Navigation – Plan du site
L'araire en Himalaya

Approches de l'araire en Himalaya

Pascale Dollfus, Marie Lecomte-Tilouine et Denis Blamont
p. 1-2

Texte intégral

1L'étude d'un outil comme l'araire est moins simple qu'il n'y paraît, surtout lorsqu'il s'agit d'en comprendre la variété à grande échelle. En effet, si dans un village ou une vallée, les diverses conceptions indigènes expliquant la préférence pour un modèle particulier peuvent être cohérentes, en revanche, dans une région peuplée par des groupes différents, non seulement aucun discours ne saurait à lui seul rendre compte de l'ensemble des phénomènes, mais encore, nulle logique technique n'est généralisable. D'une certaine façon, les chercheurs n'échappent pas à cette loi. Autant leurs prises de position semblent peu importer quand ils décrivent un outil en un lieu donné, autant elles peuvent paraître contradictoires dans un vaste espace de comparaison.

2Des quatre contributions ici réunies, deux traitent d'un seul type d'araire et en examinent tous les aspects : structure, nomenclature, fabrication, fonctions et techniques d'utilisation ; ce sont celles de V. Labbal pour le Ladakh, et de D. Baudais et K. Lundström-Baudais pour la région de Jumla au Népal occidental. Les deux autres articles tentent d'appréhender l'outil, à partir non pas de l'un de ses types, mais d'une région : l'Himalaya. P. Dollfus, M. Lecomte-Tilouine et O. Aubriot, partant d'une classification morphologique, dressent une carte de la répartition des types d'araires en Himalaya, puis la comparent à une carte linguistique qui porte sur la nomenclature locale de l'instrument. Ces auteurs tentent d'expliquer de telles configurations par l'histoire des populations : migrations et dominations. En retour, elles leur ont permis de contester les hypothèses communément admises sur le peuplement du Népal.

3Tout autre est l'approche de D. Blamont. Sans nier le rôle déterminant des influences « culturelles » régionales, celui-ci propose une taxinomie des araires fondée non sur leurs formes, mais sur leur adaptation aux contraintes (climat, nature du sol, degré de pente, rareté du bois, savoir faire et coûts de fabrication). Il dégage ainsi trois grandes « tendances » qui correspondent chacune à une région géographique du Népal : araire des hautes terres arides du nord, araire des champs enterrasses ou en pente des moyennes montagnes, plus humides, araire, enfin, de la plaine du Teraï aux sols fins et lourds. L'auteur insiste plus particulièrement sur la forme du soc, pièce jusqu'à présent négligée dans les études morphologiques de cet outil.

4Au-delà d'un modèle idéal indexé sur une région et transmis de génération en génération, des traits communs regroupent des araires de types différents mais utilisés dans un étage géographique identique que caractérisent de mêmes données phytologiques, pédologiques et climatiques.

5Ces différentes approches, loin de s'exclure, montrent une fois de plus qu'on ne peut rendre compte d'un fait technique que par des faisceaux de déterminants dont la hiérarchie varie d'un acteur à l'autre, d'une région, ou d'une culture à l'autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Dollfus, Marie Lecomte-Tilouine et Denis Blamont, « Approches de l'araire en Himalaya », Techniques & Culture, 37 | 2001, 1-2.

Référence électronique

Pascale Dollfus, Marie Lecomte-Tilouine et Denis Blamont, « Approches de l'araire en Himalaya », Techniques & Culture [En ligne], 37 | 2001, mis en ligne le 20 octobre 2005, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/252 ; DOI : 10.4000/tc.252

Haut de page

Auteurs

Pascale Dollfus

Articles du même auteur

Marie Lecomte-Tilouine

Articles du même auteur

Denis Blamont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page