1990) propose la période de l’Empire Malla (entre les XIIe et XIVe siècles), lorsque la main-d’œuvre devint suffisamment importante et organisée. En revanche, Pandey (1997) souligne qu’il n’a trouvé aucune trace d’infrastructure liée à l’irrigation dans les documents Malla mais que selon les chroniques de Jumla, le riz fut introduit depuis le Cachemire par le saint Chandanath au début du XVe siècle.

25 Les grains sont trempés pendant quatre jours, puis tenus au chaud à l’intérieur des habitats pour déclencher la germination avant qu’on ne les sème à la volée sur une petite parcelle irriguée.

26 D’après la distribution géographique de l’araire dental (Dollfus, Lecomte et Aubriot, ce volume).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte du district de Jumla (lat. N : 28°58’-29°30’, Long. E : 81°28’- 82° 18’) avec l’extension des zones prospectées et la position des villages avec interview approfondi
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-1.png
Fichier image/png, 715k
Légende Figure 2. Morphologie de l’araire de jumla : A : type Chaudhabisa Khola, B : type général, C : variante Sinja Khola. Tableau des termes jumli pour les différentes pièces d’un araire. Les lettres renvoient aux villages étudiés et mentionnés sur la carte de la figure 1
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-2.png
Fichier image/png, 667k
Légende Figure 3. Le joug. Tableau des termes Jumli pour les différentes pièces du joug
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-3.png
Fichier image/png, 369k
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-4.png
Fichier image/png, 32k
Légende Figure 4. Lot annuel de reilles en chêne en cours de séchage. Ensemble des pièces nécessaires à une maisonnée pour un cycle agricole
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-5.png
Fichier image/png, 233k
Légende Figure 5. Schéma de fabrication du dental : variante de la Chaudhabisa Khola (G) et type général (H)
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-6.png
Fichier image/png, 641k
Légende Figure 6. Assemblage et réglage des pièces en cours de fabrication
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Figure 7. Jougs et instruments d’entraînement : a) jouguet, b) tourniquet, c) casse motte (mudo), d) herse (mai)
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-8.png
Fichier image/png, 421k
Légende Figure 8. Position du laboureur au début d’une nouvelle raie
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-9.png
Fichier image/png, 174k
Légende Figure 9. Passage de l’araire sur un champ en culture sèche et position du laboureur
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-10.png
Fichier image/png, 258k
Légende Figure 10. Géométrie des labours
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/257/img-11.png
Fichier image/png, 413k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karen Lundström-Baudais, Dominique Baudais et Nawaraj Upadhaya, « L’araire de Jumla. Un araire archaïque en Himalaya », Techniques & Culture, 37 | 2001, 77-108.

Référence électronique

Karen Lundström-Baudais, Dominique Baudais et Nawaraj Upadhaya, « L’araire de Jumla. Un araire archaïque en Himalaya », Techniques & Culture [En ligne], 37 | 2001, mis en ligne le 20 octobre 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tc.revues.org/257 ; DOI : 10.4000/tc.257

Haut de page

Auteurs

Karen Lundström-Baudais

Laboratoire de Chrono-écologie, CNRS - UMR 6565, Université de Franche-Comté, UFR des Sciences et Techniques, 16, route de Gray, 25030 Besançon-Cedex, France

Dominique Baudais

Département d’anthropologie et d’écologie, Université de Genève, Case Postale 511, 1211 Genève 24, Suisse

Nawaraj Upadhaya

GPO Box 8975, EPC 983 Kathmandou, Népal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page